Pour une stylistique féline: enjeux et obstacles (autrement dit: qu’il est dur de faire parler son chat)

J’enseigne ce semestre un cours de licence 1 qui, dans la maquette, est intitulé « littérature, culture, diversité »; j’ai choisi, derrière l’intitulé clinquant « la parole aux chats », de m’intéresser à deux romans dont le narrateur principal est un chat: Le Chat Murr de Hoffmann, et Je suis un chat de Natsume Sôseki. Les objectifs du cours, tels que présentés dans la brochure, sont les suivants:

– introduire des notions de narratologie : qu’est-ce qu’un narrateur ? qu’un point de vue ? Comment distinguer le temps du récit et le temps de l’action ?
– poser la question de l’animalité et de l’anthropomorphisme en littérature, en fonction de l’époque et de la culture.
– présenter un cas de transfert culturel, puisque Sôseki est considéré comme un des premiers romanciers japonais à avoir publié des romans à l’européenne, et que Je suis un chat, en particulier, est inspiré par sa lecture de Hoffmann.

Animalité et anthropomorphisme en littérature: attendu que les auteurs littéraires, jusqu’à preuve du contraire, ont toujours été des auteurs humains, n’ont pas en tout cas été des auteurs animaux, on peut sans risque conclure 1) que ces autobiographies félines sont des autobiographies fictives 2) que ce sont des auteurs humains qui ont endossé des caractéristiques félines, pour critiquer et le genre autobiographique, et les lubies humaines de leurs contemporains, grâce à la distance que permet l’adoption d’un narrateur animal. « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes« , écrivait La Fontaine, le procédé n’est pas nouveau.

Chez Hoffmann, le point de vue du chat est posé dès l’incipit: avant d’en venir aux circonstances de la naissance du chat Murr, une sorte d’excursus burlesque passe à la moulinette quelques topoï romantiques. Si Murr fait les louanges de l’existence, c’est parce que cette dernière lui apporte maint plat de poisson; si son surplomb sur les choses de la vie est exceptionnel, c’est parce que ses quatre pattes lui permettent de grimper encore plus haut que les poètes avec leurs ailes; si la contemplation de la ville la nuit est agréable à admirer, c’est parce que sur les toits on trouve de belles et douces colombes vers lesquelles le chat se sent irrésistiblement attiré – pour les manger, bien sûr.

La fiction est donc patente, la satire de l’homme aussi; le chat est celui qui, par son altérité radicale – son animalité – peut prendre le contrepied des mœurs humaines.

N’empêche, que pour ce faire, le chat est rudement humanisé – le fait même de se moquer est une action humaine (quelque soit le sentiment humain bien partagé à estimer que les chats se foutent de notre gueule). Le chat écrit: action humaine. Le chat a une vision claire de la temporalité: sans doute projection humaine. Le chat compare la valeur des espèces (humaines, féline, canine): sans doute projection humaine. Etc, etc.

Et une chose qui m’intéresse chez Hoffmann, c’est le style de son chat. Certes la posture même du chat, qui juge les humains, qui se targue de la supériorité féline, est assez bien relayée par un langage grandiloquent, parfois amphigourique; mais pour le reste on ne peut pas dire que Hoffmann travaille la langue allemande de telle sorte à se défaire de la syntaxe humaine – du reste on objectera que travailler une syntaxe non-humaine dans une langue humaine est une aberration. Mais donc: son chat possède le langage comme un humain qui se la péterait un peu, et voilà.

D’où ma question: comment définir un style félin?

Il se trouve que j’ai un chat, dont j’ai déjà parlé dans ce billet-ci, Le Chat, animal méta-taxinomique. Afin sans doute d’aggraver encore un peu mon cas sur les internets, et parce que tel est mon bon plaisir, j’ai fait au chat un compte twitter, @SuetterlinKatz, et un tumblr, Moi Sütterlin Scat Katz, qui me sert de lieu d’expérimentation littéraire, et, disons-le, de lieu numérique ludique dans des mois où le travail est dense et l’actualité morose. Il a donc fallu faire parler le chat, autrement que par des transcription en alphabet latin de bruits de chat, donc en se servant de langue humaine – le chat est essentiellement francophone même s’il lui arrive de se servir de l’anglais pour échanger avec les chats américains anti-Trump. Je trouvais que les fictions faisant parler les chats avaient un défaut: leur usage non modifié de la langue. Je veux dire: le fait que les bêtes y parlent dans un style tout à fait humain. J’ai du coup voulu distinguer le style du chat, mais non par une orthographe défectueuse (pas comme les graphies anglaise du type hooman pour human ou purrfect pour perfect). J’ai défini le style du chat comme suit

  • incapacité à saisir la différence entre sens propre et sens figuré. Par exemple, elle ne voit pas ce que les corneilles ont à faire dans un dilemme cornélien, puisqu’on ne parle pas d’oiseaux à la base
  • tendance à l’obsession (pour la nourriture) menant à 1) la récurrence de la topique alimentaire 2) à des effets de boucles au sein d’un billet de blogs où des syntagmes vont être répétés ad libitum
  • mécompréhension des homophonies approximatives, avec effet structurant puisque par capitalisation des confusions félines deviennent des points d’ancrage de son discours. Le chat confond  l’art et le lard par exemple. Toute influence de la Tribune du lard sur son humaine n’est pas portuite.
  • divers problèmes de syntaxe et tics de langage, « vu comme que », « comme même », etc.
  • et puis, au delà des choix stylistiques, il s’agissait de créer à ce chat un éthos qui lui corresponde globalement: un chat curieux, très drôle, gaffeur, trouillard, sale, gentil, pas agressif pour un sou, et pour son espèce ne provoquant pas chez l’homme le sentiment que le chat se croit vraiment pour le roi du monde. Pendant un moment une sorte de duo fonctionnait pas mal sur twitter avec un chat appelé « Son Altesse », qui avait lu Aristote et donnait des leçons, que mon chat ne comprenait pas – en s’obstinant à demander si les noumènes se mangeaient, par exempl.

Tout ceci donne une identité stylistique au chat, à un point qui commence à me contaminer, puisqu’il a bien dû m’arriver de dire « oh non on va pas faire ça comme même, comme dirait mon chat ».

De cette expérience, d’un point de vue de la théorie littéraire, je retiens ceci:

  • la difficulté de créer des idiolectes qui ne fassent pas trop artificiel
  • l’aporie générale d’un style animal en littérature.

Sur ce deuxième point: j’étais partie, dans la définition du style du chat, des reproches que j’adressais aux narrateurs-chats par trop humains fictions que je lis, mais à partir du moment où on manœuvre la langue humaine, ce sont évidemment des perceptions humaines projetées sur l’animal, qui n’en demande pas tant. En revanche j’ai fait l’expérience de ce qu’il y a de jubilatoire à prendre un point de vue décentré (même s’il n’a de félin que le nom et reste humain trop humain) pour s’étonner de la présence féline en littérature, des « musées de lard » et autres.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. 8 février 2017

    […] stylistique féline: enjeux et obstacles Claire Placial, langues de feu, 29 janvier 2017 > https://languesdefeu.hypotheses.org/1014 Wie bloggen? Auch ein Beitrag zu 5 Jahren Hypotheses Holger Berwinkel, Aktenkunde, 27 janvier […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *