Note sur l’accent de Mads Mikkelsen dans Michael Kohlhaas

Est encore visible sur Arte pour un ou deux jours le très beau film d’Arnaud des Pallières, Michael Kohlhaas, avec Mads Mikkelsen dans le rôle titre, scénario d’après la nouvelle de Kleist.Le film est magnifique, voyez-le, le livre est magnifique, lisez-le, et pour un avis cinématographique plus informé que le mien, ce très intéressant billet d’Arnaud Maïsetti.

Pour ma part je n’ai pas grand-chose à ajouter à ce qu’écrit Arnaud Maïsetti, et ceci ne se veut pas un texte sur le film. Simplement un point a retenu mon attention. Je vois passer ici et là, sur twitter, sur facebook, des injonctions à aller voir le film, et parfois, des critiques sur la diction de Mikkelsen, qui dérange.

Explicitation: des Pallières transpose l’action de l’Allemagne de la Réforme à la France de la Réforme, plus précisément, aux Cévennes; pour jouer Kohlhaas il choisit Mads Mikkelsen qui est Danois, pour jouer le gouverneur, Bruno Ganz qui est Suisse allemand, ni l’un ni l’autre ne sont francophone et, apparemment, ils ont appris leur rôle phonétiquement. Cela a pour conséquence, et bien, qu’ils parlent avec un accent, qui plus est pas l’accent naturel de qui étant allemand, parlant français, s’exprime dans un idiome qui n’est pas le sien: leur diction est souvent un peu hâchée, et assez artificielle.

Est-ce un problème?

Non. L’accent heurté de Mikkelsen dans le personnage de Kohlhaas rend en effet invraisemblable son incarnation d’un marchand de chevaux cévenol. Mais c’est sans doute que la vraisemblance importe ici peu.

Je me demande ce qui a déterminé des Pallières à choisir cet acteur danois pour incarner Kohlhaas. D’après ce que l’on lit vite fait dans les articles qui entourent la sortie du film et sa diffusion sur Arte, le réalisateur cherchait un Clint Eastwood, il n’y en avait pas en France, il l’a pris ailleurs. De fait la présence physique de Mikkelsen est impressionnante, et pour moi il est absolument parfait. Mais l’accent est-il alors un dommage collatéral? Je suppose bien que non, et qu’il est même un avantage pour le réalisateur. Dans un film où la parole est rare, et, comme le remarquait Arnaud Maïsetti, où les dialogues le sont encore plus, l’accent de Mikkelsen demande au spectateur de se décentrer de la vraisemblance de la situation pour écouter ce qui se dit. Effet de distanciation, peut-être.

Du reste c’est une spécificité du cinéma que de viser, en général, la vraisemblance, au moyen parfois de l’invraisemblable. Quand dans Kingdom of heaven qui est un blockbuster que j’aime bien, Saladin parle un anglais grammaticalement impeccable avec un accent arabe prononcé, certes nul accent hors de propos ne vient troubler le spectateur, mais la situation est absolument impossible (les croisés et le sultan parlent tous anglais, avec les dictions et les accents de l’époque du tournage, et qui plus est, la langue du personnage étranger n’est étrangère que par l’accent). Pourquoi l’adhésion serait-elle plus simple dans ce cas que dans le cas de l’accent de Kohlhaas-Mikkelsen? Parce que les conventions sont respectées. Mais le théâtre en particulier (au théâtre on voit bien qu’on est pas dans une Cerisaie en Russie mais dans une salle de théâtre avec une scène) nous apprend à ne pas nous arrêter à une discordance entre le représenté (un marchand cévenol) et le représentant (un acteur danois).

A mon sens, s’il y a un accent à critiquer au cinéma, c’est l’accent conventionnel de l’étranger, et ce fait complètement invraisemblable dans la vraie vie de l’étranger à la syntaxe impeccable, au vocabulaire étendu, et à l’accent exotique, du type Saladin dans Kingdom of Heaven, du type du personnage de Depardieu dans Green Card – je cite ce vieil exemple d’un film vu ado parce que c’est la première fois que cette discordance dans la construction fictive du parler de l’étranger m’a frappée. Quand on ne maîtrise pas une langue, c’est aussi sur la grammaire, la flexion, les idiomatismes que l’on butte.

Addendum

Je vois ce soir sur le site d’Arte cette rencontre avec Arnaud des Pallières, dans laquelle, à la fin, il revient sur la diction. Deux choses, la première: Mads Mikkelsen, dit-il, avait beaucoup travaillé la diction, à l’oreille, suivant un enregistrement préparé par le metteur en scène, en demandant à ce dernier qu’après le début du tournage il ne soit plus question de langue mais de jeu. Voilà, il y a plus important que la langue dans un film, il y a les visages, les corps, les mouvements. Et puis la seconde, qui est l’évidence même et que pourtant je n’avais pas vu : les deux acteurs non français, en plus de Sergi Lopez qui fait une apparition avec un cochon offert à Kohlhaas, c’est Mikkelsen et Ganz, qui jouent Michael Kohlhaas et le gouverneur; c’est eux qui ouvrent le film à peu de choses près; c’est eux qui ferment le film (et la silhouette floue du bourreau), leur accent est germanique, nordique, luthérien, ils viennent de Kleist. Ce film part de Kleist et, comme dit des Pallières, fait un film de corps à partir d’un livre où les personnages sont des idées; mais le retour à Kleist c’est aussi ça.

Et donc. C’est drôle, ça me rappelle Pasolini cette histoire. Les discordances, dans un film comme cela, on s’en fout, ou plutôt, on ne s’en fout pas, mais ce ne sont pas des erreurs, pas des fautes, ce sont des apports de sens.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *