« Les mots sont indifférents en eux-mêmes » – Sur Zalkind Hourwitz

Les mots sont indifférents en eux-mêmes – Sur Zalkind Hourwitz

 

Zalkind Hourwitz semble avoir été un drôle d’oiseau. Les Annales historiques de la Révolution française recensent ici un ouvrage qui lui a été consacré – c’est de cette recension que j’apprends que, Juif né en Pologne, naturalisé français, Hourwitz a, dès la veille de la Révolution, milité pour la reconnaissance de l’égalité citoyenne des Juifs. Il s’est notamment illustré dès 1787 en remportant, ex æquo avec l’Abbé Grégoire, le concours organisé par l’Académie des arts et des sciences de Metz sur la question : « Est-il des moyens de rendre les juifs plus heureux et plus utiles en France? »[1]

Mais ce n’est pas le Hourwitz politique qui m’intéresse ici – encore que, les questions de langues sont politiques.

Hourwitz se trouve l’auteur d’un curieux traité sur l’origine des langues, qui d’un point de vue scientifique, disons, a du mal à résister à l’épreuve du temps, mais dont la préface est riche de propos qui me semblent d’une perpétuelle actualité, tant on peut les opposer aux tenants d’une vision normative de la langue.

L’ouvrage est disponible sur Google Books ici et c’est de cette numérisation que je tire les copies d’écran insérées ci-dessous.

Hourwitz à reconstituer, par un voyage mental dans le temps aux origines de l’humanité, non pas tant les origines des langues ou la langue originelle, que les origines d’un langage articulé propre à l’homme, doué de complexité syntaxique, et donc d’une grammaire en l’absence de règles grammaticales. Il partage la méthode du retour mental aux origines avec Jean-Jacques Rousseau dont il se distingue néanmoins des présupposés « misantropes » – l’erreur de Hourwitz, qui ne se veut descendant de brouteur d’herbes, lui sera pardonnée si l’on conçoit qu’il écrit plus de cinquante ans avant Darwin ; pour autant on aura repéré chez l’auteur de l’Origine des langues d’une part la connaissance de la philosophie des Lumières, d’autre part une solide ironie.

 

Hourwitz 1 Rousseau

 

Dans sa préface, il règle leur compte aux grammairiens qui pour lui – c’est implicite, j’interprète ici – raisonnent à contre-courant en présumant la règle antérieure à la langue. Le passage qui suit est une autre pierre dans le jardin des tenants de la « grammaire raisonnée » :

 

Hourwitz 1 Voltaire

 

Ce que Hourwitz reproche aux grammaires raisonnées, c’est de n’être pas raisonnables. D’abord parce qu’il existe entre elles « peu d’accord », ce qui semble manifester l’impossibilité de construire pour toute langue donnée une grammaire évidente, objective et vraie : s’il y a désaccord, c’est que toute grammaire n’est que relative. Si parmi la myriade de faux clous de la vraie croix conservés dans les églises on pourra trouver un des trois vrais clous, en revanche la vérité parmi les préceptes grammaticaux contradictoires est indécidable.

Mais la principale erreur des grammairiens, c’est, tentant d’abstraire les règles d’une langue, de confondre la régularité grammaticale et le bon usage. Autrement dit, la régularité linguistique, telle qu’elle est édictée par les « grammaires raisonnées » prescriptivistes, n’est pas tant dictée par une observation de la langue, que par un respect des usages sociaux de la langue.

Ce dont il parle existe toujours, et se trouve sur le site de l’Académie française, sous la rubrique « dire… ne pas dire ». Ainsi à la question d’une internaute « On entend de plus en plus souvent des formules comme « au niveau du goût, au niveau du prix, au niveau de la durée », etc. Est-ce que c’est correct ? », l’Académie répond :

Vous avez raison : la locution au niveau de ne s’emploie qu’au sens propre pour signifier à la hauteur (la fuite se trouve au niveau de la soudure). On peut l’employer au figuré mais pour exprimer une comparaison entre deux choses, toujours avec cette idée de hauteur : ses mérites ne sont pas au niveau de ses prétentions. Pour le reste, on emploiera en ce qui concerne, pour ce qui touche, du point de vue de, en matière de, quant à, sur le plan de, etc.

« la locution au niveau de ne s’emploie qu’au sens propre » : ce que souligne l’Académie, c’est un usage et non une règle de langue. Du reste l’académique sentence est antithétique, puisque précisément (même si ça agace) on emploie « au niveau de » pour dire « en ce qui concerne ». On c’est alors le vulgum pecus qui ne connaît pas le bon usage. On est alors un autre « on » que celui de « on dit… on ne dit pas ».

En soi, on peut tout dire.

Zalkind Hourwitz l’a bien compris, et écrit cette phrase merveilleuse, cent cinquante ans avant Benvéniste : « les mots sont indifférents en eux-mêmes ». Autrement dit, la codification de l’usage est une démarche sociale, voire politique, qui permet la distinction (nous sommes, donc, deux cents ans avant Bourdieu) de ceux qui parlent bien, mais en soi, il n’y a pas de bon ou de mauvais usage.

Outre la question du bon usage, c’est l’usage majoritaire qui entérine l’entrée dans la langue d’un nouveau mot, mais aussi d’une graphie – si l’on écrit un cheval, des chevaux, ce n’est pas par notation de la prononciation, mais par décantation d’un usage graphique, un cheval ayant fait au pluriel originellement des chevals, puis par vocalisation du l, autrement dit par simplification de la prononciation des chevaus, la séquence [us] ayant été notée [x] par les scribes on a écrit des chevax, puis l’usage à l’écrit à rétabli le [u] plus conforme à la prononciation. Cette évolution s’est faite sans législation, par évolution de l’usage, jusqu’à être entérinée par l’Académie et les dictionnaires : c’est un usage qui a réussi.

Mais donc les normes orthographiques ne sont que question d’usages elles-mêmes, et non expression d’une régularité linguistique intrinsèque. C’est ce sur quoi revient Hourwitz, notant de ce fait qu’il est « permis de suivre telle opinion que l’on voudra », l’orthographe étant donc relative.

Hourwitz grammairiens 1

Hourwitz grammairiens 2

Hourwitz n’est pas ici sans nous rappeler les récents débats sur la réforme de l’orthographe. Son opinion, qui n’est pas sans quelques contradictions puisque tout à la fois il affirme qu’il est impossible de décréter l’orthographe tout en en appelant à la réforme, n’est pas cependant sans intérêt. Une chose retient tout particulièrement mon attention : l’idée que la conservation de l’orthographe telle que nous l’avons apprise est la condition de la compréhension des anciens textes. C’est une question compliquée, parce que, deux siècles après Hourwitz, et alors que les usages graphiques ont très peu variés, il n’est pas faux qu’il est plus aisé aux étudiants et aux élèves, pour parler de ce que je connais, de lire Rousseau ou Chateaubriand, que de lire Bossuet, Racine, et en remontant dans le temps, Montaigne, etc. Pour autant la question de la compréhension est-elle simplement celle de l’orthographe ? ou plutôt celle du lexique – je ne compte plus le nombre de fois où j’ai expliqué en cours que « fureur » chez Racine ne signifie pas, du moins pas simplement, « colère ». La différence de la graphie de Montaigne et de la nôtre peut un moment faire obstacle, certes, mais elle n’empêche pas un lecteur l’ayant un peu pratiqué de le comprendre. Enfin la question primordiale est peut-être ici celle de savoir si la conservation de l’orthographe a pour fonction de nous permettre de lire les textes anciens.

[1] Pierre Serna, auteur de la recension sus-citée, écrit ainsi : « L’argumentaire d’Hourwitz ne sert, dans un premier temps, qu’à démontrer les limites humiliantes de la formule. En un mot, pour rendre utiles et heureux les juifs de France, il faut en faire d’abord des sujets-citoyens comme tous les autres. Il ne s’agit pas de les régénérer eux en particulier, mais d’abolir l’injustice religieuse politique, sociale, en un mot transformer la société chrétienne et monarchique qui les maintient dans cette infériorité infamante. Seul juif à concourir, il remporte le prix avec l’abbé Grégoire et l’avocat protestant Thiéry, dont il partage de nombreuses idées sans toutefois reconnaître comme eux, la nécessité pour les juifs de se corriger par l’inclusion dans la nation ou par leur conversion, afin de ne plus être considérés comme étrangers. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *