Réflexions sur la version de langue étrangère à l’agrégation de lettres

Ce billet m’a été inspiré par un échange récent sur twitter avec un agrégatif en lettres modernes, qui déplorait n’avoir pas de méthodologie pour la version anglaise. Mon éthos pontifiant n’a fait qu’un tour et je l’ai, le pauvre, un peu accablé de considérations méthodologico-pédagogiques. Cela dit, la question vaut la peine qu’on y accorde quelques temps. Puisqu’en effet, l’agrégatif de lettres en général, du moins dans l’expérience que j’ai fait de la préparation de l’agrégation, dispose d’une méthode de la dissertation de littérature éprouvée depuis plusieurs années ; l’enseignement de l’ancien français et de la grammaire dans son aspect technique pour l’épreuve de l’agrégation, ne peut faire l’économie d’un discours méthodologique précis. Mais la version, en explique-t-on la méthode ? assez peu, me semble-t-il. Or il me semble intéressant de réfléchir d’une part aux attentes du jury (et aux méthodes à mettre en oeuvre pour les satisfaire, puisqu’il convient lors d’un concours d’être opportuniste et de viser la bonne note), et d’autres part à ce qui distingue une version d’une traduction. Il s’agit, en effet, de développer une méthode, pour remplir un cahier des charges moins nettement défini qu’en dissertation.

Le présent billet se veut donc une réflexion sur la version de langue vivante à l’agrégation de lettres modernes. Warning : je n’enseigne pas cette épreuve, je ne suis pas linguiste, je ne suis pas jury d’agrégation, et les lignes qui vont suivre sont issues de mes élucubrations sans s’adosser à une pratique effective de l’enseignement de la version de concours. Aussi, je serais très heureuse si des enseignants chargés des cours de versions voulaient réagir à ce billet – voire publier dans les Langues de feu leur point de vue sur la version.

* exercice de langue, exercice de littérature ?

 

La version de langue étrangère pâtit à mon sens d’un problème de dénomination : elle est appelée « version de langue étrangère ». C’est-à-dire que le nom de cette épreuve oblitère une donnée fondamentale : le texte à traduire est un texte littéraire. Ce sont des extraits d’œuvres littéraires qui sont soumis aux candidats, non des textes de philosophie, des articles de journaux, ou des catalogues de vente par correspondance. L’intérêt du texte à traduire va au-delà du seul contenu informationnel[1]. On traduit texte littéraire, dans une agrégation littéraire. Cela appelle une façon de travailler consciente de la nature spécifique du texte à traduire.

Par voie de conséquence, l’exercice est un exercice littéraire.

Il s’agit de restituer non seulement le sens du texte, dans sa globalité et dans chacune de ses parties, mais également, dans la mesure du possible, son fonctionnement comme texte littéraire. C’est-à-dire, son ton, son rythme, sa structure, ses effets etc.

Mais l’exercice est, simultanément, un exercice de langue visant à contrôler la compréhension d’un texte en langue étrangère par le candidat, mais aussi et surtout sa capacité à le rendre dans un français ad hoc – et je suis bien consciente qu’il est d’autant plus complexe de satisfaire à cet impératif de compréhension / restitution qu’on a une maîtrise relative de la langue choisie.

Il faut donc jouer sur ces deux tableaux à la fois – et sauf erreur de ma part, une excellente note s’obtient d’une part en évitant « contresens » et « faux-sens », c’est-à-dire erreurs de traduction dues à une mauvaise maîtrise de la langue source, et d’autre part en rédigeant la version non seulement dans un français « élégant » (comme disent souvent les rapports du jury), c’est-à-dire, dans la compréhension que j’ai envie d’en faire, d’une qualité littéraire appropriée aux spécificités du texte original.

 

* et concrètement ?

 

Ces considérations sont encore bien abstraites, et font une belle jambe à l’agrégatif qui ne sait par quel bout prendre l’exercice.

Voilà donc quelques conseils que j’imagine – sachant que pour la version comme pour le reste, la bonne méthode c’est celle qui fonctionne pour nous. Donc ce qui suit ne soit surtout pas être pris sans distance.

– on le dit, on le redit, je vais le re-re-dire : il faut commencer par lire le texte plusieurs fois. Le texte est assez court, et son niveau de difficulté n’est en principe pas trop élevé. Essayer dans un premier temps d’en avoir une perception globale. De quoi ça parle ? Comment ça en parle ? C’est-à-dire, somme toute, avoir le même réflexe que pour un commentaire de texte : identifier l’objet littéraire, avant de rentrer dans des considérations traductives. Prendre soin d’analyser ses propres réactions. C’est drôle ? Il faut que la traduction le soit. La syntaxe est atroce ? Celle de la traduction sera elle-même complexe. C’est plat ? La traduction sera plate.

Ce n’est pas une perte de temps. On dispose de quatre heures, ce qui est long pour un texte relativement court dans une langue vivante que le candidat est supposé bien comprendre. Cette première phase permet d’établir la cohérence du texte, et c’est plus simple de le faire au début, qu’à la toute fin, en bidouillant le texte français

– se méfier du dictionnaire. Pour la version de langue vivante, le dictionnaire unilingue est autorisé (et le dictionnaire bilingue pour l’hébreu et l’arabe). La première chose c’est de se familiariser avec le dictionnaire que l’on emportera à l’épreuve, et de s’assurer qu’on est en mesure de comprendre, la plupart du temps, les définitions – en choisir un adapté à ses besoins, donc. Et puis ensuite, dans la salle d’examen limiter le dictionnaire à la recherche des mots que l’on ne connaît pas, et surtout, attendre avant de l’ouvrir.

Attendre avant de l’ouvrir, parce qu’à mon sens se plonger immédiatement dans le dictionnaire coupe l’énergie du texte – on est concentré à chercher le sens de tel mot, comme si tel mot était indépendant de la phrase, du texte, dans lequel il s’insère. Il faut hiérarchiser : prendre en considération les grandes unités (le texte, le paragraphe, la phrase) avant les petites (le mot)

– rédiger un brouillon flottant. Par flottant, je veux dire : n’exclure aucune solution possible. Pour le mot Gesellschaft allemand, mettons, se ménager plusieurs possibilités : « société », « compagnie » entre autres. On a tendance en ne gardant qu’un sens dès le brouillon à se fixer dessus trop tôt.

– spéculer intelligemment sur les mots inconnus. En principe, c’est aussi à cela que sert l’observation du texte dans sa globalité : à connaître le contexte, qui permettra de départager entre synonymes, et de définir un champ des possibles si vraiment on cale. (vieille recette pédagogico-rhétorique des cours de version latine : toujours partir du principe que l’auteur raconte des choses sensées. Il faut donc proposer une version sensée : si l’on fait des faux sens, ce sera toujours moins pire qu’un charabia impossible)

– on parvient à la phase délicate de l’élaboration de la traduction qu’in fine on recopiera sur la copie. C’est dans le travail phrase après phrase, sur des échelles plus réduites, qu’il s’agit de raisonner de façon plus linguistique que littéraire, attendu que le correcteur de version n’attend pas une traduction expérimentale, mais un texte français qui se tient. Donc éviter toute formulation trop calquée qui « sent » la traduction, tout en montrant au correcteur que l’on a pris en considération tous les mots du texte.

Concrètement, cela veut dire :

– Pas de mot-à-mot. Pas de calque. (Un calque, c’est l’exemple de Voltaire traduisant, pour se railler, How do you do ? par « comment faites-vous faire ? »)

– mais en restant littéral. C’est-à-dire, ne pas reformuler de trop loin. C’est là qu’on perçoit qu’on reste dans un cadre universitaire : il s’agit non seulement de traduire, mais aussi de faire des grands signes au correcteur. Regarde, correcteur, j’ai bien vu tous les mots.

– cette littéralité – on passe à la vitesse supérieure – doit si possible se faire à l’échelle du texte entier. C’est-à-dire qu’il faut, autant que faire se peut, repérer les réseaux lexicaux, les répétitions d’un même terme, et les rendre par un même terme français.

Pourquoi rendre un même terme étranger par un même terme français ? Pas pour des raisons linguistiques (pas parce que le sens de Gesellschaft est « société » et pas autre chose, parce que Goethe l’utilise souvent pour dire « compagnie ») : on se sera rendu compte, arrivé à l’agrégation, que le lexique français ne coïncide pas terme à terme au lexique allemand, zoulou, chinois (c’est la malédiction, et la bénédiction, de Babel : la traduction ne peut être mécanique pour cette raison). Mais pour des raisons littéraires. Si l’auteur répète tel mot, répète des mots de telle famille, ce n’est pas pour rien. Qu’il en ait eu activement conscience ou pas, l’effet de son texte repose sur ces réseaux. Les reproduire dans le texte français montrera donc au correcteur à la fois la finesse linguistique de l’impétrant qui a reconnu telle racine, et sa capacité à reproduire le fonctionnement littéraire du texte.

Une fois que le texte français est rédigé, un impératif : il faut qu’il se tienne tout seul. Qu’il soit lisible. J’insiste vraiment sur cet aspect bidimensionnel de l’exercice : la traduction doit être littérale à petite échelle (on doit retrouver tous les mots), mais il s’agit aussi, voire surtout, de rendre compte d’un texte dans son ensemble et pas d’une suite de mots étrangers. La syntaxe devra être pesée justement, notamment.

– pour finir, des recettes de cuisine anti-maladresses. Je disais qu’il ne faut pas calquer. Soit, mais comment ne pas calquer ? En assimilant des « trucs », appelés en traductologie de noms exotiques du style « compensation » « chassé-croisé », etc. C’est ce qu’on trouve dans la page wikipédia « procédés de traduction ». Pour ma part, je pense que l’application automatique de ces procédés en traduction littéraire est absurde : elle vient manifester la possession d’une technique au détriment de la compréhension de la spécificité du texte de départ. Mais la version n’est pas la traduction littéraire, et il s’agit aussi de montrer une forme de savoir faire qui se traduit dans les rapports du jury par « les traductions les plus élégantes ont su conserver l’esprit du texte dans un français de qualité ». Concrètement, c’est ce qui donne à la version la sacro-sainte apparence d’un texte « directement écrit en français ». Concrètement encore, cela veut dire : le texte doit être rédigé dans un français idiomatique, sans anglicismes (il faut écrire « je lui ai serré la main » et non « je lui ai serré sa main »

On peut à cette fin consulter (ça me fait mal de l’écrire tellement je n’aime pas ce genre de manuels, mais bon…) les « stylistiques comparées », qui vont proposer des équivalents pour les idiomatismes. (pourquoi je ne les aime pas ? Parce qu’une « stylistique comparée » fait reposer le style sur la langue, et non sur l’individualité de l’auteur, sur ce que l’auteur fait de sa langue).

Autrement dit : éviter de se faire remarquer stylistiquement par des tournures trop maladroites car trop proches des idiomatismes de l’original, ou, inversement, par des tournures par trop éloignées du texte de départ à des fins d’élégance, mais sans lien continu avec la lettre du texte.

Quelques interdits

– ne pas oublier de phrase ou laisser de blancs

– ne pas proposer de solution alternative

– ne pas mettre de note de bas de page. (À titre personnel, je trouve cela très frustrant. Mais la version repose sur la fiction que le texte français peut se suppléer à l’original, qu’il aurait pu être rédigé directement en français. Il faut donc effacer tout ce qui rappelle que la traduction est une traduction)

L’exercice en ce sens est ambigu : c’est autant un exercice de français que de langue étrangère, autant un exercice littéraire qu’un exercice linguistique.

 

* en amont de l’épreuve

Il faudrait faire au moins une version en temps limité pour prendre la mesure de l’exercice. Mais l’exercice de souplesse dorsale (comme dirait Cyrano) qu’est la version peut se préparer, voire, doit se préparer, en dehors des versions en quatre heures avec dictionnaire unilingue

– en lisant des textes en langue étrangère, sans nécessairement les traduire, mais en s’astreignant à l’autonomie de la lecture.

– en s’entraînant, à l’écrit ou non, à traduire des bribes. Mieux valent dix lignes par semaine que quatre versions dans l’année.

– profiter de toute occasion (en regardant des séries en VO, mettons) pour s’entraîner à la reformulation idiomatique et à l’application des fameux procédés de traduction.

Et sur ce, je quitte ce ton prescriptif et pontifiant qui me fait me couvrir la face de boutons – je crois décidément que la version n’est pas mon exercice favori ! C’est encore plus que la traduction littéraire – parce qu’il y a certes un éditeur, mais pas de jury ni de note lorsque l’on traduit toute une oeuvre – un exercice d’équilibre, devant ménager la chèvre de la littéralité et le chou de l’intelligibilité, exhiber une maîtrise de la langue étrangère et de la langue française en même temps. Mais surtout, si j’ai une chose à dire: ne pas oublier que c’est un exercice littéraire.


[1] non du reste qu’un ouvrage de philosophie soit réductible à un contenu informationnel. La forme du texte philosophique n’est pas inessentielle, le style varie d’un auteur à un autre (Kant n’écrit pas comme Heidegger qui n’écrit pas comme Benjamin, et il n’est pas rare qu’aimant un système de pensée, on aime également le style de l’auteur). Je crois assez peu à la spécificité de la traduction littéraire sur la traduction des sciences humaines.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *