Rachel Otby (1833), roman de l’éducation féminine à l’assimilation

L’usage du récit édifiant pour faire du petit enfant un bon citoyen de la République, ou un bon sujet du roi a fleuri abondamment au xixe siècle. Avant le Tour de la France de deux enfants, au fond très largement patriotique, paru en 1877, un roman particulier aura fait les beaux jours des écoles confessionnelles juives pour jeunes filles : Rachel Otby (Strasbourg, 1833). Son auteur n’est autre, au moment de la parution de l’ouvrage, que le recteur d’Académie à Strasbourg, Louis Magloire Cottard (1790-1871). Quelques propos et citations, au vol, sur un bien curieux ouvrage, compulsé aujourd’hui à la BnF.

L’ouvrage est destiné aux jeunes filles. J’ai du mal à déterminer, d’après le seul livre et les quelques rares pages qui y renvoient, s’il est spécifiquement destiné aux jeunes filles juives. Rien n’indique dans la biographie de Cottard qu’il ait été juif, et cette notice de La France littéraire semble inscrire l’ouvrage dans un contexte chrétien :

C’est mieux que Rebecca, que Ruth, que la mère des Machabées. Il est vrai que l’Evangile a passé par là.

On sait en revanche de façon certaine que le roman a été reçu par les communautés juives, puisqu’il figure, ainsi que l’autre roman édifiant de Cottard, Souvenirs de Moïse Mendelssohn destiné aux garçons : les deux livres sont en effet retrouvés dans certaines guenizot d’Alsace et de Lorraine.

On peut comprendre que le petit Moïse Mendelssohn serve de modèles aux petits garçons, par son rapport au savoir, mais surtout, en cette période d’assimilation massive des juifs de France, par sa promotion de la langue allemande et son entretien du dialogue – parfois de la controverse – entre les religions. Le cas de Rachel Otby est différent. Le personnage de Rachel, d’une part, est fictif – ce n’est pas une personne existante qui est donnée en modèle aux jeunes filles, ce qui permet à la fois une idéalisation morale de Rachel sans aucun risque de discordance avec la réalité, et d’autre part, la liberté totale de l’auteur qui peut placer son héroïne dans des péripéties toutes plus rocambolesques les unes que les autres.

Car l’histoire de Rachel est, comme il se doit, absolument invraisemblable et parfaitement édifiante. Rachel, à l’ouverture du livre placée en 1690, est une orpheline de douze ans, qui est élevée par son grand-père, originaire de Smyrne, grand lettré. Ce dernier a perdu sa place « à la bibliothèque du Roi, pour collationner des manuscrits orientaux » après s’être trop absenté pour soigner Noémi, la mère de Rachel, lors de sa maladie mortelle. Rachel s’emploie donc comme ravaudeuse auprès d’une brave chrétienne, et son grand-père s’occupe de son éducation. Si les premiers chapitres voient la famille Otby aller de succès en succès (le grand-père prend un élève ; cet élève est israélite et fortuné ; Rachel lui plaît par sa grâce et sa sagesse ; ils s’épousent ; un petit Benjamin naît en bonne santé ; l’élève obtient un poste auprès de l’ambassadeur en Perse), la pauvre Rachel connaît ensuite toutes les vicissitudes possible : mort de son grand-père, de son mari, enlèvement de ses enfants, hostilité d’un ambassadeur perfide, déguisement en homme pour se faire ambassadrice auprès du roi de Perse telle une moderne Esther, retrouvailles avec son père qui s’avère le pire scélérat que la terre ait porté, peste à Marseille, n’en jetons plus. Mais Louis XIV lui rend ses enfants, qui grandissent pour devenir l’un médecin, l’autre commerçant, et Rachel finit, telle une moderne et féminine Job, vieille et rassasiée de jours.

Au delà des péripéties rocambolesques de la pauvre Rachel – rétablie dans ses droits, néanmoins, puisqu’il faut bien que la vertu triomphe – c’est par sa vision édificatrice conciliant assimilation à la nation française et respect de la religion des pères que brille, si l’on peut dire, le roman. Deux éléments me semblent ici fondamentaux : l’éducation des femmes, et le dévouement à la nation, obligation plutôt masculine, mais transmise par la mère ou l’épouse.

L’éducation des enfants, selon le patriarche Otby, et selon l’auteur de toute évidence (et ce, sans surprise en 1833) n’est pas la même selon les sexes. Voici ce que dit le vieil Otby en faisant connaissance avec son nouvel élève :

Vous pouvez compter à votre tour sur tous mes soins ; j’ai toujours aimé à trouver le goût de l’instruction chez les jeunes gens, et particulièrement chez mes corréligionnaires. Elle seule pourra nous faire reprendre rang parmi les nations, et mettre ainsi un terme à nos maux ; car le plus sage de nos rois a dit : Les connaissances sont une source de vie pour ceux qui les trouvent, un baume pour tous leur corps

[une note de bas de page identifie la citation : Prov, ch. 4, v. 22]

Si l’appétit de savoir du jeune garçon, comme celui du jeune Mendelssohn dans le roman pour garçons du même auteur, est particulièrement valorisé, il en va autrement de Rachel, qui elle-même a un goût pour l’étude. Son grand-père de dire :

J’avouerai que cette avidité d’apprendre me donnait quelque inquiétude pour l’avenir de Rachel : je craignais de ne faire involontairement d’elle qu’une femme savante. Son heureux naturel se chargea de me rassurer

et plus loin :

Eh bien ! commençons par donner aux femmes israélites non cette instruction purement littéraire qui ne fait que d’oisives pédantes, mais ce mélange de connaissances solides et agréables qui les rendra la seconde providence de leurs familles et l’ornement de la société

Le vieil Otby veut en effet réussir avec Rachel ce à quoi il a échoué avec sa fille Noémi. Noémi, laissée au soin de sa mère tandis que son père se consacrait à l’étude de la Torah et des langues orientales, était comme sa mère très ignorante et encline aux mondanités et aux choses matérielles. Elle a épousé le premier venu, qui s’est avéré un scélérat qui a fait le malheur de la famille. Otby de conclure que les femmes ne doivent pas être livrée à l’oisiveté : c’est, comme on le sait, la mère de tous les vices, mais qui plus est, les femmes sont responsables de l’éducation des enfants petits. C’est donc en tant qu’éducatrices futures que les petites filles doivent recevoir une éducation solide, des éléments de langues, mais surtout de religion, de morale. En tant qu’éducatrices futures, non en tant que savantes – ce qui les remet dans l’ « oisiveté », ce qui ne manque pas de sel si l’on considère que l’homme israélite, s’il est riche, dans le système du texte, consacre tout son temps à l’étude, éminemment valorisée et non assimilée à l’oisiveté pour les garçons et les hommes.

Mais dans cette vision sexuée de l’éducation, somme toute, il n’y a trop rien d’original. On trouvera sensiblement les mêmes propos dans des romans d’édification catholiques, je suppose, à ceci près que les études masculines seront de nature différente.

C’est autre chose qui retient particulièrement mon attention : l’aspect assimilationniste du roman. Rachel, jeune mère, dit ainsi à son mari nommé par le roi bien loin d’elle, et qu’elle ne peut accompagner :

Je me dois ici à ce vieillard qui m’a tenu lieu de père et de mère, à votre fils encore enfant, au second gage de votre amour que je porte dans mon sein. Mais vous, homme, vous vous devez à la chose publique.

Et lorsque, pour finir, elle retrouve ses enfants, Louis XIV en personne lui dit :

Qu’ils n’aient point d’autre patrie que la France ; qu’ils l’aiment, cette belle France, comme vous la chérissez vous-même.

Et c’est là que le contexte historique de la publication est particulièrement éclairant. L’éducation en français d’une jeune juive dont la famille est originaire de Smyrne est hautement improbable en 1690 ; en revanche, le roman s’adresse à un public de 1833, qui voit les communautés juives évoluer à une vitesse prodigieuse. Emancipés depuis la Révolution, les Juifs de France adoptent de plus en plus la langue française – ce dont témoigne la production des presses hébraïques de l’est de la France, dont la part de productions bilingues, voire complètement en français[1]. La conscription touche les jeunes gens juifs. C’est de la génération des parents d’Alfred Dreyfus qu’il s’agit ici.

Le roman manœuvre ainsi dans le sens d’une promotion d’un sentiment national français, qui ne va nullement à l’encontre d’une éducation religieuse, d’une culture du savoir – sans doute cependant davantage philologique qu’exégétique dans les leçons du vieil Otby au futur époux de Rachel. Simplement, la religion, toute nécessaire qu’elle est à la moralité des êtres, et dans la parfaite égalité de dignité des Juifs et des Chrétiens, la religion ne saurait séparer le jeune homme de la collectivité à laquelle il se doit – la nation. Et le rôle des femmes n’est certes pas de servir la nation mais le foyer, mais dans la mesure où les femmes sont éducatrice des petits garçons, elles doivent semer en eux les graines du patriotisme.

Voilà pourquoi Rachel sait lire.

Je ne sais pas si Rachel Otby est un roman spécifiquement destiné aux jeunes juives. Tout en prônant ouvertement une forme d’assimilation politique, le roman donne aussi en exemple aux non-juifs l’entièreté d’une famille exemplaire – pour ceux du moins des Otby qui sont en vie au début du roman, les analepses présentant un contre-modèle – et ainsi éminemment fréquentable. D’autres recherches me permettront peut-être d’en savoir plus.

[1] par exemple le catéchisme juif en français d’Elie Lambert : Les Prémices ou Abrégé de l’histoire sainte à l’usage des jeunes israélites, par Elie Lambert, instituteur communal à Metz, ouvrage autorisé pour l’usage des écoles, Metz, M. Alcan, libraire-éditeur, qui en est en 1862 à sa 4ème édition.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *