La pensée métaphorique de la traduction

Il faut que la pensée de la traduction touche à l’informulable, ou du moins qu’elle se plie de bien mauvaise grâce à la description, pour que le discours sur la traduction soit à ce point envahi par les métaphores et analogies. La traduction, le rapport des langues source et cible, le travail du traducteur sont volontiers appréhendés par l’image. Certaines sont très connues. Parler de « belles infidèles », outre que cela remet sur le tapis l’éternelle question floue de la fidélité, cela suppose une pensée de la traduction sur le modèle du mariage, de l’union entre – quoi d’ailleurs ? mariage de textes ? mariage de langues ? mariage d’auteurs ? Toujours est-il que la traduction qui privilégie l’élégance du texte d’arrivée au détriment de la ressemblance avec le texte de départ, est à l’univers textuel ce que la belle épouse infidèle est à l’univers sexuel – avec, sous-jacent, l’idée que la beauté est séduction, et que la séduction est tromperie. Les termes mêmes de langue et de texte sources et cibles relèvent de la pensée métaphorique de la traduction – avec, notamment, dans le concept de « cible », une directionnalité problématique, surtout lorsque c’est la langue qui est dite « cible » : la traduction ne vise pas nécessairement une langue, et l’idée même que la traduction relève de la visée peut être discutée.

Ces métaphores – les « belles infidèles », la « cible » – en passant dans le vocabulaire traductologique (à la faveur notamment des travaux de, respectivement, Roger Zuber[1] et Jean-René Ladmiral[2]) se sont largement démotivées. On ne pense plus nécessairement à la métaphore conjugale ou sexuelle lorsqu’on évoque les « belles infidèles ». Ce n’est pas le cas des métaphores et analogies que l’on trouve dans le discours des traducteurs, en marge de leurs traductions. Le fait même qu’ils recourent à l’image pour tenter de rendre compte de la nature de leur travail est à mon sens un signe du fait que la traduction est foncièrement une œuvre de réconciliation des inconciliables, d’apparentement des dissemblables. Et, je vais moi-même proposer une analogie – mais une analogie métatextuelle, on ne se refait pas – : la traduction est (entre autres) mise en contact de langues hétérogènes, congruant autour d’un texte unique, de même que l’analogie est mise en contact d’éléments disparates, se rejoignant néanmoins dans leur tertium comparationis.

Tout cela pour dire que, lorsque je préparais ma thèse sur les traductions françaises du Cantique des cantiques, je me suis particulièrement intéressée aux péritextes des traducteurs (appareil de notes, mais surtout préfaces et avertissements, qui me semblent le lieu privilégié d’une déclaration de ce que Berman appelle le « projet de traduction »[3]) ; j’ai ainsi compilé un certain nombre de métaphores utilisées pour illustrer tel ou tel aspect du travail de traduction, telle ou telle difficulté. J’avais commencé une collection de métaphores sur la traduction que je n’ai malheureusement pas tenue à jour, mais que je vais m’employer à reprendre, dans l’idée d’en faire la matière des prochains billets. De même que, comme l’affirme Meschonnic, « la traduction dit aussi qui traduit et quand, de même que l’écriture écrit celui qui écrit »[4], il me semble que les métaphores sur la traduction disent qui traduit, ou du moins, quels sont les présupposés de qui traduit. S’y révèlent en effet, en sus des imaginaires propre à chaque traducteur (puisque les métaphores puisent dans les arts, la politique, le bestiaire, la vie quotidienne, la technique, si bien qu’il n’y a guère d’objet auquel la traduction ne puisse être comparée), des prises de parti singulières sur la traduction et des langues, faisant appel par le biais de la métaphore à l’imagination et au bon sens, alliant en somme à l’inventivité de la création métaphorique l’idée reçue. Tenter de classer les métaphores peut mettre en évidence certains de ces présupposés, non tant si le classement est fait à partir des comparants (… comme le chant, comme le domptage des fauves, comme l’orfèvrerie, etc.) qu’à partir du comparé. Est-ce la langue, est-ce le texte à traduire, est-ce l’opération même de la traduction qui est comparée au chant, au domptage… ? Là en effet semble se situer le noyau dur autour duquel le traducteur concentre ses efforts.

Les prochains billets de mon carnet seront consacrés à la pensée métaphorique de la traduction, et construits autour d’une recherche de l’identification de ce qui semble résister au traducteur, et cependant lui importer, de telle sorte qu’il a recours à l’image pour rendre sensible ce dont il peine à rendre compte autrement. Les exemples seront tirés du corpus réuni dans ma thèse, à savoir, des péritextes des traductions du Cantique des cantiques, et plus largement, de la Bible et de l’Ancien Testament.

Par ailleurs, on pourra se référer à l’impressionnante compilation de citations sur la traduction réunie par Jean Delisle : l’ouvrage La traduction en citations[5], précédé d’une brève et délicieuse préface d’Henri Meschonnic, réunit plus de trois milles citations sur la traduction, récentes pour la plupart, classées par thèmes, eux-mêmes ordonnés par ordre alphabétique. S’y fait jour l’immense variété des métaphores, et, comme le dit Meschonnic dans la préface, le fait que « sur le langage, et donc aussi sur la traduction, il n’y a que des points de vue. Que des représentations. »

 

En guise d’avant-goût, deux citations, qui se situent aux deux extrémités du spectre temporel que j’ai couvert dans ma thèse. La première est la phrase bien connue d’Olivetan[6], premier traducteur, en 1535, de l’intégralité de la Bible depuis l’hébreu et le grec. La seconde date de 1987, et est à trouver sous la plume de Jean-Yves Leloup, dans l’introduction à sa traduction du Cantique[7].

Olivetan (1535)

Veu aussi quil est autant difficile (comme vous le savez) de pouvoir bien faire parler a leloquence Ebraicque & Grecque/ le languaige françoys (lequel nest que barbarie au regard dicelles) si que lon vouloit enseigner le doulx rossignol a chanter le chant du corbeau enroue. (…) ainsi donc par faulte dautre termes avons este astreinctz de user des presens/ en nous acommodant a nostre temps/ et comme parlant barbare auec les barbares. Au surplus ay estudie tant qui ma este possible de madonner a ung commun patoys et plat langaige/ fuyant toute affecterie de termes sauuaiges emmasquez  & non accoustumez/ lesquelz sont escorchez du Latin.

Leloup (1987)

Les langues sémitiques, faites d’images, transmettent davantage des « visions », des suites d’images. Une langue aussi exacte que le français a bien du mal à les représenter.

Traduire le Cantique des Cantiques en français, c’est mettre un étalon sauvage dans une écurie, « modèle » sans doute, mais ô combien étroite ! Pourtant, il faut oser.

(…) Il s’agira bien ici d’un « essai de traduction », c’est-à-dire qu’on « essaie » d’approcher le cheval sauvage, sans trop le domestiquer (cela lui ferait perdre sa nature), sans lui laisser trop de liberté non plus (trop de ruades à la langue française, trop d’hébraïsme rendrait le texte illisible).

Deux images qui ont en commun, à plus de 450 ans de distance, de se fonder avant tout sur une problématique linguistique, dans le sens où ce qui résiste aux traducteurs, c’est la spécificité de la langue source ; laquelle, dans les deux cas, est comparée à un élément du bestiaire, dont le choix n’est pas sans signification.

 


[1] Roger Zuber, Les « belles infidèles » et la formation du goût classique, Paris, Albin Michel, 1968 ; nouvelle édition revue et augmentée, 1995. Zuber, à la suite des contemporains de Perrot d’Ablancourt, qualifie ainsi les traductions de cet auteur, et situe la pratique des belles infidèles en traduction dans le contexte esthétique et idéologique de la « formation du goût classique », et de l’idéal d’une langue française élégante et claire, à laquelle la traduction se doit conformer.

[2] Voir notamment Jean-René Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction (Paris, Gallimard, 1994). Les termes de langue ou de texte « source », de langue ou de texte « cible » ont été introduits dans la théorie francophone de la traduction par Jean-René Ladmiral, d’après les termes anglais source et target. Voir l’article de Ladmiral « Sourciers et ciblistes », dans Revue d’esthétique, 1986, n° 12. La langue source, en d’autres termes la langue de départ, est la langue dans laquelle est rédigé le texte que l’on traduit, la langue cible, ou langue d’arrivée, est la langue dans laquelle est rédigé le texte produit de la traduction. Jean-René Ladmiral distingue en outre des traducteurs « sourciers » et d’autres « ciblistes », dont les positions s’opposent en ce qu’ils veulent respectivement laisser autant que possible l’auteur en paix et attirer le lecteur, ou laisser autant que possible le lecteur en paix et conduire l’auteur jusqu’à lui. Notons que si les termes de « sourciers » et « ciblistes » sont de Ladmiral, les positions qu’ils désignent leur préexistaient

[3] Antoine Berman définit cette notion aux pages 74-79 de son ouvrage Pour une critique des traductions : John Donne (Paris, Gallimard, 1995). Il écrit notamment : « Le projet définit la manière dont, d’une part, le traducteur va accomplir la translation littéraire, d’autre part, assumer la traduction même, choisir un “mode” de traduction, une “manière de traduire”. […] Ici apparaît pour le critique un cercle absolu, mais non vicieux : il doit lire la traduction à partir de son projet, mais la vérité de ce projet ne nous est finalement accessible qu’à partir de la traduction elle-même et du type de translation littéraire qu’elle accomplit. »

[4] Henri Meschonnic : Pour la poétique II ; Epistémologie de l’écriture, poétique de la traduction. Paris, Gallimard, coll. « Le Chemin », 1973, p. 410. C’est singulièrement dans le chapitre intitulé « La Bible en français. Actualité du traduire » que l’on lit ces mots.

[5] Jean Delisle, La traduction en citations, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2007.

[6] La Bible, qui est toute la Saincte Escripture (…), Neufchastel, par Pierre de Wingle, 1535.

[7] Jean-Yves Leloup, Le Cantique des Cantiques, Marseille, les éditions de l’OUVERT, 1987


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Chemouny dit :

    Bonjour,

    Je vous recommande particulièrement deux ressources audiovisuelles sur le site ALIA (atelier littéraire d’ici et d’ailleurs) touchant à vos recherches : Jean-Yves Masson « Entre écrire et traduire : réflexions autour de la traduction »http://semioweb.msh-paris.fr/corpus/alia/1677/introduction.asp, Henri Meschonnic « Résonnances actuelles du Cantique des cantiques »http://semioweb.msh-paris.fr/corpus/alia/FR/_video.asp?id=1742&ress=5496&video=121237&format=92#22280
    Bien cordialement,
    Muriel Chemouny

    • Claire Placial dit :

      Je connais la vidéo de Jean-Yves Masson (même s’il est vrai que je l’ai regardée il y a bien longtemps maintenant). En revanche, j’ignorais l’existence d’une vidéo de Meschonnic, parlant du Cantique. Je la découvre à l’instant. Je n’avais jamais entendu Meschonnic parler, et suis frappée, au premier abord, de sa diction, du rythme de sa diction. Un immense merci pour cette recommandation, qui me ravit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *