Faust traducteur et les traducteurs de Faust. Lecture traductologique croisée de la scène « Cabinet d’étude » et de Jean 1,1.

Il y a sans doute bon nombre d’études, dans la bibliographie germanophone sur Faust notamment, sur ce qui fait l’objet de ce billet. Je ne renonce pas pour autant à proposer quelques éléments sur l’existence, dans le premier Faust de Goethe, d’une scène de traduction des premiers mots de l’Evangile de Jean, qui m’est revenue cette semaine à l’esprit alors que j’entamais une compilation des traductions de Jean 1,1. Voici une ébauche de lecture traductologique du passage de Faust en question, des traductions françaises de ce passage, et aussi bien, des traductions de Jean.

Le Faust de Goethe est aussi traducteur. (Venant d’un personnage qui à ce point joue avec le feu et parle avec l’esprit, c’était bien le moins.) Le passage où Faust traduit est inclus dans la seconde scène intitulée « Cabinet d’étude » dans lequel Faust rouvre son Original – grec, comme il se doit, sans doute, mais le texte original n’est pas cité par Goethe ; il l’ouvre à la première page de l’Evangile de Jean. J’en ai proposé une traduction ici

Im Anfang war das Wort, traduit Faust pour commencer – « Au commencement était le Verbe », ai-je traduit, suivant en cela dans une traduction relativement littérale quoi que déjà théologiquement orientées du texte allemand la tradition chrétienne francophone, sans citer de Bible française particulière ; pour la phrase allemande, c’est, évidemment, de la traduction de Luther que partent Goethe et son Faust. Le mot sur lequel achoppe Faust, grand absent du texte allemand, c’est le fameux Logos johannique, et certes, comment traduire logos ? Verbe, sens, force, action, à vrai dire, aucun terme ne convient – pas plus en français qu’en allemand ; les deux derniers cependant encore moins que les premiers, et c’est le signe de la lecture non théologique, du moins non chrétienne que fait Faust du début de l’Evangile de Jean, qui de fait ouvre sous l’herméneute, Faust ou un autre, des abymes sur la face desquels, l’Esprit, peut-être, plane. L’Esprit (Geist) auquel fait appel Faust ici, à la lumière de l’ensemble de la pièce, c’est autant l’immanence terrestre ou supraterrestre (l’esprit de la terre, Erdgeist) que l’esprit saint, d’où sans doute la progression, de terme en terme, vers ce vocabulaire de l’action qui caractérise ce héros pourtant largement introspectif.

Comment traduire une scène de traduction ? Et comment intégrer à la traduction française d’une pièce allemande l’intertexte biblique ? Le traducteur français ne peut pas ne pas prendre en compte le fait qu’il existe en français une longue et complexe tradition de traductions bibliques, et que le premier verset de l’Evangile de Jean pose un problème terminologique et théologique considérable.

Le mot logos pose déjà problème au traducteur d’Aristote, alors qu’il n’est pas (encore) chargé de significations théologiques. L’emploi de ce mot dans l’évangile de Jean en rajoute une couche, pour ainsi dire, et dans tous les sens du terme. Le texte grec du premier verset est le suivant :
Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ Λόγος, καὶ ὁ Λόγος ἦν πρὸς τὸν Θεόν, καὶ Θεὸς ἦν ὁ Λόγος[1].

Littéralement, on pourrait traduire ainsi : Au commencement était le Logos, et le Logos était près du Dieu, et Dieu était le Logos. Je traduis Ἐν ἀρχῇ par « au commencement » afin de créer un écho, sans doute voulu par l’Evangéliste, avec la traduction la plus fréquente de Bereshit, le premier mot de la Genèse 1,1 : bereshit barah elohim et-hashamaim ve-et-haarets , « au commencement Dieu créa le ciel et la terre ».
Quand on veut comprendre les traditions de traduction de Jean 1,1 en français (et du reste, de toute la Bible), un détour par la Vulgate est nécessaire. Dans le latin de Jérôme, le mot Λόγος, Logos, le verset est traduit ainsi : in principio erat Verbum et Verbum erat apud Deum et Deus erat Verbum [2]. Intéressante, fondamentale dans l’histoire de la culture européenne, traduction de Logos par Verbum ! Là où Logos, dans son intertexte aristotélicien (dont j’avoue ne pas savoir s’il pouvait être présent à l’esprit de l’évangéliste, mais qui à coup sûr existe pour le traducteur du grec) est lié au domaine de la rationalité, de l’entendement humain, Verbum relève plus spécifiquement du langage, au croisement de la parole (de l’énonciation) et de la langue.

L’importance de la Vulgate dans l’histoire de la traduction de la Bible en français est immense : c’est la Vulgate que traduisent globalement les traducteurs catholiques jusqu’au milieu du XXème siècle ; quant aux traducteurs protestants, ils traduisent le texte hébreu massorétique en gardant par moments un œil sur la Vulgate, pour ne pas en retenir les leçons. Cette diversité des textes sources a des répercussions sur les traductions françaises de Jean 1,1. Les traducteurs catholiques se fondant sur la Vulgate mettent tous, que je sache, quelque chose approchant de « Au commencement estoit le Verbe, et le Verbe estoit avec Dieu, et le Verbe estoit Dieu » (c’est la traduction du Nouveau Testament de Mons, consultable ici. Les traducteurs protestants quant à eux ont tendance à préférer traduire peu ou prou ainsi : « Au commencement étoit la Parole, & la Parole étoit avec Dieu, & cette Parole étoit Dieu » (Traduction de David Martin, 1707 , Segond traduit de manière identique). Je note au passage que syntaxiquement, ces traductions sont extrêmement proche, y compris dans le choix de « avec Dieu », qui ne va pas de soi pour traduire πρὸς τὸν Θεόν aussi bien que apud Deum. C’est bien autour de la traduction de Logos/Verbum que se situe historiquement l’enjeu traductif de Jean 1,1. Le mot « Parole » employé par les traducteurs protestants met l’accent sur le message divin, sans pour autant être tellement plus adéquat au Logos grec que le « Verbe » calque de la leçon de la Vulgate, qui du reste connaît une postérité qui dépasse le cadre de la traduction depuis le latin : c’est par « Au commencement était le Verbe », et, plus loin, par « le Verbe s’est fait chair », que traduit la Bible de Jérusalem, qui se fonde sur le texte hébreu. Il faut dire que le terme de « verbe », dans le contexte (outre son entrée dans la tradition ecclésiale qui justifie sans doute son adoption même dans les traductions faites sur l’hébreu) a une force poétique très grande.
Du côté des traductions allemandes de Jean 1,1, le problème ne se pose pas du tout de la même façon. D’abord, parce que les allemands n’ont historiquement peu traduit la Vulgate, du moins la traduction de Luther s’est imposée si indéniablement qu’elle n’a pas été en situation de concurrence et de coexistence avec une traduction effectuée sur d’autres sources. D’autre part, et plus pragmatiquement, parce que le lexique allemand permettant de nommer la parole, la langue, le langage et la pensée n’est pas superposable au lexique français (du reste ni l’un ni l’autre ne sont superposables au grec, ni à l’hébreu : la ronde théologico-traductologique est potentiellement sans fin). Luther traduit donc :
Im Anfang war das Wort, und das Wort war bei Gott, und Gott war das Wort [3].

Comme le souligne Georges-Arthur Goldschmidt, dont c’est un des exemples favoris :

Au commencement était le verbe, dit le français. « Im Anfang war das Wort dit l’allemand, une fois encore le même Wort et pourtant personne ne s’y trompe. Le verbe, la parole, le mot, das Wort se traduit tantôt par l’un, tantôt par l’autre[4].

Chez Luther, et partant de là chez Jean en allemand, c’est Wort qui traduit Logos. Drôle de mot que Wort, qui signifie aussi bien « mot » (pluriel : Wörter) que « parole » (pluriel : Worte).

J’en reviens à Faust.

Le traducteur français lit « Im Anfang war das Wort ». Plusieurs options sont possibles. S’il s’en tient à une traduction fondée sur la recherche de correspondances lexicales entre le français et l’allemand, s’il traduit dans une perspective prioritairement linguistique, il choisit en principe entre « mot » et « parole ». S’il opte pour « parole », il crée un intertexte avec la tradition protestante de traduction de Jean 1,1, du reste le substrat biblique ne sera pas nécessairement opaque pour autant au lecteur français qui n’aurait pas fréquenté les Bibles protestantes, puisque le terme de « parole », même s’il n’est pas employé en Jean 1,1, fait partie du vocabulaire français de la théologie catholique.
Une autre possibilité consiste à entériner l’alternative soulignée par Goldschmidt que j’ai cité plus haut, et à traduire par « Au commencement était le verbe », en étant du reste conscient que faire un tel choix ne relève pas tant d’une opposition linguistique du français et de l’allemand que de la reconnaissance d’une tradition culturelle, et théologique, d’utilisation de « verbe », via la Vulgate, pour traduire Logos.
C’est la solution que j’ai adoptée dans ma traduction du passage. Je ne peux pas dire que j’ai hésité, mais cette traduction me pose problème, ne serait-ce que parce que je suis en général attachée à la conservation maximale de la lettre du texte de départ, quitte à brusquer un peu le français. Ici cependant une traduction fondée sur la langue allemande et la polysémie de Wort me paraissait hors de propos, à cause de la construction pour le coup non pas linguistique, mais littéraire, du texte chez Goethe. Im Anfang war das Wort, citation de Luther (cela saute aux oreilles du lecteur de Goethe, tant les Allemands de 1809 apprennent à lire dans la Bible de Luther) est en effet suivie de Im Anfang war der Sinn, Im Anfang war die Kraft, et Im Anfang war die Tat. C’est-à-dire que le personnage de Faust part de la traduction de Luther pour introduire des variations qui a-théologisent progressivement la compréhension de Jean 1,1. Du Wort (mettons : la parole) divin comme principe premier de l’existence du monde, Faust passe au sens, à la force, à l’action ; notions centrales dans la pièce et représentatives de l’aspiration de Faust à saisir l’esprit du monde, qu’il soit divin ou non. (Le mot Geist n’est pas là, mais il est là.) Il m’importait de recréer dans la traduction le passage de la citation de la Bible telle qu’on l’entend à l’église si on y va, telle qu’elle est entrée dans le langage quotidien, et de fait, il me semble que mettre « au commencement était le Verbe » est mieux à même de reproduire dans le texte français ce passage de la citation biblique canonique, quotidienne, à la réflexion sur la nature de l’esprit créateur et âme du monde.

Que font les traducteurs français de Faust ? Je n’ai pas, à l’heure où j’écris, sous la main mes différentes versions de Faust (j’ai à la maison presque autant de traductions de Faust que j’en ai de la Bible ; ce n’est pas peu dire), mais j’ai trouvé en ligne quelques versions anciennes qui confirment l’alternative énoncée plus haut. Nerval, dont la traduction est consultable ici met « Il est écrit : Au commencement était le verbe ! », puis « Au commencement était l’esprit ! », « Au commencement était la force » et « Au commencement était l’action ! ». Sabatier, auteur d’une traduction très intéressante parce qu’elle vise à respecter « les règles de la versification allemande[5]» (traduction visible ), traduit quant à lui par « Au commencement était la Parole ! », puis « Au commencement était – oui ! – la pensée », « Au commencement était la force » et « Au commencement était l’action ! ». Sabatier – et cela va dans le sens de son projet de traduction qui vise à rendre à l’œuvre sa germanité – utilise le mot « Parole » pour Wort, et traduit Sinn par pensée, ce qui est une compréhension intéressante du terme, qui de fait, dans un sens un peu archaïque aux oreilles de 2012, signifie également la capacité à produire du sens.

Voilà un cas de feuilletage de langues et d’intertextes particulièrement paroxystique, qui mériterait une exploration plus détaillée. Qu’il me serve à conclure, en guise d’envoi, combien on ne saurait partir du seul postulat de la différence des langues pour conceptualiser les difficultés de la traduction. L’exemple de la traduction de Faust montre combien la traduction de Wort ne peut ici se faire simplement dans une logique linguistique (Wort = mot/parole), et ne peut gagner à la prise en compte du système du texte à l’échelle au moins du passage, à l’intégration de l’intertexte biblique, considéré à la lueur de ses textes sources. Le Logos, fantôme (esprit ?) de ce texte et de sa traduction, n’en a pas fini de s’incarner diversement – et c’est ainsi que le verbe se fait chair, peut-être, dans son incarnation en langues.

[1] Je reproduis ici le texte que j’ai trouvé en ligne ici : http://www.myriobiblos.gr/bible/nt2/john/1.asp. Je suppose que les majuscules et la ponctuation relève de l’édition du texte et ne sont pas « originales ».
[2] Là encore, je crois que les majuscules soient du fait d’un éditeur. Je cite le texte tel que je le trouve en ligne ici : http://www.hs-augsburg.de/~harsch/Chronologia/Lspost04/Hieronymus/hie_v000.html
[3] L’orthographe est modernisée. J’ai trouvé la traduction sur ce site : http://www.unboundbible.org/index.cfm?method=searchResults.doSearch, et ne jurerais pas de la rigueur scientifique de l’édition du texte de Luther. Néanmoins, il est certain que c’est le mot Wort qui est employé par Luther.
[4] Georges-Arthur Goldschmidt, A l’insu de Babel, Paris, CNRS éditions, 2009, p. 18. Je ne suis pas en accord complètement avec Goldschmidt, cette fois. Ce n’est pas, à mon sens, « le français » qui « dit » le Verbe et « l’allemand » qui « dit » das Wort, il y a la langue ou les langues, et il y a ce que les traducteurs en font. Un signe en étant l’existence de traductions concurrentes en français.
[5] Concrètement, il fait, à la fin du XIXème siècle, des vers libres. Le vers libre avait déjà été utilisé dans les traductions bibliques, mais dans le domaine littéraire, les traducteurs semblent toujours s’inféoder, en grande partie, à l’alternative vers réguliers français vs. prose. Par exemple, la traduction de l’Odyssée par Jaccottet, parue en 1955, est à ma connaissance la première traduction de ce texte en vers libres.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *