langues de feu

Le carnet se situe au confluent de l’histoire des traductions et de l’histoire des théories linguistiques. Il s’intéresse prioritairement aux péritextes qui accompagnent les traductions, essentiellement mais pas exclusivement de la Bible hébraïque, mais également d’autres textes littéraires. Il vise à illustrer comment les propos des traducteurs eux-mêmes sont riches de l’expression d’une pensée du langage et d’une pensée des langues, dans la mesure où la nature même de leur travail les rend particulièrement sensibles à l’hétérogénéité linguistique. Dans la mesure où je m’intéresse en premier lieu aux traducteurs de la Bible, la question du rapport du traducteur à l’inspiration, de l’incarnation de la révélation dans une langue particulière, est particulièrement susceptible d’être évoquée.
J’envisage essentiellement deux types de billets
– des billets se penchant avec les méthodes de l’analyse du discours sur les propos d’ordre théorique tenus par les traducteurs dans les péritextes des traductions, ou par les philologues dans les outils (dictionnaires, concordances, etc.) dont les traducteurs se servent
– des billets consacrés à des études de cas, confrontant la traduction effective aux péritextes qui l’expliquent voire la justifient.
Je n’exclus pas de consacrer occasionnellement un billet à la réflexion que m’inspire ma propre pratique de la traduction littéraire.


Vous aimerez aussi...