Marx écrit-il français ? Autour du commentaire de texte à l’agrégation de philosophie.

La troisième épreuve écrite de l’agrégation de philosophie est intitulée « histoire de la philosophie » ; elle consiste en un commentaire de texte. Deux auteurs sont au programme. Le texte commenté par les candidats est extrait de leurs œuvres. Pour l’année 2015 étaient au programme « Platon » et parmi les œuvres de Marx, « Manuscrits de 1844, L’idéologie allemande, Introduction à la critique de l’économie politique, Contribution à la critique de l’économie politique, Le Capital (Livre premier). » Le programme, tel qu’il est publié au B.O., ne comporte pas d’indication d’éditions de référence pour cette épreuve : seules les œuvres au programme de l’oral doivent être travaillées (du moins sont soumises au candidat à l’oral) dans une édition précise.

Marx old

Jeudi 26 mars dernier, c’est sur un texte de Marx que les candidats ont composé. Les références précises du texte n’étaient pas précisées au bas du sujet : figurait la seule indication « MARX. Le Capital ». Après examen, il s’agit d’un extrait de la section 4 « le caractère fétiche de la marchandise et son secret », du chapitre I « La marchandise », dans la première section.

Fait curieux, le traducteur n’était pas identifié.

Autre fait curieux, le texte donné aux candidats n’était pas identique à celui des deux traductions publiées accessibles dans le commerce.

J’espère ne pas me tromper en disant qu’il y en a deux : à ma connaissance, qui résulte d’une exploration internautique ce week-end et n’est peut-être pas exhaustive, on peut lire Le Capital dans la traduction de Jean-Pierre Lefebvre aux PUF, tandis que Champs Flammarion et Folio rééditent la traduction de Joseph Roy que l’on trouve par ailleurs sur wikisource, sur le site marxists.org qui ne cite pas le nom du traducteur, mais renvoie au site le.capital.free.fr qui, quant à lui, précise que la traduction diffusée est celle de Roy.

La postérité de cette dernière, dans les éditions contemporaines et sur internet, s’explique par deux facteurs. D’abord, elle bénéficie de l’aura de Marx en personne, puisque l’auteur a manifestement surveillé de près le travail de son traducteur allemand, pour, fréquemment, le corriger et adapter son propos au public français – mais du coup, cette traduction n’est pas une traduction littérale de la version originale allemande du Capital ; c’est presque une réédition du texte à destination du public français. Ajoutons que, manifestement, Marx n’était pas toujours très satisfait du travail de son traducteur. Jean-Pierre Lefebvre le cite ainsi dans son édition :

Le travail que me donne la révision de la traduction proprement dite est inouï. J’aurais sans doute moins de mal, si j’avais moi-même fait d’emblée tout le travail. Et malgré tout, ce genre de réparation bricolée laisse toujours un résultat saboté. (PUF, 2009, p xliii).

L’autre raison qui explique la postérité de cette traduction, c’est simplement qu’elle est libre de droits, puisque publiée entre 1872 et 1874. C’est ce qui explique que l’on puisse la reproduire et la diffuser en ligne, et que plusieurs éditeurs français la réimpriment plutôt que de commander une nouvelle traduction – laquelle du coup ferait doublon avec la traduction de Lefebvre aux PUF.

À quel point diffèrent les deux traductions en circulation, et la traduction soumise aux candidats ? C’est le moment d’une petite analyse comparative[1].

Comparons les traductions

Texte de Marx
Die Menschen beziehen
also ihre Arbeitsprodukte nicht aufeinander als Werte, weil diese Sachen ihnen als bloß sachliche Hüllen gleichartig menschlicher Arbeit gelten. Umgekehrt. Indem sie ihre verschiedenartigen Produkte einander im Austausch als Werte gleichsetzen, setzen sie ihre verschiednen Arbeiten einander als menschliche Arbeit gleich. Sie wissen das nicht, aber sie tun es.

Texte de l’épreuve du 26 mars
Les hommes ne mettent pas les produits de leur travail en relation les uns avec les autres en tant que valeurs parce que ces chose vaudraient pour eux en tant que simples enveloppes matérielles d’un travail humain indifférencié. C’est l’inverse. Dans la mesure où, dans l’échange, ils posent leurs produits divers comme égaux les uns aux autres en tant que valeurs, ils posent leurs travaux différents comme égaux les uns aux autres en tant que travail humain. Ils ne le savent pas, mais ils le font.

Traduction de Roy
Lorsque les producteurs mettent en présence et en rapport les produits de leur travail à titre de valeurs, ce n’est pas qu’ils voient en eux une simple enveloppe sous laquelle est caché un travail humain identique ; tout au contraire : en réputant égaux dans l’échange leurs produits différents, ils établissent par le fait que leurs différents travaux sont égaux. Ils le font sans le savoir.

Traduction de Lefebvre
Ce n’est donc pas parce que les produits de leur travail ne vaudraient pour eux que comme enveloppes matérielles d’un travail humain indifférencié que les hommes établissent des relations matérielles de valeur entre ces choses. C’est l’inverse. C’est en posant dans l’échange leurs divers produits comme égaux à titre de valeurs qu’ils posent leurs travaux entre eux à titre de travail humain. Ils ne le savent pas, mais ils le font pratiquement.

J’ai colorié trois choses qui m’apparaissent frappantes à la lecture comparative de ces traductions.

En jaune, un trait structurant de l’écriture de Marx à ce passage. Avant même de comparer le résultat français à l’allemand, je vais dire ceci : à la lecture du sujet donné aux agrégatifs la semaine dernière, cette récurrence de « en tant que » m’a sauté aux yeux, comme un fait stylistique majeur. Je constate que le « en tant que » récurrent dans le sujet correspond strictement, à l’échelle du court paragraphe, au « als » employé par Marx, et que c’est en effet sans doute, plus qu’une particule, une caractéristique particulièrement structurante du texte : il s’agit pour Marx de définir non le sens en soi des Arbeitsprodukte, des « produits du travail », mais la façon dont ils sont reçus par « les hommes ». Cette récurrence disparaît dans une certaine mesure chez Lefebre qui varie les particules (« comme », « à titre de »), et est complètement effacée chez Roy qui recompose entièrement la structure syntaxique du passage.

– En vert, quelques indices pour souligner la structure syntaxique de la première phrase. Chez Marx, le sujet vient en première position, dans un syntagme négatif (Die Menschen beziehen also… nicht), ce que reproduit la version donnée au concours : « Les hommes ne mettent pas ». Lefebvre et Roy ont recours à un procédé similaire : la négation est comme exportée hors du syntagme (cela doit avoir un nom en stylistique et je l’ai oublié), dans le syntagme « Ce n’est donc pas » initial chez Lefebvre, dans le « ce n’est pas » chez Roy, qui devient la principale de la phrase avec pour conséquence l’emploi initial d’un complément de temps chez Roy (« Lorsque les producteurs… »), d’un complément de cause chez Lefebvre. Chez ce dernier l’ordre des mots est renversé.

– En rose, la dernière phrase : traduite littéralement dans le texte du concours, traduite littéralement mais augmenté d’un adverbe « pratiquement » chez Lefebvre, qui vient expliciter ici la différence entre les représentations et la pratique. Roy renverse l’ordre des mots, supprimant ainsi la parataxe.

Bilan : la traduction donnée au concours s’efforce manifestement de tendre vers la plus grande littéralité, laquelle, on le voit de façon frappante ici, n’est pas qu’affaire de lexique, mais également de syntaxe. La syntaxe de Marx fait partie intégrante de la pensée de Marx, à mon sens, du moins à l’échelle de ce bref passage. Dans le cadre d’une analyse de texte visant au recrutement des enseignants de philosophie, c’est à mon sens le texte proposé aux candidats qui est le plus adéquat, dans la mesure où il permet sans doute de serrer au plus près la fabrique même du texte – il ne s’agit pas là seulement de commenter les thèses de Marx, mais de voir comment le texte s’articule.

Mais.

Il y a un problème. Qui est l’auteur de cette traduction ?

Lorsque j’ai découvert le texte qui avait été proposé aux candidats, mon sang n’a fait qu’un tour : on avait encore négligé de citer le traducteur ! Je me suis demandé si c’était parce qu’il y avait une édition de référence, et que par défaut la traduction utilisée pour l’épreuve en était issue, mais donc il n’y a pas de traduction de référence. Sur le coup, ma réaction était vraiment celle de la défenseuse des droits des traducteurs : on les invisibilise, on les efface, on les oublie.

Ce qui du reste n’est pas faux. Et le problème d’un texte de concours qui ne donne pas ses sources est le suivant : tel qu’il se présente, le texte français de l’épreuve de l’agrégation est donné comme si Marx était un auteur français. Ce qu’il n’est pas. Il a donc fallu un médiateur pour que le texte parvienne à ses lecteurs et commentateurs français. Citer le nom de ce médiateur est nécessaire, d’une part pour rendre à César, et d’autre part pour que le traducteur soit rendu responsable de son texte – qu’il puisse en répondre.

L’examen des traductions existant dans le commerce, la comparaison des trois traductions au texte source allemand, me conduisent à formuler l’hypothèse suivante : il me semble vraisemblable que le jury a traduit (fait traduire ?) le texte, pour qu’il adhère mieux à l’original dans sa structure textuelle même.

En passant, une précision : je ne veux pas ici critiquer la traduction de Lefebvre, que je n’ai pas lue in extenso. Pour une épreuve d’agrégation, qui concerne un texte très court, qu’il faudra décortiquer dans chacun de ses mots, ainsi que dans son articulation syntaxique, je trouve la version proposée au concours bien plus exploitable. Mais qu’un extrait de trente lignes soit plus exploitable pour un exercice universitaire ne signifie pas que la traduction récente soit mauvaise, a fortiori à l’échelle de l’œuvre entière. On ne travaille pas de la même façon, en traduction, sur un extrait auquel le découpage donne une cohérence peut-être partiellement arbitraire, et sur un ouvrage de plusieurs centaines de pages.

Donc il me semble que le jury a retraduit, et pour ce que j’en dis, il a bien fait.

Mais pourquoi ne pas le dire ? Pourquoi ne pas mentionner « traduction de Unetelle » ou « traduction du jury », quelque chose qui explicite la source du texte français ? Puisque c’est, quoi qu’il arrive, par ce prisme traductif que les candidats pénètrent dans la pensée de Marx ?

Il se peut que cette absence de mention du traducteur soit négligence, il se peut qu’elle soit mépris du travail traductif, il se peut aussi qu’il s’agisse d’une volonté de ne pas sursaturer le texte d’informations – de peur que les candidats s’embarquent dans une exégèse de la traduction, alors qu’ils ne disposent pas de l’original. C’est du reste une critique opposable à l’épreuve de commentaire lorsque le texte est traduit : les candidats ne consultent pas l’original, sont tributaires du prisme traductif, dont on connaît les enjeux énormes en philosophie. Ne pas citer le traducteur a du coup pour intérêt « pratiquement », pour paraphraser Lefebvre, de faire du texte français un original second – dans le cas d’une traduction extrêmement littérale, et sans doute voulue expressément extrêmement littérale pour les besoins de la cause.

N’empêche qu’il n’est pas éthique de ne pas citer le traducteur. Même quand il s’agit de soi-même. Je me sens toujours un peu bizarre de donner à mes étudiants des poèmes de Heine dans mes traductions, en précisant qu’il s’agit de mes traductions, ça fait un peu je me la ramène je traduis mes textes de cours et tout, mais en fait c’est d’une part par principe que je me cite, et d’autre part parce que le texte de Heine en traduction, quelle que soit la traduction, n’est pas complètement de Heine, et qu’il est intéressant pour les besoins du cours d’exposer pourquoi on a retraduit précisément pour le cours : pour faire, par exemple, apparaître des structures syntaxiques récurrentes – Heine aime d’amour les parallélismes grammaticaux, qu’on a appris aux petits français à éliminer de leurs poèmes et de leurs essais, et du coup, de leurs traductions, volens nolens.

C’est un acte herméneutique non négligeable que de retraduire pour rendre lisible le texte étranger selon des modalités autres que ce que les traductions existantes permettent. Notamment, pour permettre une analyse philosophique. Et je crois vraiment qu’autant commenter la pensée de Marx, dans son fonctionnement textuel, est compromis à partir de la traduction de Roy, autant la traduction donnée à l’agrégation le permettait, ce qui est sans doute son but – que j’estime atteint. Pourquoi alors ne pas le formuler explicitement ?

[1] merci à @gadiouka et à @CloeliaVirgo pour leurs scans/photos du sujet et de l’édition PUF.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. DM dit :

    Je soupçonne qu’il n’est pas dans la tradition, et peut-être pas réglementaire, d’identifier l’auteur (ou les auteurs, rien ne dit qu’il ne s’agit pas d’un travail collégial) précis d’un sujet de concours. Mais dans ce cas, pourquoi pas « traduction du jury », en effet…

    • Claire Placial dit :

      Un ami qui a passé l’agrégation il y a une dizaine d’années me dit que, son année, le texte d’Aristote était retraduit par le jury, avec une formulation du style « traduction du jury », qui aurait le mérite d’expliciter la source du texte français (et, implicitement, le fait que le jury a sans doute retraduit pour que ce soit commentable au mieux dans le cadre d’un exercice académique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *