Nadine Morano traductologue

 

Les propos récents de Nadine Morano sur la France pays « judéo-chrétien de race blanche » ont, à juste titre, été fortement critiqués, pour moult raisons ; que ce soit pour l’usage du concept de race ; pour le constat que bien des Français ne sont pas blancs ; parce que l’adjectif « judéo-chrétien » est critiquable outre le fait, encore une fois, que bien des français ne sont pas « judéo-chrétiens » (y compris des juifs et des chrétiens, dont moi, qui ne se reconnaissent pas dans cette chimère idéologique).

Je crois pourtant que les propos de Nadine Morano s’appliquent à une certaine pensée, à une certaine pratique de la traduction, et au delà, à une certaine pensée et pratique de la langue française, pensée et pratique contre lesquels je m’inscris absolument en faux.

Quand on fait de la traduction avant tout un exercice de langue française, visant à donner l’impression que la traduction est « ce qu’aurait écrit l’auteur s’il avait écrit en français », et que cela implique la correction, le naturel de la langue française, on est, en un sens, moraniste.

Quand on défend la « pureté » de la langue française contre les importations de mots étrangers, mais aussi contre les tournures de phrases à la mode considérées agrammaticales ou incorrectes (quand on critique l’usage intensif de « trop » dans « elle est trop belle »), on est, en un sens, moraniste.

Quand on corrige les enfants dans les écoles, et les gens en général, en disant qu’un régionalisme ou un trait de langue populaire est « incorrect », « ne se dit pas », « n’est pas français », on est, en un sens, moraniste.

Quand on qualifie une traduction faisant appel aux pidgins d’Afrique de l’ouest de traduction « rédigée à la fois en français classique et en petit-nègre », on est, en un sens, moraniste.

Quand on essentialise la langue française en estimant qu’il n’est pas de son « génie » de se mélanger, de changer, de se féminiser ; quand on affirme que la langue française a des propriétés intrinsèque (la « clarté de la langue française »), on est, en un sens moraniste.

Quand on répond aux défenseurs de l’enseignement de la langue arabe dans les établissements scolaires publics « qu’ils commencent déjà par apprendre le français », on est, en un sens, moraniste.

Quand, comme Jean-René Ladmiral, on critique « l’altérophilie » des traducteurs sourciers, qui selon Ladmiral (cf. diverses interventions récentes sur France-Culture) aiment trop l’autre, l’étranger, et font preuve d’une forme de haine de soi, de haine de leur langue, on est, en un sens, moraniste.

Et le moranisme, on aurait bien compris, est un racisme.

Que fait Nadine Morano en affirmant que la France est un pays « judéo-chrétien, de race blanche ? » Elle définit une identité nationale selon des critères qui en excluent une partie de la population de l’identité française. Elle exclut symboliquement de la citoyenneté toute personne non judéo-chrétienne et/ou non blanche. Elle craint un délitement de cette identité ainsi définie, par ce qui semble pour elle une invasion, celle des non-blancs, et, c’est explicite dans le verbatim de l’émission, des musulmans : « Je n’ai pas envie que la France devienne musulmane ».

Selon elle implicitement 1) l’identité d’un pays se définit par des critères de race et de religion sinon exclusifs du moins majoritaires (faisant des citoyens minoritaires des citoyens non-identitaires, et de facto moins citoyens que les autres. 2) les identités ne sont pas cumulatives, et sont figées dans le temps : une France non-blanche, non judéo-chrétienne, ne serait plus une France, du moins pas la même, du moins une moins bien, parce qu’elle aurait envahie – non du fait d’une évolution naturelle.

Cette pensée est évidemment d’une violence infâme envers les français non blancs et judéo-chrétiens.

Je repense à cette phrase quand j’enseignais au collège d’une élève (ni blanche, ni judéo-chrétienne, en l’occurrence) : « Madame, pourquoi tous les profs de français, ils sont français ? »

Cette pensée de l’identité majoritaire comme identité par défaut (Coluche disait : « un mec normal… blanc »), et de l’identité minoritaire comme, de fait, minoritaire, différente, marquée, périphérique, inférieure, cette pensée on la retrouve quasiment textuellement dans la pensée de la langue (et de là, dans la pensée et la pratique de la traduction qui en découlent).

Je faisais aujourd’hui mon dernier cours d’histoire de la traduction à Paris VII, au master de traduction littéraire. J’ai abordé le cas de la traduction des pidgins, en rapprochant, une fois encore, la traduction par Sika Fakambi de Notre quelque part de Nii Ayikwei Parkes des traductions de Camilleri par Quadruppani. Une des étudiantes me disait qu’elle avait constaté dans la traduction de Trainspotting que les paroles d’un personnage, présenté comme très intelligent, et s’exprimant dans une langue riche, avec un fort accent écossais, étaient traduites en français dans un niveau de langue inférieure au niveau de langue de l’original, parce que, pour compenser l’impossibilité (selon lui, je suppose) d’introduire un accent écossais en français, le traducteur avait utilisé le registre familier, l’argot. Au régionalisme de l’original répondait une langue inspirée des parlers populaires.

Le régionalisme est vu comme un écart.

Le registre familier est vu comme un écart.

Des écarts qui sont des incorrections, par rapport à la « bonne langue ».

Présentons un texte de Céline (et Dieu sait que je n’aime pas Céline) à un élève des lycées. Il y a fort à parier qu’il estimera les argots et les jurons comme des fautes de langue. Parce qu’on lui a fait croire que la langue littéraire c’est la langue soutenue, l’unité de ton racinienne.

Combien de fois dit-on à des élèves que les régionalismes « ne sont pas français » et sont incorrects. (Disclaimer : non qu’il ne faille pas rendre les élèves sensibles aux niveaux de langue. Leur succès aux examens, puis ensuite dans leur parcours individuel, sera en partie subordonné à la maîtrise des codes. Mais qu’on dise « telle expression ne se dit pas » alors qu’elle vient d’être dite me fait hurler. Je préfère travailler non dans l’imposition verticale d’une norme présentée comme transcendante, mais dans la prise de conscience de stratégies langagières à adopter. Ne pas être le censeur qui impose une norme extérieure à l’enfant, mais lui apprendre à se jouer du code majoritaire, pour lui niquer la gueule, passez-moi l’expression. Idem de la dissertation, du reste)

La bonne langue dans les représentations de beaucoup (y compris des petits enfants ce que je trouve infiniment triste) c’est celle de l’académie. Dans sa pureté lexicale (passez-moi l’expression : LOL) et dans sa fixation syntaxique et morphosyntaxique qui prétend, par exemple, que le neutre existe pour les noms de fonctions, et que l’« on doit » dire : « Madame le professeur », « Madame le docteur ». Dans la pureté de son niveau de langue. Soutenu = bien. Familier = mal. Familier = incorrect. Les créoles ne sauraient être littéraires. La langue littéraire, elle est pure dans son lexique, correcte dans sa syntaxe.

La langue littéraire est de race blanche et de religion judéo-chrétienne, voilà globalement la position de l’académie.

La langue littéraire c’est celle du centre. La langue dialectale, la langue créolisée, la langue vulgaire, c’est la langue orale, donc incorrecte. Puisque l’oral ne saurait être littéraire.

Cette vision centralisée de la langue est moraniste, et raciste. De même que Morano exclut de l’identité française les minorités non-blanches, non-judéo-chrétiennes, de même la conception centralisée, académicienne de la langue exclut les régionalismes, les dialectes, les jurons, les pidgins, de la langue littéraire.

Traduire selon cette idée centralisatrice de la langue, autrement dit, c’est prôner en littérature une assimilation. Faire parler le commissaire Montalbano en patois lyonnais, le personnage de Trainspotting comme une racaille banlieusarde, les personnages de Toni Morrison comme des campagnards lambda, c’est exiger que toute personne de nationalité française ou toute personne mangeant à la cantine d’un établissement public mange du porc, parce qu’on est laïc, c’est-à-dire judéo-chrétiens (tiens ! le bât blesse), enfin, chrétiens, bref, qu’on est pas musulmans. Assimilez-vous, soyez comme nous (en même temps vous ne le serez jamais puisque votre étrangèreté se lira toujours sur votre visage, de même que les personnages de Toni Morrison pourront bien parler en poitevin-saintongeais ils seront quand même noirs américains.)

Soyons sérieux. L’identité française, si tant est qu’une telle chose existe, est plus souple que cela. De même que la langue française est plus souple que cela. Céline a prouvé que le français peut faire de l’argot une ressource littéraire (quand bien même, en 1940, l’auteur d’un traité sur « le génie de la langue française » a estimé que lui et Proust – autre judéo-chrétien – étaient des exemples à ne pas imiter à cause de l’abâtardissement de la langue, chez eux.

Le travail de Quadruppani sur Camilleri, le travail de Sika Fakambi sur le roman de Parkes, est un travail littéraire, reposant sur une analyse littéraire du texte source, inventant (la traduction, c’est de la création, aussi) une langue littéraire inouïe pour que ce que l’on entende, ce soit un texte sicilien, un texte ghanéen, mais en français, parce que vous savez quoi ? La littérature étrangère, elle est étrangère. Et qu’on n’a pas besoin d’être blanc, pardon, d’être conforme à l’Académie, pour être français. Il y a des tas de façons d’être français qui n’incluent ni de parler comme un académicien, ni de manger du porc à la cantine. Il y a des tas de façons de faire de la littérature en langue française, et certaines des plus fécondes, des plus riches, des plus savoureuses, des plus sensibles à la diversité de la littérature mondiale, ne sont pas conforme à l’Académie. Elles ne sont ni plus ni moins littéraires que les « nationales ». Voire plutôt plus que moins.

Il va falloir se faire une raison.

Ce en quoi la traduction, et plus généralement toute conception de la langue, est politique. Celui qui dit que la normalisation de la langue, des langues, n’est pas politique, ferait bien de check their privileges. Il se peut fort qu’il soit du côté du bâton qui tape sur ceux qui n’écrivent pas comme il faut ou sur ceux que la langue majoritaire oublie. Toute conception de la langue implique la place donnée aux minorités. Implique une pensée de l’accueil de l’étranger.

J’en suis intimement convaincue : subordonner la traduction à un respect des règles et du bon usage du français essentialisé et centralisé, c’est refuser d’accueillir l’étranger. C’est lui demander de s’assimiler tout en lui interdisant l’entrée dans la communauté nationale.

(et pour ma part je continuerai à jurer comme un charretier, à utiliser des mots étrangers, à me contrefoutre de l’impératif de « correction » syntaxique en dehors des textes académiques. Ma rétivité profonde à « me corriger » est politique, aussi).

Addendum

Qu’on ne vienne pas opposer l’argument selon lequel Nadine Morano maîtrise mal le français, n’est pas comparable à l’Académie. Elle fait des erreurs de grammaire fréquentes à l’écrit, en effet. Et alors ? L’argument (qui n’est pas un réel argument, mais une façon de se défaire de son adversaire en marquant sa supériorité sur lui et en l’humiliant) est irrecevable. La correction de la langue de Morano n’a rien à voir avec sa pensée. S’il y a une chose – une seule – où je la défendrai c’est sur ce point : elle peut bien écrire comme elle veut, ou peut, cela ne discrédite en rien sa pensée, contre laquelle je m’oppose énergiquement, mais pour des questions de fond, pas de langue. Je connais des quasi illettrés qui raisonnent mieux que Finkielkraut.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. LN dit :

    Je ne peux quand même pas écrire « j’entends quand même qu’il y a des vrais sujets qui se posent sur les territoires », si ?

    • Claire Placial dit :

      tu peux (puisqu’on est punks, ici), ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aurait pas une manière plus judicieuse de le dire, plus compléhensible, moins jargonnante 🙂

  2. Irène dit :

    Dans mes bras, Claire ! Ton article est magnifique, et fait absolument écho mes pensées/préoccupations/questionnements.
    J’ajouterai que la langue française est étrangère, elle aussi. Étrangère à elle-même, tout comme le traducteur. La traduction le lui rappelle sans cesse.
    Merci pour ce billet !

  3. Nini dit :

    Très bon article.

    Je suis choqué que tant de gens considèrent qu’elle produit ses propres normes. Comme si la « langue pure » n’était pas l’objet de réformes politiques et de contrôles tout aussi politiques. Comme si ces contrôles ne répondaient pas à une certaine idéologie. Pourquoi le français ne serait-il « pas fait » pour la féminisation ? La langue évolue avec les changements politiques et sociaux. Ça ne la met pas en danger. Une langue qui n’évolue pas est une langue morte. C’est simple, on ne la parle plus, on ne se l’approprie plus, on ne la bouleverse plus = c’est un fossile.

    Et puis le neutre, gros fantasme. Le jour où on saura faire comprendre aux gens qu’il n’y a que deux genres en français. I.e. Pas masculin et neutre.

    Par ailleurs, c’est choquant cette équivalence entre masculin et neutre. Tu veux écrire au féminin. Tu es une femme. Forcément, faut que tu ajoutes des « e ». Ça veut dire que tu es hors de la norme ? Pas neutre ? Une variation. Un écart à la règle.

    BREF MERCI, un article salutaire. L’idée de « pureté » de la langue éveille de vieux relents de nationalismes mal digérés. La langue = l’identité, intangible, préservée de … De quoi ? De qui ? Tous ceux qui menacent la suprématie d’un pouvoir partagé par un cercle restreint bien honorable. Ceux qui sont visés parmi les menaces sont ceux qui ne gouvernent pas. Les femmes, les non-blancs (drôle d’appellation, mais c’est bien pratique ce paquet fourre-tout). Parce qu’après tout, quelles sont les « risques » les plus dénoncés aujourd’hui par les défenseurs auto-proclamés de la langue ? La féminisation, capitale d’un point de vue politique et dans l’expérience vécue, mais pas vraiment susceptible de mettre en péril la grammaire. Les « mots étrangers » ? Comme s’ils venaient simplement « remplacer » des « équivalents » français (souvent, ils n’induisent pas les mêmes significations).

    La langue est de sang mêlé. Elle ignore sa paternité et sa maternité. Elle n’est pas subordonné à ses racines. Elle est dénaturée. Merci de la laisser porter ses fruits où bon lui semble.

  4. DM dit :

    Un collègue m’a rapporté l’anecdote suivante. Il avait séjourné aux USA avec ses enfants, scolarisés pendant un an là bas. Ceux-ci, de retour en France, ont naturellement utilisé des américanismes en cours d’anglais, que leur(s) enseignant(s) d’anglais ont sanctionné comme « incorrects ».

    Que dire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *