« Fehamti ? (tu comprends ?) ». Sur la retranscription d’un entretien multilingue

Fanny Layani, enseignante d’histoire-géographie, thésarde en histoire, contributrice du carnet Aggiornamento hist-geo, a soutenu en octobre dernier un conséquent et remarquable mémoire de M2 en histoire contemporaine intitulé « “Le ciel est bleu comme une chaîne”. L’incarcération des militants de l’indépendance algérienne dans les prisons de France métropolitaine, 1954-1962 ». Fanny avait relu des chapitres de ma thèse, j’ai relu un grand chapitre de son travail, qui m’a beaucoup intéressée.

L’intérêt historique de son travail est grand, d’autant que rédigé dans un style alerte, il se lit non, comme le dit l’expression, « comme un roman », parce que nulle fiction là dedans, mais il se lit comme la collecte passionnante de la trace d’existences humaines dans l’univers carcéral – du moins, c’est ce qui m’a le plus frappée. Une autre chose m’a frappée : la langue. Fanny a réalisé sept entretiens avec sept anciens détenus algériens dans les prisons de métropole. Leur langue maternelle est l’arabe algérien. Les entretiens étaient réalisés en français, que tous parlaient, à des degrés de maîtrise divers. Fanny les a méticuleusement transcrits : les syntaxes hésitantes, les pauses, la recherche des mots, les surgissements de mots arabes dans le dialogue en français sont présents dans les textes des entretiens, en annexe du mémoire.

Un des témoins – appelons-le Monsieur Chkoun – utilise une langue qui m’a vraiment intriguée. C’est-à-dire, il en utilise plusieurs, dans la mesure où s’entremêlent l’algérien et le français, d’une façon que je n’aurais pas imaginée.

Je suis certaine qu’il existe des tas d’études sur la façon dont les langues se superposent ainsi à l’oral. J’avoue être relativement ignares sur la question du multilinguisme dans les oralités, et ne pourrai me référer à des études solides, que d’autres connaîtront peut-être. (Ici, édition. D’autres connaissent. La dame de Serendip a encore frappé: Marie-Anne Paveau me signale trois liens qui traitent précisément de cela, de l’alternance codique dans le discours des locuteurs bilingues français-arabe dialectal. Voici donc un article d’Abdelouahed Mabrour sur l’alternance arabe/français, au Maroc; un autre article de Mariella Causa sur l’alternance codique dans l’enseignement bilingue, et une thèse de doctorat soutenue par Moammed Zakaria Ali-Bencherif, intitulée L’alternance codique arabe dialectal/français dans des conversations bilingues de locuteurs algériens immigrés/non immigrés. Merci encore Marie-Anne pour ces liens!) Mais je voudrais tout de même consacrer quelques lignes, sinon à une analyse linguistique rigoureuse de cet entretien, du moins à l’esquisse de ce que j’en ai perçu, et des raisons qui ont fait que je l’ai trouvé frappant.

La répartition des langues algérienne et française dans le discours de M. Chkoun est assez variable. L’entretien occupe presque vingt-deux pages, il a duré une heure trente-cinq. [Monsieur Chkoun semble avoir un bon débit de parole !] Aucune de ses interventions, si j’ai bien observé, n’est absolument dépourvue de recours à l’arabe. Mais pour autant, la répartition n’est pas constante. Parfois la langue est quasiment exclusivement française [j’anonyme les noms propres en les remplaçant pas des initiales qui ne sont pas celles des personnes citées] :

F. L. : D’accord. Et c’est ce comité de détention qui discutait avec le directeur ?

M. Chkoun. : Un responsable… le chef, le responsable. C’était A. A. au départ. Vous avez dû entendre parler, de A. A., vous connaissez peut-être. Eh bien A. A., c’était le premier responsable ta3 le (du) comité de détention. Bon, après A. A. , la fédération l’a enlevé, et elle a mis un autre, il s’appelait B. B. , vous connaissez aussi, hein. Après B., euh, B., c’est L..

À d’autres moments de l’entretien, Monsieur Chkoun parle globalement en français, mais quelques mots arabes sont utilisés. Ainsi ce passage où il évoque le couscous servi à Fresnes :

Le meilleur couscous que j’ai jamais mangé, c’était là, à Fresnes ! Je ne sais pas si parcequ’on était en prison qu’on le goûtait, ça, je ne sais pas, wella (ou bien) c’est une idée hakdak (juste comme ça), mais je t’assure belli (que), je me suis toujours rappelé, parce qu’il y avait avec moi, moi quand j’étais responsable de l’étage, on a le couscous une fois par semaine, tous les vendredis, une fois par semaine. Et quand on servait le couscous, y en avait qui me suppliaient pour lui ajouter yak kima (tu vois comme). Un journaliste kan m3ana, ellah yerahmou mat B. H. A. (qui était avec nous, que Dieu ait son âme, qui est mort), tu entends parler… alors il demandait : « D., chwiya, zidni chwiya… (D., un peu, rajoute m’en un peu…) ».

Ici, sont dits en algérien essentiellement des chevilles grammaticales ; les deux syntagmes entièrement en algérien sont, d’une part, une forme de citation, puisque M. Chkoun évoque un codétenu qui redemandait du rab et qui s’exprimait à l’époque en algérien, et, d’autre part, la mention même de ce codétenuu.

Il y a par moments une forme de logique linguistique dans l’alternance du français et de l’arabe algérien. Globalement, trois types de mots ou de syntagmes sont dits en arabe algérien

– des substantifs dont on suppose qu’ils sont venus plus rapidement en arabe qu’en français au témoin. Ce ne sont du reste pas nécessairement des mots très savants, plutôt des mots du quotidien. Ainsi :

Monsieur Chkoum : Hadi hiya (C’est comme ça). On a eu l’avantage de commander mithel (par exemple), euh… avant ils nous imposaient deux paquets de cigarettes par semaine, mithal eddoukhan (par exemple des cigarettes)

– des apostrophes et prises à parti, bienveillantes, de l’interlocutrice, qu’il tutoie en arabe (en arabe du reste que je sache on n’utilise pas autre chose que la deuxième personne du singulier pour s’adresser à un interlocuteur unique : pas de familiarité plus grande en arabe, même si la transcription reprenant la 2PS peut le laisser imaginer) :

Ça dépend la gravité de… la gravité de ce qu’ils faisaient. Fehamti ? (tu comprends ?)

ou

quand on sort à ce que… si vous voulez appeler la récréation, wella 3aytilha kima habiti… (ou appelle-la comme tu veux).

– des particules grammaticales, conjonctions, pronoms

Et en même temps, fi l’étage hadak (dans cet étage là), c’est organisé. Là, on a tant de bonhommes, là tant de bonhommes, par étages, etc. Bon, maintenant nous avons fil comité hadak (dans ce comité-là) ta3na (le nôtre), nous avons un responsable d’éducation, un responsable de… social, un responsable…

Cette présence des pronoms, prépositions, conjonctions arabes m’a semblée étonnante à la lecture. Je n’ai guère l’habitude des énoncés oraux, des transcriptions. Pour une universitaire polyglotte ayant appris les langues de façon initialement méthodique et grammaticale, ce genre de manifestation de la langue étrangère dans les particules grammaticales est relativement contrintuitive. Mais elle tient sans doute à une façon toute différente pour le témoin dans l’apprentissage et la pratique de la langue seconde. Monsieur Chkoum a un vocabulaire français relativement étendu, ce n’est pas tant le lexique qui lui manque qu’une structure syntaxique solide en français. D’où peut-être cette tendance à insuffler des prépositions arabes au milieu d’une phrase française (il semble très souvent dire fi plutôt que dans, alors qu’on ne peut raisonnablement douter du fait qu’il connaisse le mot « dans »), mais inversement, des mots – des substantifs – français au milieu d’un syntagme arabe. Ainsi cette structure récurrente : l’utilisation du démonstratif hadak, ou au féminin hadik post-posé après le substantif :

On gratte le tuyau hadak (ce tuyau là), que ça soit bien… et on… ndirou fih (on y met) le poste hadak, nlesskou fih l’khyout hagda (le poste là, et on y colle les fils comme ça !) et l’écoute… ils avaient des téléphones fi (dans) les étages. À chaque étage, il y a un poste téléphone, ou deux postes. H’na (nous), on leur vole le… combiné hadak, et fil (dans le) combiné hadak (là), on trafique et on a un poste, et on entend les… on entend la radio française, soit la… la une, wella (ou bien) la deux wella (ou bien) la trois, quelque chose comme ça. Des fois on a les trois, pour la réglette hadik (grâce à cette réglette-là) on peut la régler on a les trois, les trois lignes, le 1, le 2, la 3. Alors… chaque jour, moi j’étais chargé fi sa3a hadik au départ, avant la… la libération ta3 (de)… alors je faisais, bel poste hadak (avec ce poste), je prends des informations, à chaque information je prends, et quand on sort, quand on sort à ce que… si vous voulez appeler la récréation, wella 3aytilha kima habiti… (ou appelle-la comme tu veux).

D’autres moments ont été quasiment exclusivement prononcés en algérien. Pour Fanny Layani, cela n’est pas dû qu’aux difficultés du témoin de trouver les mots en français. Elle écrit ainsi dans l’introduction à la retranscription de l’entretien :

Les autres expressions en algérien sont transcrites, puis traduites entre parenthèses. Cela peut alourdir la lecture, mais au cours de l’entretien, il m’a semblé que les moments où Monsieur Chkoun se mettait à parler en algérien avaient, pour certains, un sens particulier (gêne, pudeur, souvenirs difficiles). J’ai donc souhaité mettre en évidence ces moments par l’utilisation de la transcription.

En voici un exemple, à propos d’une grève de la faim à Fresnes :

Y avait un jeune m3aya (avec moi), là, hadak le jeune hadak (ce jeune-là), plus jeune que moi, hatta (jusqu’à) deux ans de différence. Et moi j’étais, c’est pas que je me vante, mais j’étais beaucoup plus courageux 3lih (que lui). Et ben… fil lil, fil lil (pendant la nuit, pendant la nuit) ntel3ou felfrech ta3ou, ou fenhar njib chwiya elma sur le parquet hadak, ou nhabtou lefrech ou nregdou l’tem (je le monte dans son lit, et quand le jour se lève, je ramène un peu d’eau sur le parquet puis je descends du lit et je le fais dormir là-bas). Inoud meskin, i chouf hadak l’morceau de savon hadak ou ikoulli « haaaa, wakila… » ou anna, nkoulou matkelekch rassek (il se lève, le pauvre, et il regarde ce morceau de savon et il me dit « ahhh, peut être… », et je lui réponds « ne t’inquiète pas… »). Ça n’a pas été donné, le… l’indépendance, ils nous ont pas donné l’indépendance. On l’a arrachée, h’na (nous).

* Transcription, traduction

La retranscription du dernier passage cité, en juxtaposant les paroles dites en algérien et leur traduction en français, permet de mesurer l’importance qu’a en terme de volume la place de l’algérien dans certains moments de l’entretien. La note d’intention de Fanny Layani qui précède la retranscription de l’entretien insiste sur ce point, je la re-cite : « Les autres expressions en algérien sont transcrites, puis traduites entre parenthèses. Cela peut alourdir la lecture, mais au cours de l’entretien, il m’a semblé que les moments où Monsieur Chkoun se mettait à parler en algérien avaient, pour certains, un sens particulier (gêne, pudeur, souvenirs difficiles). J’ai donc souhaité mettre en évidence ces moments par l’utilisation de la transcription. »

C’est curieux comment ces mots « peuvent alourdir la lecture », me font penser à mes propres problématiques traductologiques. Je crois que la bonne traduction n’éclaircit pas, ne doit pas viser la légèreté, la transparence, si le texte n’est ni léger ni transparent. C’est pour les mêmes raisons que je pense que le choix de Fanny est le bon – je parle ici vu de ma fenêtre, pas comme historienne ou sociologue, mais je suppose que des historiens et sociologues seraient d’accord. Si elle avait traduit les moments où M. Chkoum parle en algérien, si le texte de l’entretien n’avait été qu’en français, d’une part, ce n’aurait plus été un entretien transcrit. Et laisser l’arabe algérien (en le transcrivant en alphabet latin, toutefois, si bien que l’on peut entendre un peu le son des mots du témoin) dans le texte, c’est permettre d’entendre la parole de M. Chkoum. C’est aussi, indirectement, revivre les conditions de l’entretien, encore que la traduction des passages en arabe algérien fausse un peu la perception. (Pour la transcription, dans la mesure où le témoin parle un arabe algérien très populaire, qui n’a pas de forme écrite normée, la retranscription a été phonétique, il ne s’agit pas d’une translittération)

Si sur la base des mots cités plus haut, on enlève les traductions, qu’on reconstitue ce qu’a capté le magnétophone de Fanny, on a :

Y avait un jeune m3aya, là, hadak le jeune hadak, plus jeune que moi, hatta deux ans de différence. Et moi j’étais, c’est pas que je me vante, mais j’étais beaucoup plus courageux 3lih. Et ben… fil lil, fil lil ntel3ou felfrech ta3ou, ou fenhar njib chwiya elma sur le parquet hadak, ou nhabtou lefrech ou nregdou Inoud meskin, i chouf hadak l’morceau de savon hadak ou ikoulli « haaaa, wakila… » ou anna, nkoulou matkelekch rassek. Ça n’a pas été donné, le… l’indépendance, ils nous ont pas donné l’indépendance. On l’a arrachée, h’na (nous).

Et ce qui se dessine en creux, c’est la distance qui se creuse entre le témoin et Fanny à ce moment. Parler en arabe pour le témoin, ce n’est sans doute pas faute de savoir dire des choses en français, même si parfois il cherche ses mots. C’est sans doute à la fois puiser dans des ressources à lui plus immédiates, et ne pas dire trop directement à la jeune femme qui est devant lui à son magnétophone, et qui parle mal l’arabe, les moments les plus difficiles de l’incarcération.

Et de fait, Fanny n’a pas pu comprendre tout ce que disait son témoin. Elle a été aidée, pour la compréhension, par un ami algérien parfaitement bilingue. Elle m’écrit ainsi, après que je lui ai posé la question de savoir comment elle avait transcrit et traduit l’arabe :

« Pour les retranscriptions, en gros, c’est un mix entre translittération et phonétique, vu que le dialectal ça ne s’écrit pas, et qu’en plus il parle vraiment l’arabe des rues/du peuple.
On a fait va avec Sofiane, toute une aprèm, à Sidi Ferruche, chez Pino… La terrasse d’une pizzeria qui donne sur la mer. On a arrêté au coucher du soleil. Pour en profiter et parce qu’on ne voyait plus rien. La suite, ça a été par internet entre Alger et Paris.

L’arabe sans Sofiane, j’y serai jamais arrivée… Parfois je croyais entendre un truc mais en fait c’était un autre, etc.

Bref : l’arabe, c’est 95% lui. Le français c’est moi. La traduction, c’est tous les deux ensemble à essayer de trouver, parfois, la meilleure façon d’exprimer l’idée tout en gardant le parler de Monsieur Chkoun. »

C’est du reste ce qui me touche infiniment dans cet entretien, et dans l’ensemble du travail de Fanny : on entend les prisonniers. On garde leur parler. Ce travail contribue à garder, outre les traces des faits relatés par les témoins, les traces de ces témoins eux-mêmes, leur façon de parler, leurs hésitations, leurs réticences, leurs émotions.

Addendum.

Fanny est une de mes meilleures amies, du genre qui relit dans l’urgence trois chapitres de thèse et qui offre du chocolat quand ça va pas bien. Elle a donc relu plusieurs chapitres de ma thèse ; juste retour d’ascenseur, j’ai relu un gros chapitre de son M2, celui qui concernait la vie quotidienne à Fresne. C’est ainsi que j’ai découvert l’entretien avec Monsieur Chkoum.

Telles sont les voies de Serendip. L’amitié est un aussi sûr vecteur de découvertes intellectuelles que la bibliographie systématique.

Et tant qu’on y est… bon anniversaire Fanny!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *