La (non) traduction des accents au prisme des Aristoc(h)ats

Tout le monde veut devenir un cat. C’est du moins ce que nous disent les Aristochats. Dans ce dessin animé des studios Disney de 1970, on voit deux types de chats. Les chats de race d’une part protégés par la vieille dame Madame Bonnefamille (la chatte blanche Duchesse et ses petits Berlioz, Toulouse et Marie). Les chats de gouttière d’autre part : le matou Thomas O’Malley, et la bande des chats musiciens réunis autour de Scat Cat. Chats sans maître, et sans confort, mais libres, joyeux, etc. L’opposition de classe est soulignée par des indices de toutes sortes, à commencer, dans cette vidéo qui les réunit tous, par la répartition des instruments. Les chats de gouttière jouent du jazz, quand Duchesse elle joue de la harpe, instrument coûteux pour jeune fille de bonne famille.

L’accent est une des autres marques permettant de distinguer le rang social des chats. Duchesse a, dans la version française, l’articulation d’une parisienne d’une vieille famille du Faubourg Saint Germain ; Thomas O’Malley et Scat Cat en revanche ont un débit de titis parisiens, plus alangui pour Scat Cat : somme toute cela correspond assez bien à la distinction chat de compagnie / chat de gouttière, et au monde sensément représenté à travers le prisme félin, à savoir, une sorte de Paris du début du 20ème siècle vaguement fantasmé (atmosphère, atmosphère, ce genre là). Une exception : le chat siamois, représenté manifestement comme chat asiatique avec des yeux bridés et une musique sinisante, ne parle certes pas dans l’extrait, mais ne saurait être rattaché aux marlous parisiens, si ce n’est par adoption.

Oui mais. Je parle ici de la version française. Or la version originale est anglophone et là, les choses se corsent. Comment, par la langue anglaise, représenter la rencontre des classes sociales à travers une histoire de chats de compagnie et de gouttière ? Et le tout, à Paris ? Mais en anglais ?

Aucune isomorphie avec la traduction française. Les accents sont à la fois plus variés, et moins cohérents – parce qu’au delà des sociolectes parisiens, c’est la diversité des accents du monde anglophone qui s’exprime.

Duchess, la chatte blanche, et sa fille Marie ont un accent français. Les animaux de la ferme – les deux chiens, les oies – ont des accents anglais de provenance diverse. Les chats de gouttière quant à eux ont des accents américains et étrangers. Parmi eux, un chat russe (comme il se doit très grand, cordial et un peu brusque), un chat hippie britannique, le chat siamois, donc. Scat Cat quant à lui semble assez directement inspiré, pour son jeu de trompette mais également pour sa voix parlée, de Louis Armstrong – du reste, Scat Cat est noir.

Thomas O’Malley ne me semble pas – mais peut-être mes oreilles ne sont pas expertes en la matière – avoir d’accent irlandais. Pourtant, son nom et son pelage roux indiquent une ascendance irlandaise – mais sans doute son modèle phonologique traîne-t-il ses guêtres du côté des bas-fonds de Boston.

Moralité provisoire : aussi étonnant que ça puisse paraître, les films d’animation de Disney, du moins celui-là, n’ont pas d’ambition réaliste. Ce n’est pas un Paris reconstitué de façon historique et sociolinguistique réaliste qui est représenté. Du reste avec un film en anglais, c’eût été bien pénible. Somme toute, la distribution des voix, l’usage des accents, projette sur l’intrigue animalière les connotations attachées aux accents dans le monde anglophone, et c’est davantage l’état des représentations sociales en 1970 qui est représentée qu’un Paris réel. Puisque par ailleurs, Disney n’a rien inventé là non plus, c’est d’une histoire édifiante qu’il s’agit à travers cette fable animalière – je me sers d’animaux pour instruire les hommes, etc.

Cette utilisation des accents n’est d’ailleurs pas du tout spécifique à ce film précis. Combien de fictions, en particulier historiques (je pense à Ben Hur, ou, plus près de nous à la série Rome) représentent les aristocrates romains s’exprimant avec un accent britannique, et les plébéiens – dans le cas de Ben Hur, les héros juifs – avec un accent américain. La projection des représentations et des connotations d’accent est d’autant plus aisée, dans la rupture du réalisme qu’elle suppose, du fait de l’éloignement dans l’histoire et dans la langue. À l’époque romaine, il n’y avait pas d’anglais ; et le latin n’est pas une langue courante. Cet anachronisme là, celui de l’expression en anglais, devient alors particulièrement intéressant, parce qu’il est exploité de façon oblique, pour instaurer (de façon non-réaliste d’un point de vue de la reconstitution historique) une séparation des classes qui est présente dans les représentations américaines des différents accents, les accents européens étant plus volontiers associés aux classes sociales élevées, à la culture, à une forme de snobisme le cas échéant.

Je reviens au point de départ. Face à une telle variété d’accents et de sociolectes, comment faire pour traduire et doubler le film en français ? On ne peut pas, en tant que tel, traduire un accent noir américain – en imaginant qu’on choisisse d’adopter un accent antillais, ce n’est toujours pas de la traduction, mais plutôt de la transposition. Et Scat Cat par ailleurs n’a rien d’antillais, on le voit mieux dans un club de Harlem qu’à Fort de France. Les auteurs du doublage ont donc préféré perdre la coloration raciale pour ne plus guère conserver que la distribution en classes sociales : bourgeois d’une part, et artistes prolétaires de l’autre. Le problème étant d’autant mieux jugulé par l’ancrage parisien de l’histoire.

Ce qui n’est pas le cas de la version italienne, où Thomas O’Malley est renommé Romeo, et parle avec un accent romain très prrrrrrrrononcé. C’est-à-dire que les traducteurs, pour s’adapter à un public notamment enfantin, ont carrément transposé la distribution sociolinguistique, ainsi que l’onomastique, dans un cadre italien, lui aussi marqué du reste par les connotations liées aux accents en rapport avec les classes. Le chat italien, Peppo, devient d’après son accent dans le doublage italien, un chat … sicilien. Un chat méridional, quoi qu’il arrive !

Et cette surprise… Everybody wants to be a cat devient « Tutti quanti volgliono fare jazz », et la chanson parle de la musique, et non pas d’être un chat. E perche no ?

Addendum: on me signale en commentaire que j’aurais pu préciser le nom des auteurs des traductions italiennes et françaises. C’est vrai, et je me plains trop souvent des journalistes qui omettent de citer le noms des traducteurs des livres conseillés pour me permettre d’agir de même.

L’auteur de la traduction française des chansons, est Christian Jollet, qui a travaillé avec Disney sur Merlin l’Enchanteur notamment. Louis Sauvat est l’auteur des dialogues du disque « Walt Disney présente les Aristochats », est-il le traducteur des dialogues du film?

Roberto De Leonardis est l’auteur de la traduction italienne.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Les piles dit :

    >> Louis Sauvat est l’auteur des dialogues du disque “Walt Disney
    >> présente les Aristochats”, est-il le traducteur des dialogues du
    >> film?

    Oui, on dirait bien : http://voxofilm.free.fr/vox_A/aristochats_ANIME.htm

    Merci pour ce très chouette billet 🙂

  2. Samuel dit :

    Merci pour ce billet ! Néanmoins, pourquoi ne pas citer le nom des auteurs des doublages français et italien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.