La théorie et la pratique – notes en marge de « La nuit sur la plage ».

22 avril 2014
Par

J’ai repris la traduction des poèmes du recueil La Mer du Nord de Heinrich Heine, et les mets progressivement en ligne pour en éprouver la traduction – je ne considère nullement ce travail comme achevé, puisque, comme je l’écrivais dans mon dernier billet, la traduction est comme l’eau : « la mer la mer toujours recommencée », et on ne se baigne pas deux fois dans la même rivière de même qu’on ne fait pas deux fois la même traduction.

La lecture de ce billet a inspiré à Scons Dut (@SconsDut sur twitter où nous avions précédemment échangé) un commentaire absolument réjouissant, auquel j’ai répondu, mais cette réponse ne me suffit pas complètement, et l’envie m’est venue de faire un billet nouveau, sur le rapport entre la théorie et la pratique.

Je dois commencer par dire que le commentaire de Scons Dut me sidère par son intuition – je dis intuition parce qu’elle me dit qu’elle ne connaissait pas les théoriciens qui me viennent à l’esprit en la lisant, et parce qu’à moi il m’a fallu quelques années de lecture de traductologues et de pratique de la traduction pour formuler les choses d’une manière approchante (dont j’ai du reste bassiné mes étudiants de l’option « lire dans l’original », mais c’est une autre histoire). En fait, elle retrouve ma thèse – preuve que ma thèse n’est pas idiote, et que du reste je n’ai pas inventé la poudre – que toute traduction est une lecture. Et en tant que telle, toute traduction a des points communs avec la lecture en ses multiples formes, depuis la lecture in petto dans son lit ou dans le train, à l’explication de texte du professeur ou du théologien, en passant par la mise en scène du dramaturge. Pour autant, toute lecture n’est pas traduction – j’y reviendrai dans un prochain billet.

Elle me demande aussi comment j’ai traduit « La nuit sur la plage », quels étaient mes choix prioritaires.

Pfiou.

Cette question qui semble simple, si je veux y répondre sérieusement, sans laisser de côté trop de présupposés, me force à aller bien en amont de ce poème.

- en amont de la place de ce poème dans l’œuvre de Heine, parce qu’on ne traduit pas de la même façon un poème isolé, et un poème pris dans l’ensemble d’un cycle que l’on traduit tout entier – ce qui est mon cas, puisque je prépare une nouvelle traduction des Reisebilder.

- en amont de ma rencontre même de Heine, de ce qui fait que j’ai voulu traduire cet écrivain, et de cet écrivain, les Reisebilder.

Je commence par là, avec dans l’idée ce qui a fait la substance du dernier cours que j’ai donné à mes étudiants optionnaires de Licence 2, sur « pourquoi, comment écrire ? », et dans lequel je disais que le comment est, en écriture, souvent la conséquence du pourquoi – lequel ne se réduit pas à une raison factuelle : je ne suis pas positiviste. Ici, c’est donc, « pourquoi, comment traduire ? ».

* Pourquoi Heine ?

J’avais pendant que je préparais ma thèse, traduit, sur les instigations de mon directeur de thèse, les Affinités électives, traduction qui dort dans un tiroir jusqu’au jour où j’en ferai un livre. Arrivée à la soutenance de thèse, après plusieurs mois d’un travail assez intense, je ne voulais pas demeurer intellectuellement désoeuvrée, et je voulais mettre à l’épreuve de la pratique la pensée de la traduction développée dans ma thèse (à savoir, que toute traduction est une lecture, subjective mais non arbitraire, et historiquement située, d’un texte ; que la traduction pour être bonne, du moins selon mes critères, devait partir de ce qui fait que le texte est texte, de son organisation littéraire, et que c’était donc un travail littéraire plus que linguistique). C’est donc parti d’un désir de traduire un peu à blanc – un peu comme on aurait envie de tomber amoureux sans encore avoir rencontré de personne à aimer. Je ne sais plus comment précisément je suis tombée sur Heine. J’avais acheté à la librairie allemande près du centre Pompidou les Reisebilder, dont j’avais aimé lire Le livre de Le Grand. À l’ami qui me demandait ce que je voulais traduire, ça je m’en rappelle très bien, j’ai dit « Heine ». On a ouvert le site Le Festin de Babel après un échange sur facebook, j’ai tout de suite traduit « Fragen » que je connaissais depuis longtemps, et c’est, quasiment, a posteriori que je me suis dit, ah mais oui, mais ce poète me plaît.

Pourquoi Heine me plaît ?

- parce qu’il est drôle

- parce qu’il est terriblement sentimental, et s’en sort par des pirouettes, et que là, l’empathie jouait à plein.

- parce que j’ai eu le sentiment de comprendre ce qui se passait dans son écriture. Il en va des livres comme des gens, il y a des gens avec qui on s’entend bien tout de suite. Là, Heine, c’est bête comme tout, mais je crois, en toute immodestie, bien le comprendre. Et être d’accord avec ceux qui pensent bien le comprendre (Georges-Arthur Goldschmidt et Marcel Reich-Ranicki, par exemple)

- concrètement, comment j’ai l’impression de le comprendre ? Je cerne je crois la fonction des images : métaphores romantiques, sentimentales, traitées avec ironie, par le ressassement (preuve de l’obsession, et de l’ironie, par la distance, la conscience de l’obsession, que suppose le ressassement même. Il répète vingt fois le motif du cœur qui saigne : c’est à la fois entériner que le cœur saigne, et se moquer de son insistance de poète sentimental à reprendre ce cliché éculé)

- Sa langue me plaît. Elle est inventive au possible : je ne connais pas d’écrivain allemand aussi productif dans la fabrication de mots composés. Elle est, aussi, très répétitive, par non pas tant l’itération de mots, que le jeu sur les structures syntaxiques. Les « und » en début de phrases ou de vers – piqués à la Bible ? Les parallèles grammaticaux. L’art des périodes, protase démesurée, accumulation, et apodose en queue de poisson. Autre figure du ressassement (l’accumulation) et de l’ironie.

- la fonction critique et politique de l’ironie : l’université, et plus généralement le conservatisme en prennent pour leur grade ; la construction de l’identité juive, plus subie que véritablement choisie, était non quelque chose auquel je pouvais me reconnaître, faute de vécu commun, mais dont le fonctionnement me touchait.

En une phrase, c’est de tous les écrivains celui qui dans le même temps me fait rire et pleurer, et comme qui j’ai envie d’écrire.

Du reste, je me sentais des affinités de style avec Heine. Non que je prétende pour autant bien le traduire. Mais : le goût des répétitions, des incises, des accumulations bizarres : je me disais que stylistiquement, ça pouvait coller.

* Comment traduire Heine ?

On en arrive à la traduction du recueil La Mer du Nord – vous verrez que ce n’est pas sans lien avec ce que je viens d’écrire, parce que ce que je définis comme facteurs d’empathie, comme à l’origine de mon goût pour cet écrivain, naturellement je veux que cela se retrouve dans la traduction que j’en fais.

J’ai procédé différemment pour La Mer du Nord et le reste. J’ai traduit les premiers textes en prose des volumes 1 et 2 dans l’ordre de leur publication, de façon assez ramassée dans le temps. Mais les poèmes, je les ai commencés à des époques différentes, j’en ai des brouillons, certains bien avancés, d’autres abandonnés en cours de route. Ce que je publie en ce moment, c’est une reprise des bribes et brouillons.

Formellement, il s’agit de vers libres – ni rime ni mètre régulier sauf pour quelques poèmes. Je ne me suis pas posé un instant la question : à vers libres en allemand, vers libres en français.

Stylistiquement par contre, ce qui me frappe à la lecture du texte de Heine, c’est sa nature rythmique extrêmement forte, qui passe non par le mètre mais

- à l’échelle du groupe de vers, par la syntaxe, avec des parallèles (participes substantivés à la rime par exemple), des anaphores (und… und… en début de vers)

- à l’échelle du poème, par des retournements quasiment systématiques : à un lyrisme échevelé, le cœur qui saigne, la douleur éternelle des étoiles, la colère de Poséidon… succèdent le rappel à ce qu’on appellera réalité, mesure de l’humaine condition, humilité de la condition de « petit poète »…

- à l’échelle du recueil, par la constance des procédés évoqués ci-dessus, la permanence des images (vraiment il travaille avec l’image de la mer à l’image du cœur, et des étoiles comme signes des amours des hommes, et voilà, c’est tout), et par ailleurs un agencement cyclique, les poèmes du premier cycle du moins marquant chacun un moment différent de la journée, mesuré au progrès de la lumière du ciel et de la marée.

Donc il faut que cela passe. C’est-à-dire que les priorités absolues sont pour moi :

- la cohérence des images à l’échelle du recueil. Ce qui entraîne une possible révision des poèmes a posteriori. Par exemple je traduis pour l’instant Himmelsdecke par voûte céleste, mais il se peut que j’ai manqué une occurrence qui demande une traduction différente, auquel cas je rectifierai les précédentes. Non que je pense qu’il faille toujours traduire un même mot de la même façon. Mais quand le mot fait image, oui.

- la reproduction des effets de rythme, et notamment de ressassement. Il faut absolument garder les répétitions, il faut absolument garder les parallèles syntaxiques. Le cœur de la poétique est là. Il s’agit d’amour et de mer : c’est une défense et illustration, au propre et au figuré, du ressassement.

Comment, concrètement, travailler ? On n’a pas, en traduisant, en tout cas pas moi, ses priorités en tête à chaque moment. On y va quand même assez largement à l’instinct, ou au dictionnaire – depuis que j’ai découvert le Grimm en ligne je passe ma vie dedans. C’est à tort ou à raison, allez savoir, enfin c’est comme ça – mais d’où pour moi, l’intérêt des lectures faites par autrui, qui me poussent à mettre mes automatismes à l’épreuve, à décider si je les maintiens ou pas – merci à A. et à V. d’avoir relu « Fantôme marin » : j’ai changé des choses selon leurs indications, pas toujours.

Exemple de traduction à l’instinct. Dans « la nuit sur la plage »,  deuxième vers : Es gärt das Meer, que j’ai traduit par « La mer mijote ». ça tombait bien, ce « mijote » : c’est la traduction du dictionnaire pour le verbe gären, à peu de choses près, l’idée d’une soupe qui cuit, d’un liquide qui fermente, d’eaux intranquilles. Et il y a, chez Heine, une assonance, et 4 syllabes, l’assonance en « e » sur les longues. En français, mon « mijote » garde 4 syllabes, et il a une allitération à la place d’une assonance, ce qui me va. Ce vers là, je l’ai traduit en, quoi, cinq secondes, et c’est a posteriori que j’ai calculé les syllabes : juste, ça allait. Je trouve.

Ailleurs, c’était autre chose. La dernière strophe :

Und bei solcher Nachtluft
Frieren auch wir, wir ewigen Götter,
Und kriegen wir leicht den göttlichsten Schnupfen
Und einen unsterblichen Husten.

Que je traduis pour l’instant :

Et par cette brise nocturne
Nous gelons aussi, nous les dieux éternels,
Et nous attrapons facilement le rhume divin
Et une toux immortelle.

Il y avait

- le « Und » en début de vers, c’était un « et », non négociable.

- le couple ewig / unsterblich, traduit par « éternels » / « immortel », ce qui semble évident, mais pourtant qui n’est venu qu’après avoir testé comme 6 solutions différentes, notamment parce que c’était « Dieux immortels » qui me venaient, et que la toux immortelle me gênait – à la limite une toux éternelle ? Mais bon, c’est Heine le chef. En revanche, j’ai passé à la trappe le superlatif « göttlichsten », le plus divin – qualifiant le rhume – parce que le développement « le rhume le plus divin » gagnait deux syllabes, était moins allègre, moins ramassé que l’allemand. Mais je ne suis pas satisfaite.

Autre solution où je n’ai pas été absolument littérale dans la syntaxe, à cause du rythme, dans le poème « Déclaration » :

Zerbrechliches Rohr, zerstiebender Sand,
Zerfließende Wellen, euch trau ich nicht mehr!

Traduit par :

Roseau qui se brise, sable qui s’envole,
Vagues qui s’écoulent, je ne me fierai plus à vous !

 

En allemand, trois épithètes (dont deux sont des participes présents), composés avec le préfixe « zer » qui indique la destruction (stören : déranger ; zerstören : détruire). Un rythme très fort, donc, et un sens saturé. Mais ajouter cette nuance aux mots français plus ou moins équivalents en français, et garder les épithètes, alourdis d’adverbes, aurait cassé le rythme, et dans le compte des syllabes, et dans l’itération de zer. Ma solution, qui n’est pas idéale, est de garder la répétition en substituant des relatives apposées aux épithètes ; c’est le pronom « qui », répété trois fois, et les pronominaux, qui prennent le relais des composés en zer-. Et cette fois, j’étais consciente des choix syntaxiques, parce que je les faisais non instinctivement, que c’était un exercice d’abord de lecture du texte allemand, puis de négociation avec la syntaxe française que j’ai en stock dans l’arrière boutique mentale.

* La lecture infinie

Alors oui, une traduction est une lecture. Mais une lecture feuilletée, composée à la fois de strates différentes, et de rythmes différents – à la fois sédimentation géologique et eau vive, si l’on veut. Je m’explique de cette métaphore.

- si on lit « La nuit sur la plage » dans ma traduction, on a le produit d’une lecture qui est ma lecture, qui est le résultat de deux heures (ou trois ans) passés avec le texte.

- c’est une lecture parce que tout y est, dans le sens où tous les vers sont traduits, l’un après l’autre (et qui plus est, je traduis dans l’ordre chronologique, vraiment), dans ce sens cela mime  le mouvement de la lecture dans un texte.

- mais comme disait Markowicz, c’est une lecture verticale, qui garde le souvenir des autres poèmes du cycle, des textes en prose de Heine, et qui garde le souvenir de mes propres lectures à moi, de Goethe notamment, que Heine lisait à l’époque (dans Norderney il cite les Affinités), mais aussi de Bouvier relu récemment, qui vient après Heine, mais que je ne peux faire semblant de ne pas avoir lu. Et le souvenir des conversations avec plusieurs personnes et mes propres essais d’écriture aquatique. Et mes propres expériences marines et amoureuses. Cela décante et se dépose dans la traduction, à des degrés que je ne saurais estimer précisément.

- Ce n’est jamais fini. De même qu’on ne lit pas deux fois le même livre (entre temps, on a d’autres lectures, nos goûts ont évolué…) on ne traduit pas deux fois le même texte. Notamment parce que les principes qui fondent notre traduction ont évolué, au gré de notre maturation intellectuelle. Mais aussi simplement parce qu’il n’y a pas d’en soi de la traduction, pas de vérité du texte traduit, et que la probabilité qu’on remette exactement les mêmes mots français sur le même texte allemand est à peu près aussi forte que celle de tomber sur le texte de Hamlet dans la bibliothèque de Borgès.

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : 2- En marge des traductions

5 commentaires pour “ La théorie et la pratique – notes en marge de « La nuit sur la plage ». ”

  1. François-Ronan Dubois le 22 avril 2014 à 19:14

    Je me reconnais beaucoup, à ma toute petite mesure, dans ce que tu dis ces derniers temps, dans ce billet et le précédent, à propos de la traduction. Les images hydrologiques et géologiques que tu prends pour décrire l’activité de départ et de retour au texte originel me paraissent très parlantes et très justes, tout comme le fait de souligner combien un texte particulier, par exemple un poème, est le fragment d’ensembles à géométrie variable tout autant que cet individu-là que l’on aime, le temps de le traduire, d’amour exclusif.

    Quand j’ai commencé, il y a quelques années, à traduire assez régulièrement Emily Dickinson et Virgnia Woolf — autant de traduction qui, le plus souvent, dorment dans mes tiroirs de même, sans que j’espère pour ma part en faire jamais le moindre livre — j’avais dans l’idée qu’au prix d’un certain labeur, après un certain temps, il en sortirait quelque chose qui serait non pas une version exacte, mais en français, des poèmes de la première ou des essais de la seconde, mais du moins une version que je tiendrais pour définitive.

    Et les choses se passent bien autrement, comme j’aurais dû m’en douter : chaque année j’y reviens et chaque année je découvre avec une profonde insatisfaction (d’abord) et une joie vive (ensuite) qu’il y avait tout autre chose à lire, et donc à traduire. J’admire en un sens ce qui publient leurs traductions complètes de semblables textes, parce que la décision de faire barrage à la rivière, qui coule et qui coule, me parait bien difficile à prendre.

    • Claire Placial le 29 avril 2014 à 22:21

      Je voulais prendre le temps avant de répondre à ton commentaire, ça fait quelques jours maintenant, et on arrive dans la Période Maudite où mon temps de cerveau disponible est congru, alors réaction sans longue et préalable méditation.

      Déjà une anecdote: André Chouraqui, que je n’adore pas par ailleurs, a publié à ma connaissance 4 traductions différentes (parfois très différentes) du Cantique des cantiques. Combien dorment dans des tiroirs? Combien de brouillons? à mon sens, dans mon corpus de thèse, c’est vraiment l’illustration qu’il n’y a pas de permanence du sens d’un texte pour une personne donnée, mais une évolution du déploiement de ce texte dans le temps.

      Les métaphores aqueuses, ah, ça, justement c’est une histoire de temporalité. Il y a des moments comme ça dans l’existence où les différents plans se répondent: ce qu’on fait en cours et ce sur quoi on écrit et ce qu’on traduit et ce qui se passe dans notre vie dite privée. C’est une discussion avec une personne rencontrée récemment qui a fait, par ricochets improbables, que je me suis rendu compte, non seulement de l’omniprésence de la figure de l’eau dans la poésie et la littérature allemande, du moins chez Goethe et Heine – mais, plus que seulement constater que la figure de l’eau est présente chez Goethe et Heine, j’ai intimement *compris* (enfin c’est le sentiment que j’en ai eu) la façon dont ça marche – et du coup, le lac dans les Affinités Electives, la ville engloutie dans Fantôme marin, c’est la polarité stagnante et/ou ressassante, qui appelle une forme de narcissisme (du reste Narcisse il a un miroir d’eau) et puis il y a les ruisseaux, la source, qui est dans le Cantique des cantiques. Bref, il y a grave de l’écho.

      Ceci n’est pas tant une réponse qu’une embardée en roue libre ;-)

      par ailleurs, tu sais que mon ami Maxime Durisotti et moi nourissons de nos traductions ce site-ci? http://lefestindebabel.wordpress.com/
      Si tu voulais, tes traductions mouvantes y seraient plus que bienvenues. L’avantage du blog, comme tu sais, c’est la possibilité d’édition permanente, et puis on peut publier plusieurs traductions d’un même texte. ça serait même assez chouette de faire des traductions parallèles. Enfin voilà, suggestion. Mais je redis, tu y es le bienvenu, on te fait un double des clés et tout.

      (et puis: très émouvant billet dans Contagions ce soir. Merci d’avoir partagé ce texte)

      • François-Ronan Dubois le 30 avril 2014 à 4:32

        Merci pour ta réponse !

        Je dois avouer n’avoir jamais regardé que de très loin le Festin de Babel ; je te promets de me pencher plus sérieusement sur la question à Nancy et de voir si mes fonds de tiroir ne sauraient devenir par hasard des surfaces d’Internet.

  2. Scons Dut le 22 avril 2014 à 13:11

    Alors là, je suis plus que comblée. Je ne pouvais pas rêver mieux comme réponse.

    Une petite précision cependant; tu m’encenses beaucoup trop (meme si c’est très agréable ^^), car l’intuition que tu m’attribues n’est finalement que mon rebond sur ton billet précédent. C’est finalement le fruit de tes propres lectures ^^

    Maintenant je voudrais juste dire un mot sur ce qui m’a poussé jusqu’ici. J’aime la poésie, mais c’est une chose toute récente; je suis une Béotienne dans ces affaires (sans fausse modestie). Et j’ai remarqué la chose suivante: au fil de mes lectures, ma perception s’est affinée. Par exemple, jusqu’à très récemment, l’alexandrin était pour moi juste un vers de 12 syllabes. Et c’est en lisant un petit traité de versification que j’ai compris qu’il y avait à l’intérieur de l’alexandrin, une richesse rythmique possible (césure, accentuation dans les hémistiches). Ça a bouleversé ma lecture de Racine, entre autres.

    Un autre exemple, plus en rapport avec la traduction. J’avais déjà lu l’Antigone de Sophocle en français. Et je suis tombé, par hasard, sur l’explication d’un vers (en grec) à propos d’un terme ambigü (approx. deinos anthrôpos); l’idée étant que deinos peut signifier à la fois terrible et adroit, rusé (rapidement). Ce qui donne une teinte toute différente au vers cité.

    Ces exemples très concrets, je les cite car ces dimensions de la poésie, je pense que jamais je ne les aurais découvertes par moi-même. Alors, je me dis qu’il doit y avoir d’autres trésors du même ordre.

    Et c’est en partie pourquoi je t’avais demandé d’énoncer les problèmes que tu avais rencontrés lors de la traduction de Heine. Car, il me semble que le traducteur (surtout le traducteur-sourcier) essaie de suivre au plus près le texte et l’auteur, et des problèmes se posent. En prenant conscience de ces problèmes, le lecteur peut découvrir une dimension du poème, affiner sa perception. Et au passage, apprécier l’intelligence de la solution proposée par le traducteur.

    Et, par exemple, tout ton billet participe directement à l’affûtage de ma perception de Heine. Je ne savais pas pour la récurrence des images (coeur qui saigne, étoiles dans la nuit, etc.); et je ne percevais pas la légère pointe d’ironie qui s’y trouve. Mais maintenant oui !

    Ce pourrait d’ailleurs être un drôle de livre, celui dans lequel chaque poème traduit serait suivi par une discussion des problèmes de traduction :)

    Et donc, je te remercie, encore une fois, chaleureusement ! À très bientôt ^^

    • Claire Placial le 22 avril 2014 à 13:32

      Juste un commentaire très vite sur ce drôle de livre (je répondrai plus longuement plus tard): en fait cela existe, quasiment, dans la collection “Translations”, qui édite plein de traductions diverses d’un même livre… http://www.vox-poetica.org/sflgc/a/spip.php?article915

Laisser un commentaire

Présentation

Les langues de feu sont celles des traducteurs, dont le discours en marge des traductions offre un intéressant point d'entrée dans l'analyse des discours sur l'hétérogénéité des langues.

Motto du moment

Les œuvres de l’esprit sont immuables, mais la critique est randonneuse, elle procède des opinions de l’époque, n’a de signification que pour cette dernière, et quand elle n’est pas elle-même de nature artistique (...) alors elle accompagne l’époque au tombeau. Heine, L'île de Norderney, trad. C. Placial

Inspirations

Daniel Arasse, Hannah Arendt, Giorgio Bassani, Walter Benjamin, Antoine Berman, Pierre Bourdieu, Alfred Brendel, Andrea Camilleri, Barbara Cassin, Michel de Certeau, Federico Fellini, Michel Foucault, Carlo Ginzburg, Natalia Ginzburg, J.W. von Goethe, Georges-Arthur Goldschmidt, Ernst Gombrich, Heinrich Heine, Jérôme de Stridon, Carlo Levi, Martin Luther, Henri Meschonnic, Michel de Montaigne, W.A. Mozart, Pier Paolo Pasolini, Marcel Proust, François Rabelais, William Shakespeare, F.D.E. Scheiermacher, Franz Schubert, Baruch Spinoza

Carnets de recherche