On ne traduit pas le message

24 mai 2015
Par
« Il faut d’abord traduire le message ». « Le message de Goethe dans cet extrait est… » Voilà des assertions avec lesquelles, par principe, je ne suis pas d’accord. Je ne crois pas au message, ou plutôt, je ne crois pas au message séparé de la forme qui le porte, ni dans les œuvres littéraires, ni même...
Lire la suite »

La Théorie de la boule à facettes

17 mai 2015
Par
  Je crois au pouvoir heuristique des métaphores. Pas à leur vérité intrinsèque : comme le dit à sa femme le personnage d’Eduard dans les Affinités électives, « c’est une analogie qui t’a trompée, mais l’homme est un véritable Narcisse ; il aime à se refléter partout ; il se pose comme tain sous le monde tout entier »...
Lire la suite »

Marx écrit-il français ? Autour du commentaire de texte à l’agrégation de philosophie.

30 mars 2015
Par
La troisième épreuve écrite de l’agrégation de philosophie est intitulée « histoire de la philosophie » ; elle consiste en un commentaire de texte. Deux auteurs sont au programme. Le texte commenté par les candidats est extrait de leurs œuvres. Pour l’année 2015 étaient au programme « Platon » et parmi les œuvres de Marx, « Manuscrits de 1844, L’idéologie...
Lire la suite »

L’épineuse question de la traduction française du prénom russe Lioubov

15 mars 2015
Par
Karp_Zolotaryov_Sophia_Faith_Hope_Charity_1685 Un petit billet onomastico-théologique ce soir, par lequel je compte réinventer la poudre ET le fil à couper le beurre, en montrant que la bonne solution en traduction, « ça dépend du contexte ». Il y a fort fort longtemps (en 2003, en l’occurrence), je suivais à la Sorbonne le séminaire de Jean-Louis Backès, qui était...
Lire la suite »

Du choix d’un cours à la construction d’une traduction

5 mars 2015
Par
J’abordais dans le dernier billet les problèmes que pose le fait de travailler, en littérature comparée, à partir de traductions qui ne nous apparaissent pas toujours entièrement satisfaisantes. Je vais cette fois parler d’une solution radicale : traduire soi-même le texte à étudier en cours – le fait de concevoir une traduction pour un cours...
Lire la suite »

Du choix d’une traduction à la construction d’un cours

2 mars 2015
Par
Lorsque l’on enseigne la littérature comparée – et donc, en un sens, la littérature mondiale, et qu’on l’on sort des limites de la littérature en langue française, on est tributaire des traductions. On ne saurait exiger des étudiants de licence qu’ils sachent l’anglais, l’allemand, l’italien, l’hébreu, le latin, etc. Quand bien même soi-même on...
Lire la suite »

Linda Lê, Caliban et Ariel: “Ecrire, c’est traduire la langue d e l’un dans celle de l’autre”.

23 décembre 2014
Par
Je viens de découvrir Linda Lê – ce mystère parfois : pourquoi découvre-t-on très tard, mais en même temps au moment le plus juste qui soit, une œuvre qui était là depuis toujours et qui nous va droit au cœur ? De Linda Lê je n’ai lu pour l’instant que Le complexe de Caliban, et quelques...
Lire la suite »

“Les frontières de ma langue sont les frontières de mon monde”

21 décembre 2014
Par
Pour renouer avec ce carnet, et pour passer intelligemment les heures de train de la migration hivernale annuelle, une divagation sur cette phrase de Wittgenstein : Les frontières de ma langue sont les frontières de mon monde. En allemand, « die Grenzen meiner Sprache sind die Grenzen meiner Welt ». (La traduction ici n’est...
Lire la suite »

“Quand la complexité n’est pas gratuite”. Autour de Judith Butler et de l’impératif de clarté.

18 novembre 2014
Par
  Lire Judith Butler par les temps qui courent me fait l’effet d’une bonne bière fraîche après une journée harassante : tant de vive intelligence ravigore et ragaillardit. Et voilà l’effet des excellentes lectures : elles mettent en branle la machine à penser, et ce, en toutes direction. Que lire Trouble dans le genre (ce que...
Lire la suite »

« Seul un poète peut traduire la poésie » – Vraiment?

26 octobre 2014
Par
 De nombreux poncifs circulent sur la traduction. J’avais consacré un autre billet à dire pourquoi la poésie n’est pas intraduisible (à commencer par, breaking news, le fait qu’elle est traduite). Aujourd’hui, cette autre assertion, plus complexe sans doute : « seul un poète peut traduire la poésie ». À quoi mon premier mouvement est de répondre par...
Lire la suite »

La poésie est écrite, toujours, en langue étrangère (rêverie)

18 octobre 2014
Par
9Cette semaine, une amie a entrepris de poster chaque jour jusqu’à la fin du mois, sur sa page facebook, un poème. Bon, j’ai voulu faire la même chose, sans avoir spécialement médité quels poèmes publier et dans quel ordre. Jusqu’ici j’ai posté quatre poèmes – de Heine, Yeats, Brendel, Leopardi. Pour les jours à...
Lire la suite »

Réflexions sur la version de langue étrangère à l’agrégation de lettres

1 octobre 2014
Par
Ce billet m’a été inspiré par un échange récent sur twitter avec un agrégatif en lettres modernes, qui déplorait n’avoir pas de méthodologie pour la version anglaise. Mon éthos pontifiant n’a fait qu’un tour et je l’ai, le pauvre, un peu accablé de considérations méthodologico-pédagogiques. Cela dit, la question vaut la peine qu’on y...
Lire la suite »

Lire et étudier la poésie en traduction – pourquoi c’est possible

14 septembre 2014
Par
On peut lire la poésie en traduction. On peut étudier la poésie en traduction. Voire, on lit d’autant mieux la poésie en langue originale qu’on lit aussi ses traductions. Voici les thèses de ce billet, qui est donc, si on veut, un manifeste comparatiste. Un des problèmes de l’enseignement de la littérature comparée, c’est...
Lire la suite »

« Dans la langue des autres »

31 août 2014
Par
Anne Diatkine est auteure d’une série d’articles qui ont paru début août dans Libération. Cette série intitulée, « dans la langue des autres »,  fait le récit de plusieurs entretiens de Diatkine avec : Massoumeh Lahidji; Jeanne Balibar ; Laura Alcoba ; Mimi Trailovic ; Hanna Schygulla ; Luba Jurgenson. Qu’ont ces femmes en commun ? (je...
Lire la suite »

Sur la traduction de l’Iliade par Jean-Louis Backès

23 août 2014
Par
A paru au début 2013 une nouvelle traduction de l’Iliade par Jean-Louis Backès. Ce billet arrive, si dire se peut pour l’Iliade, après la bataille, et notamment après l’article de Jean-Yves Masson dans le Magazine littéraire, et la publication dans La République des livres, le site de Pierre Assouline, de la « Note sur la...
Lire la suite »

Présentation

Les langues de feu sont celles des traducteurs, dont le discours en marge des traductions offre un intéressant point d'entrée dans l'analyse des discours sur l'hétérogénéité des langues.

Motto du moment

Les œuvres de l’esprit sont immuables, mais la critique est randonneuse, elle procède des opinions de l’époque, n’a de signification que pour cette dernière, et quand elle n’est pas elle-même de nature artistique (...) alors elle accompagne l’époque au tombeau. Heine, L'île de Norderney, trad. C. Placial

Inspirations

Daniel Arasse, Hannah Arendt, Giorgio Bassani, Walter Benjamin, Antoine Berman, Pierre Bourdieu, Alfred Brendel, Andrea Camilleri, Barbara Cassin, Michel de Certeau, Federico Fellini, Michel Foucault, Carlo Ginzburg, Natalia Ginzburg, J.W. von Goethe, Georges-Arthur Goldschmidt, Ernst Gombrich, Heinrich Heine, Jérôme de Stridon, Carlo Levi, Martin Luther, Henri Meschonnic, Michel de Montaigne, W.A. Mozart, Pier Paolo Pasolini, Marcel Proust, François Rabelais, William Shakespeare, F.D.E. Scheiermacher, Franz Schubert, Baruch Spinoza