On ne se baigne pas deux fois dans la même rivière – application traductologique

18 avril 2014
Par
IMG_1754 On ne se baigne jamais dans la même rivière – Héraclite, si c’est bien lui qui dit cela un jour, avait formulé une vérité à la portée traductologique autant qu’anthropologique. La répétition n’est pas répétition, en traduction comme ailleurs : c’est de cette affirmation que partira ce billet. Je note au passage que la pensée...
Lire la suite »

Le passage d’Eupatoria – sur quelques échos

15 avril 2014
Par
IMG_3153  Ceci est une histoire d’échos dans les lectures. J’avais fait dans les Langues de feu une série de billets sur les traces dans Paris de Dora Bruder. Il m’est venu l’idée de réitérer l’expérience avec Perec, à l’occasion de la correction des dossiers de lecture sur W ou le souvenir d’enfance que m’avaient remis...
Lire la suite »

Ranger sa bibliothèque avec Georges Perec – le livre errant

11 avril 2014
Par
IMG_3121 J’ai fait récemment une expérience proprement perecienne (j’invente, ou pas, l’adjectif perecien, sans accent, pour dire ce qui se rapporte à Georges Perec, dont j’ai découvert l’œuvre sur le tard, et avec qui je me suis immédiatement trouvé environ 47 affinités dont, un jour, je pourrai dresser une liste, ce qui en soi serait...
Lire la suite »

Bradamante, c’est moi

8 avril 2014
Par
bradamante J’évoquais dans le dernier billet la vie textuelle trépidante de la narratrice du Chevalier inexistant. Je vous rappelle, amis lecteurs, que la narratrice, somme toute, montre son cul aux lecteurs, en ce qu’elle dépeint Bradamante pissant dans les bois sous le regard de Raimbaut, et que, comme on l’apprend dans le dernier chapitre du...
Lire la suite »

La vie textuelle de la narratrice. Sur le personnage de Théodora dans Le Chevalier inexistant

2 avril 2014
Par
Qu’est-ce que l’innamoramento, dans l’Italie de Dante, Pétrarque, l’Arioste ? Le moment où l’amant voit pour la première fois l’objet de son amour, dont l’image se grave alors dans le fond de ses yeux, et ne le quitte plus. Les yeux, comme on sait, sont le miroir de l’âme, et c’est par eux qu’est perçue...
Lire la suite »

Une deuxième Calvinade. Qu’incarne Agilulfe, le chevalier inexistant?

25 mars 2014
Par
Le roman d’Italo Calvino Le chevalier inexistant met en scène un personnage qui, comme le titre l’indique, n’existe pas. Nous l’apprenons dès le premier chapitre : - Hé ! paladin, c’est à vous que je parle ! insista Charlemagne. Pourquoi diantre ne montrez-vous pas votre visage au roi ? - La voix sortit, nette,...
Lire la suite »

Une calvinade – Pourquoi Charlemagne est-il fatigué?

23 mars 2014
Par
Italo Calvino est un génie. Il écrit des fictions, qui se lisent comme des fictions (et qu’on donne ainsi souvent à lire aux enfants des collèges, même si je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure idée), mais ces fictions sont éminemment métatextuelles. Du moins Le Chevalier inexistant, que j’étudie avec mes...
Lire la suite »

« que vous parliez en pidgin, en twi ou en anglais… » Éloge d’une traduction.

18 mars 2014
Par
Peut-on faire l’éloge d’une traduction sans avoir eu l’original entre les mains ? C’est du moins ce que je m’apprête à faire. Il y a des traductions dont on sait, les lisant, qu’elles sont médiocres : elles ne « tiennent » pas, parce qu’on sent le calque maladroit, notamment. On sent la traduction, on entend la langue d’origine...
Lire la suite »

Mel Gibson, Pier Paolo Pasolini et les langues du Christ

5 mars 2014
Par
Traduction Pasolini Comment en suis-je venue à dire à un groupe d’étudiants de L1, dans un cours sur Italo Calvino, que je n’aimais pas du tout l’usage que fait Mel Gibson de l’araméen dans La Passion du Christ ? C’est ces moments où un cours dérape, en bien ou en mal, où on n’est pas loin de...
Lire la suite »

à propos d’une tentative de création d’une langue parfaite

4 mars 2014
Par
  Merveilles de twitter : je ne sais qui posta le lien vers un curieux et fort intéressant article intitulé « Le curieux destin de l’homme qui inventa une nouvelle langue ». L’article est dû à Joshua Foer, sa version intégrale a paru en 2012 dans le New-Yorker, de larges extraits en sont ici traduit en français...
Lire la suite »

“Il faut enseigner l’arabe dans le service public”. Une réaction aux réactions des lecteurs d’un article du Monde

19 février 2014
Par
« Il ne faut pas lire les commentaires ». J’avais oublié le saint précepte de ceux qui veulent sauvegarder leur santé mentale et s’épargner des colères non nécessaires. J’ai lu récemment cet article du Monde sur l’enseignement de l’arabe dans le secondaire. Je souscris dans les grandes lignes aux propos pour cet article, qui affirme la...
Lire la suite »

Du danger certaines analogies en traductologie (sur les belles infidèles et le viol de la langue)

14 février 2014
Par
  14 février, la publicité, twitter, les copains qui se préparent pour, les copains qui font des fêtes contre, les émissions de télé, les panneaux d’affichage, tout nous signale que c’est la Saint Valentin. Choisis ton camp, camarade. Corps étrangers, belles infidèles, sont en émoi. Du côté des langues de feu aussi on y...
Lire la suite »

« La littérature n’est pas l’école » sur l’Incipit du Chevalier inexistant de Calvino

12 février 2014
Par
Je citais dans le dernier billet ces mots d’Italo Calvino : Si on présuppose un lecteur moins cultivé que l’écrivain, et qu’on adopte envers lui une attitude pédagogique, vulgarisatrice, rassurante, on ne fait que confirmer l’inégalité ; toute tentative pour édulcorer la situation au moyen de palliatifs (une littérature « populaire ») est un pas en arrière et...
Lire la suite »

Ranger sa bibliothèque avec Italo Calvino. L’étagère hypothétique

11 février 2014
Par
  Bonjour lecteur. Tu t’apprêtes à lire un nouveau billet des Langues de feu. Lis-tu sur ton ordinateur fixe ? Sur ton portable ? Sur ton téléphone ? Es-tu bien installé ? Si tu es chez toi, vas donc te faire du thé ou te servir un verre de vin – enfin c’est ce que je ferais à...
Lire la suite »

« Acquiers des mots et tu auras acquis une langue, disait-on ». Sur Aharon Appelfeld

26 janvier 2014
Par
Aharon Appelfeld fait partie de ces personnes dont Hannah Arendt disait, dans l’entretien avec Günter Gauss, qu’ils avaient oublié leur langue maternelle. Aharon Appelfeld est né en 1932 près de Czernowitz – il a vécu dans la même rue que Paul Celan. L’allemand est sa langue maternelle – dans Histoire d’une vie, il narre...
Lire la suite »

Présentation

Les langues de feu sont celles des traducteurs, dont le discours en marge des traductions offre un intéressant point d'entrée dans l'analyse des discours sur l'hétérogénéité des langues.

Motto du moment

Les œuvres de l’esprit sont immuables, mais la critique est randonneuse, elle procède des opinions de l’époque, n’a de signification que pour cette dernière, et quand elle n’est pas elle-même de nature artistique (...) alors elle accompagne l’époque au tombeau. Heine, L'île de Norderney, trad. C. Placial

Inspirations

Daniel Arasse, Giorgio Bassani, Walter Benjamin, Antoine Berman, Hieronymus Bosch, Pierre Bourdieu, Alfred Brendel, Andrea Camilleri, Michel de Certeau, Federico Fellini, Michel Foucault, Fra Angelico, Carlo Ginzburg, J.W. von Goethe, Georges-Arthur Goldschmidt, Ernst Gombrich, Heinrich Heine, Jérôme de Stridon, Carlo Levi, Martin Luther, Andrea Mantegna, Henri Meschonnic, Michel de Montaigne, W.A. Mozart, Pier Paolo Pasolini, Marcel Proust, François Rabelais, Ferdinand de Saussure, William Shakespeare, F.D.E. Scheiermacher, Franz Schubert, Baruch Spinoza

Carnets de recherche