Le metteur en scène, le traducteur – suite de l’analogie

Le dernier billet introduisait une analogie : le traducteur et le metteur en scène ont, mutatis mutandis, un rôle similaire, dans la mesure où ils ont tout deux à restituer l’intégralité[1] d’un texte, et où ils sont les intermédiaires par lesquels ce texte trouve son public (avec, dans le cas du metteur en scène, ces intermédiaires supplémentaires que sont les acteurs : mon analogie, comme du reste toute analogie, ne fonctionne pas complètement, et c’est bien ça qui est intéressant avec les analogies.)

Une fois encore c’est Patrice Chéreau qui va me servir de fil conducteur, à travers quelques mots tirés … d’un journal télévisé de 1988, filmé alors qu’il montait à Avignon Hamlet, en version intégrale. Il parle du choix de monter Hamlet en ces termes :

Je crois qu’il faut affronter cette œuvre parce qu’on a le devoir de l’affronter, de la même façon qu’un grand soliste, un grand pianiste a le devoir d’affronter certains concertos très difficiles, sinon il n’avancera pas s’il se contente des choses les plus simples ou les plus évidentes. L’absence d’évidence d’Hamlet est quelque chose qu’il faut affronter une fois dans sa vie.

Je note au passage que Chéreau, lui aussi, analogise. « Affronter » Hamlet c’est comme affronter, que sais-je, l’intégrale des concertos pour piano de Beethoven. Parce que c’est un sommet de la musique et que la musique elle-même va nous demander de faire l’adéquat usage de nos ressources ; aussi sans doute parce que c’est une œuvre que tous connaissent de près ou de loin : on va être jaugé, comparé, il va falloir, peut-être, résister à la tentation de faire du neuf, de l’inouï, pour le principe, etc.

Mais venons-en au fond. Ce qui motive Chéreau à monter Hamlet, d’après ce court entretien, c’est le « devoir » du metteur en scène d’affronter les grandes œuvres. De fait, c’est un point commun de l’expérience de tout interprète de théâtre, de musique et à tout traducteur : il y a des œuvres qui semblent au dessus de notre portée – pas nécessairement difficile, du moins pour la musique qui est un terrain que je connais un peu, à cause de la difficulté technique (Mozart n’est pas techniquement difficile comparé à Ravel, mettons) mais plutôt à cause du sommet artistique qu’il représente, et qui nous dépasse, nous interprètes, parce qu’on a le sentiment qu’on en fait jamais le tour.

Et je suppose qu’il arrive alors à Patrice Chéreau ce qui est arrivé à André Markowicz en traduisant Hamlet. À ce propos, si facebook a une utilité, c’est par exemple, d’y lire très régulièrement les longs textes que Markowicz y publie sur l’expérience de cette traduction : où l’on voit, ce que j’essayais de dire dans le billet précédent, et du reste, dans l’ensemble de ce carnet, que la traduction est toujours à renouveler, qu’on ne traduit pas Hamlet comme on raperait une meule de parmesan : une fois qu’on a fini, rien n’est fini.

Je parle de Markowicz, et une chose me chagrine : qui est l’auteur de la traduction que met en scène Chéreau ? Sans doute Chéreau, dont j’ai vu je ne sais où qu’il estimait beaucoup les traductions de Bonnefoy, a-t-il choisi la traduction avec soin, sans doute cela n’a pas été un sans enjeu dans le processus d’édification du spectacle. Toujours est-il que le nom du traducteur, dans les quelques minutes de journal télévisé, on ne l’apprend pas. Et c’est un souci : le spectacle que voient les spectateurs à Avignon n’est pas, littéralement, écrit par Shakespeare, mais est le produit d’une traduction, en réalité premier intermédiaire avant le metteur en scène et les comédiens (voire deuxième, après la traduction, dans le cas de Shakespeare.) Cette interview de Gérard Desarthes qui jouait le rôle d’Hamlet, publiée sur le site du Monde, ne précise pas qui a traduit.

C’est sur la page consacrée par une classe de terminale option théâtre à ce spectacle que j’ai eu confirmation du nom du traducteur : il s’agit de la traduction de Bonnefoy.

Mais rendons à César, et ne surjouons pas le rôle du traducteur vexé : on trouve iciici et dans l’excellent dossier pédagogique fourni sur le site du lycée sus-cité mention du traducteur, entre autre.

Et du reste je trouve maintenant dans cet entretien donné par Bonnefoy au Monde la confirmation de ce que je pressentais : Patrice Chéreau a non seulement choisi la traduction avec soin, mais il a entretenu avec le traducteur un échange, il a questionné la traduction, et la mise en scène en retour a infléchi cette traduction. Bonnefoy dit en effet :

Je ne sais pas si ma lecture d’Hamlet a influencé la mise en scène de Patrice Chéreau, qui aimait réfléchir aux œuvres et prenait le temps de le faire, mais je me souviens, avec émotion maintenant, puisque nous l’avons perdu, des heures qu’avant ses grandes décisions de mise en scène d’Hamlet au Palais des Papes, à Avignon, nous avons passées à lire la pièce, texte et traduction, mot par mot, lui s’arrêtant à tout ce qui dans mon texte français mettait en question le sens qu’il élaborait. Si bien d’ailleurs que j’ai tiré de ce travail en commun deux bonnes dizaines d’amendements de ma traduction, parce que sa pensée était judicieuse.

Enfin sur la traduction de Hamlet il y a plus d’heures à passer que le Sahara ne compte de grains de sables. Je retiens du moins que dans la volonté de monter Hamlet, il y a ce besoin, quand on est un interprète inquiet, de se mesurer à ce dont ont sait pertinemment qu’on ne saura pas achever – et pourtant il faut bien que quelqu’un le fasse pour qu’on voie Hamlet, et pourtant il faut le faire pour que nous, interprètes, accédions à cette connaissance de l’œuvre que confère le fait de l’avoir intégralement traversée – réécrite, jouée. Je reprends le fil de départ, cette interview de Chéreau à la télévision en 1988 : il dit qu’il faut

que ce soit raconté simplement et légèrement. Parce que c’est comme ça que c’est écrit. C’est à dire que c’est très évident quand on lit la pièce, quand on la lit, à la fois elle est totalement énigmatique, parce que le sujet de la pièce c’est une énigme, pourquoi n’agit-il pas ? c’est une énigme. Bien. Et je ne suis pas sûr qu’il y ait une réponse. Et en même temps elle est écrite d’une façon très fraternelle, très généreuse, très libre, et vraiment très simple, à un moment donné Shakespeare montre ce qu’il a envie de montrer au moment où il a envie de le faire voir, et c’est un peu cette limpidité qu’il faut retrouver, à condition qu’elle soit nourrie, je veux dire on s’est posé énormément de problèmes, on a refait vingt-cinq fois la mise en scène des scènes, pour essayer de retrouver une sorte d’évidence.

Bon, cette affirmation me donne envie de retourner lire Hamlet, parce que ce n’est pas le souvenir que j’ai de la pièce. Mais il faut  voir en quoi cette lecture éclaire la mienne, et en quoi cette lecture puise sa source dans la pluralité des facettes de l’œuvre.

En tout cas Chéreau, c’est frappant dans cette vidéo, parle d’écriture, de langue. Il ne parle pas de dramaturgie, il ne parle pas de personnages, il ne parle pas de psychologie (Dieu nous en garde). Il parle de l’énigme (« pourquoi n’agit-il pas ? ») et de la simplicité avec laquelle cette énigme est montrée. Et c’est dans ce genre de propos que je trouve des parentés entre son propos et ce qui pour moi est au cœur du travail du traducteur : viser non pas la restitution d’un message, mais le mode d’expression qui a été celui de l’auteur du texte – si le texte est simple, écrire simplement. Si l’écriture est heurtée, que la traduction soit heurtée. Ne pas, surtout pas, faire de la traduction paulinienne de l’esprit et non de la lettre, parce que la lettre est l’esprit. C’est cette écoute de la façon qu’à le texte de ce déployer qu’il faut partir. À mon sens du moins.


[1] Certes de nombreuses mises en scènes font des coupes – du reste certaines traductions aussi, même si elles ne s’en vantent pas. Ainsi les premières traductions de Dostoievski.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *