De Cyrano de Bergerac et de Sôseki, lequel est le plus étranger? Note sur les effets de distance en littérature comparée.

Une question que ne peuvent éviter de se poser les comparatistes qui enseignent en premier cycle sur des programmes dont ils ne sont pas intrinsèquement spécialiste est celle-ci: dans quelle mesure et à quelle condition sommes-nous légitimes pour aborder en cours des textes issus de cultures que nous connaissons fort imparfaitement?

Pour ma part j’ai tendance à penser que l’enseignement comparatiste peut et doit se faire le lieu de l’ouverture d’une part vers des littératures extra-européennes, et d’autre part des rapprochements avec les arts – musique, cinéma, peinture et arts graphiques en général… Et je considère que sans être moi-même spécialiste de cinéma ni de littérature, mettons, hispanophone, russophone ou japonaise, il serait regrettable que mes étudiants sortent de licence sans avoir touché à ces domaines. En outre et c’est peut-être la chose décisive ici, j’aime peu de chose autant que l’exploration des corpus nouveaux, donc voilà, j’expérimente, partant du principe que quelque chose vaut mieux que rien, mais il est vrai que le perfectionnisme n’est pas ma valeur première.

Ce préliminaire autobiographique pour restituer le sentiment suivant: que la distance, et l’illégitimité éventuelle, ne sont pas nécessairement là où l’on croit, dans l’enseignement de la littérature comparée. L’abord en cours de textes extra-européens rédigés originellement dans une langue que l’on ne maîtrise pas peut s’avérer plus simple que l’étude de textes de la littérature française.

Ce sentiment est le mien alors que je commence à préparer mes deux nouveaux cours du second semestre. En L1, je travaillerai sur Le Chat Murr de ETA Hoffmann, et sur Je suis un chat de l’écrivain japonais des années 1900 Natsume Sôseki. Ce qui rapproche les deux œuvres, c’est que le narrateur (fictif, du coup) est un chat: c’est l’occasion d’introduire des questions de narratologie, et d’aborder la question de la représentation des animaux dans la littérature. En L3 le programme est plus classique, si l’on veut: pour un cours sur le mythe nous travaillerons sur les Métamorphoses d’Ovide et sur Les États et empires de la Lune et du Soleil de Cyrano de Bergerac. L’idée est d’étudier comment se fait le recours au mythe dans des œuvres hybride qui mêlent les genres littéraires, qui emboîtent les narrations, qui confinent à l’écriture scientifique par bien des aspects. Et c’est bien complexe.

Donc pour résumer: j’ai dix ans d’enseignement derrière moi, j’ai mangé du Ovide et du Hoffmann en khâgne, j’ai étudié les États et empires de Cyrano pour l’agrégation et connais des passages de l’œuvre littéralement par cœur, je n’ai jamais étudié Sôseki de ma vie, et pourtant j’ai beaucoup plus d’aisance à monter mon cours sur Hoffmann et Sôseki qu’à concevoir celui sur Ovide et Cyrano, parce que je trouve Ovide et Cyrano affreusement complexes. Avec mon bon vernis khâgnal et classique, je ne suis pas perdue dans leurs oeuvres, mais je sens que je ne me sortirai pas de ce cours sans quelques bonnes journées de bibliographie, tandis que Sôseki, j’y vais en pilote automatique. Oui il y a sans doute des références culturelles japonaises qui m’échappent. Mais pour ce qui est de l’aspect narratologique, tel que l’ouvrage du moins se présente au lecteur français en traduction, je repère sans problème ce qu’il y a à dire; l’arrière-plan culturel me semblant certes important mais pas capital au point qu’il me faille me documenter sur la valeur sociale de tel met mangé par le propriétaire du chat à la page 232 pour proposer une explication de texte valable. Chez Cyrano en revanche, le texte est saturé de références extra-textuelles, à la mythologie biblique et antique, à la science antique et moderne, aux philosophes de toutes époques, et pour le coup je pense qu’une explication qui resterait à la surface de la narration et de la diégèse sans repérer les strates textuelles ne ferait pas honneur au texte et n’instruirait pas fondamentalement les étudiants.

Autrement dit de Sôseki et de Cyrano, c’est Cyrano qui m’est le plus étranger.

Je n’en dirais pas tant de tous les auteurs du XVIIe siècle. Je peux naviguer à vue dans Racine et dans Lafayette, et pour le XVIe dans Louise Labé. Du reste, Louise Labé: voici une autrice que j’ai étudiées pour l’agrégation en même temps que Cyrano. J’en ai de bons restes, et avec elle, malgré les très denses réseaux de références antiques, je suis en terrain connu. Cyrano, ou Rabelais: non.

Le programme d’agrégation de cette année me donnait une impression semblable: de Lorca, que je n’avais jamais étudié, de Darwich et de Char, c’est avec Char que je me sentais le plus en terre étrangère.

Ceci pour dire que le plus étranger n’est pas nécessairement le plus lointain culturellement. Peut-être, sans doute, sous-estimons nous les difficultés d’œuvres lointaines – de Sôseki, dans mon cas, dont bien des subtilités nous échappent; néanmoins leur lecture ne me plonge pas dans des abîmes de perplexité, et il me semble également qu’elle est de nature à ne pas rebuter un étudiant de premier cycle; je n’en dirais pas autant de la complexité des Etats et empires, et de la fausse simplicité des Métamorphoses.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *