La (non) traduction des accents au prisme des Aristoc(h)ats

14 juillet 2014
Par
Tout le monde veut devenir un cat. C’est du moins ce que nous disent les Aristochats. Dans ce dessin animé des studios Disney de 1970, on voit deux types de chats. Les chats de race d’une part protégés par la vieille dame Madame Bonnefamille (la chatte blanche Duchesse et ses petits Berlioz, Toulouse et...
Lire la suite »

Du plurilinguisme et des intraduisibles dans les SHS. Sur la traduction du mot « unclean » dans un article en italien de Carlo Ginzburg.

30 juin 2014
Par
Dans son article « la conversion des juifs de Minorque », paru dans Le Fil et les traces et traduit en français par Martin Rueff, Carlo Ginzburg cite abondamment un ouvrage de l’historien  Peter Brown, intitulé en italien Il culto dei santi. Ginzburg cite le texte dans une traduction italienne, mais il lui arrive de se...
Lire la suite »

La traduction comme accueil de l’étranger

30 mai 2014
Par
(Avertissement au lecteur : toute ressemblance avec des événements politiques récents n’est pas complètement fortuite) Le billet que je vais écrire sera très redevable de ma lecture des ouvrages d’Antoine Berman, ou plutôt du souvenir que j’en ai, puisque mes livres sont à Paris, et moi pas. Je rédige de mémoire, et ne dis rien...
Lire la suite »

“le bon Dieu s’est trompé de mort” Un rapprochement entre La Mort de Danton et les Dialogues des carmélites

18 mai 2014
Par
  L’errance serendipitesque, de livre en livre, est sans doute un des plus puissants moteurs du comparatisme. Je me suis replongée récemment dans la pièce de Büchner La Mort de Danton, à laquelle j’avais consacré ce billet, et dont j’ai traduit, pour me refaire la main, cet extrait Et par ailleurs je constate qu’est...
Lire la suite »

Le traducteur “jardinier de l’improbable”. Sur quelques métaphores horticoles.

11 mai 2014
Par
IMG_3150   Je m’intéresse en ce moment à l’image de la structure végétale dans la construction de modèles de pensée – j’avais évoqué dans ce billet  le possible classement rhizomatique d’une bibliothèque. Pour synthétiser vite fait : il me semble qu’apparaît avec la période moderne une pensée en arborescence, qui procède par subdivisions à partir de...
Lire la suite »

Le metteur en scène, le traducteur – suite de l’analogie

7 mai 2014
Par
Le dernier billet introduisait une analogie : le traducteur et le metteur en scène ont, mutatis mutandis, un rôle similaire, dans la mesure où ils ont tout deux à restituer l’intégralité d’un texte, et où ils sont les intermédiaires par lesquels ce texte trouve son public (avec, dans le cas du metteur en scène, ces...
Lire la suite »

Le metteur en scène, le traducteur – éléments d’une analogie

2 mai 2014
Par
Scons Dut avait, dans un commentaire au billet intitulé « on ne se baigne pas deux fois dans la même rivière », évoqué l’hypothèse suivante : « La traduction (en tant qu’activité) serait-elle une espèce de dialogue perpétuel entre un individu et une oeuvre par l’intermédiaire de lectures et écritures multiples ? ». Je lui répondais que justement, il...
Lire la suite »

La théorie et la pratique – notes en marge de « La nuit sur la plage ».

22 avril 2014
Par
Vergehen - copie 2 J’ai repris la traduction des poèmes du recueil La Mer du Nord de Heinrich Heine, et les mets progressivement en ligne pour en éprouver la traduction – je ne considère nullement ce travail comme achevé, puisque, comme je l’écrivais dans mon dernier billet, la traduction est comme l’eau : « la mer la mer toujours recommencée »,...
Lire la suite »

On ne se baigne pas deux fois dans la même rivière – application traductologique

18 avril 2014
Par
IMG_1754 On ne se baigne jamais dans la même rivière – Héraclite, si c’est bien lui qui dit cela un jour, avait formulé une vérité à la portée traductologique autant qu’anthropologique. La répétition n’est pas répétition, en traduction comme ailleurs : c’est de cette affirmation que partira ce billet. Je note au passage que la pensée...
Lire la suite »

Le passage d’Eupatoria – sur quelques échos

15 avril 2014
Par
IMG_3153  Ceci est une histoire d’échos dans les lectures. J’avais fait dans les Langues de feu une série de billets sur les traces dans Paris de Dora Bruder. Il m’est venu l’idée de réitérer l’expérience avec Perec, à l’occasion de la correction des dossiers de lecture sur W ou le souvenir d’enfance que m’avaient remis...
Lire la suite »

Ranger sa bibliothèque avec Georges Perec – le livre errant

11 avril 2014
Par
IMG_3121 J’ai fait récemment une expérience proprement perecienne (j’invente, ou pas, l’adjectif perecien, sans accent, pour dire ce qui se rapporte à Georges Perec, dont j’ai découvert l’œuvre sur le tard, et avec qui je me suis immédiatement trouvé environ 47 affinités dont, un jour, je pourrai dresser une liste, ce qui en soi serait...
Lire la suite »

Bradamante, c’est moi

8 avril 2014
Par
bradamante J’évoquais dans le dernier billet la vie textuelle trépidante de la narratrice du Chevalier inexistant. Je vous rappelle, amis lecteurs, que la narratrice, somme toute, montre son cul aux lecteurs, en ce qu’elle dépeint Bradamante pissant dans les bois sous le regard de Raimbaut, et que, comme on l’apprend dans le dernier chapitre du...
Lire la suite »

La vie textuelle de la narratrice. Sur le personnage de Théodora dans Le Chevalier inexistant

2 avril 2014
Par
Qu’est-ce que l’innamoramento, dans l’Italie de Dante, Pétrarque, l’Arioste ? Le moment où l’amant voit pour la première fois l’objet de son amour, dont l’image se grave alors dans le fond de ses yeux, et ne le quitte plus. Les yeux, comme on sait, sont le miroir de l’âme, et c’est par eux qu’est perçue...
Lire la suite »

Une deuxième Calvinade. Qu’incarne Agilulfe, le chevalier inexistant?

25 mars 2014
Par
Le roman d’Italo Calvino Le chevalier inexistant met en scène un personnage qui, comme le titre l’indique, n’existe pas. Nous l’apprenons dès le premier chapitre : - Hé ! paladin, c’est à vous que je parle ! insista Charlemagne. Pourquoi diantre ne montrez-vous pas votre visage au roi ? - La voix sortit, nette,...
Lire la suite »

Une calvinade – Pourquoi Charlemagne est-il fatigué?

23 mars 2014
Par
Italo Calvino est un génie. Il écrit des fictions, qui se lisent comme des fictions (et qu’on donne ainsi souvent à lire aux enfants des collèges, même si je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure idée), mais ces fictions sont éminemment métatextuelles. Du moins Le Chevalier inexistant, que j’étudie avec mes...
Lire la suite »

Présentation

Les langues de feu sont celles des traducteurs, dont le discours en marge des traductions offre un intéressant point d'entrée dans l'analyse des discours sur l'hétérogénéité des langues.

Motto du moment

Les œuvres de l’esprit sont immuables, mais la critique est randonneuse, elle procède des opinions de l’époque, n’a de signification que pour cette dernière, et quand elle n’est pas elle-même de nature artistique (...) alors elle accompagne l’époque au tombeau. Heine, L'île de Norderney, trad. C. Placial

Inspirations

Daniel Arasse, Hannah Arendt, Giorgio Bassani, Walter Benjamin, Antoine Berman, Pierre Bourdieu, Alfred Brendel, Andrea Camilleri, Barbara Cassin, Michel de Certeau, Federico Fellini, Michel Foucault, Carlo Ginzburg, Natalia Ginzburg, J.W. von Goethe, Georges-Arthur Goldschmidt, Ernst Gombrich, Heinrich Heine, Jérôme de Stridon, Carlo Levi, Martin Luther, Henri Meschonnic, Michel de Montaigne, W.A. Mozart, Pier Paolo Pasolini, Marcel Proust, François Rabelais, William Shakespeare, F.D.E. Scheiermacher, Franz Schubert, Baruch Spinoza

Carnets de recherche