Une colle : « Traduire, trahir ? »

Je fais passer des colles de culture générale en classe préparatoire aux écoles de commerce. J’ai donné lors de la dernière séance, « traduire, trahir ? ». Je n’avais pas spécifiquement d’attentes quant au traitement du sujet. Il y avais deux points que je voulais aborder. D’une part, l’enjeu moral que suppose l’équivalence (même modalisée par la marque de l’interrogation) entre traduction et trahison. D’autre part, et là se conjuguent le cahier des charges d’une colle quelle qu’elle soit, et mes propres chevaux de bataille, il s’agissait de déconstruire l’impératif de « fidélité » qui est le revers de l’idée de trahison, en se demandant, trahir quoi ? ou qui ? Fidèle à quoi ? à qui ? (je n’ai jamais compris, et ce n’est pas une posture que de le dire, ce qu’est une « traduction fidèle ». Pour faire court, aussi bien ciblistes que sourciers peuvent revendiquer la « fidélité » ; et au delà des tensions entre textes et langues sources et cibles, la fidélité peut se comprendre en terme de foi, dans le cas des traductions bibliques par exemple.)

En proposant ce sujet j’avais plusieurs idées derrière la tête.  L’une d’entre elles était que je concevais cette colle comme un tout petit laboratoire d’étude des présupposés sur la traduction. J’avais l’intuition que soumettre ce sujet à une petite demi-douzaine d’excellents élèves sortant de l’adolescence et parfaitement intégrés dans le système scolaire français – d’où leur présence en classe préparatoire – était susceptible de faire apparaître, et éventuellement de remettre en cause, les lieux communs sur la traduction (la nécessaire déperdition ; le primat du sens, etc.). Je me demandais aussi si les étudiants sauraient faire appel à leur propre pratique de la version dans le cadre scolaire, puisqu’en fin de compte, ce que je constate colle après colle, c’est que tout brillants que soient les étudiants que j’entends chaque semaine, la réflexion reste extrêmement livresque et théorique. Je ne leur jette pas la pierre, j’en étais au même point à leur âge.

Bilan de la journée de colles, après avoir entendu quatre étudiants sur « traduire, trahir ? ».

– Le grand serpent de mer de la journée, c’est le « message de l’auteur ». C’est lui qui est essentiel, c’est lui qu’il faut traduire, c’est lui qui est trahi. Un étudiant dit que l’auteur, en écrivant sa pensée, s’est déjà lui-même traduit, et lui-même trahi. Ce serpent de mer me semble bien platonicien (penser à retravailler l’idée du platonisme comme Nessie traductologique).

– À plusieurs reprises, est présupposée l’opposition entre traduction mot à mot sur le modèle de la traduction automatique, et traduction du sens du texte.

– Et cela même alors que les étudiants déplorent la perte de la musicalité et de la forme du texte.

– L’idée de méthodes différentes selon qu’on traduit un texte scientifique, un texte littéraire, un texte sacré… n’est pas soulevée.

– L’expression « traduction littérale » est fréquemment utilisée, pour qualifier des pratiques de la traduction qui n’ont en l’occurrence rien de très littéral (si l’on considère « littéral » comme « tendant au mot-à-mot ») : l’interprétariat à l’ONU, Luther.

– Les exemples utilisés sont souvent les mêmes : Shakespeare (exemple de déperdition), la Bible (exemple de traduction toujours recommencée), la traduction automatique (exemple de traduction produisant du non-sens). Ils étudient, je l’apprends à la fin de la journée, Faust dans la traduction de Nerval. Curieusement, personne n’en parle.

– L’idée d’une variation de la pratique de la traduction dans le temps n’est pas évoquée, alors même que plusieurs soulèvent l’idée de l’importance de la traduction à l’ère de la mondialisation. Un étudiant cite notamment Voltaire (« malheur aux faiseurs de traductions littérales ») sans envisager (avait-il les connaissances historiques pour ce faire ?) que le contexte littéraire est globalement celui de l’émergence de l’impératif du respect du génie de la langue française.

– L’hétérogénéité des langues est posée d’emblée dans deux ou trois exposés (avec le sempiternel exemple : « les Inuits ont plus de vingt mots pour désigner la neige »), l’idée qu’une pensée est dépendante de la langue dans laquelle elle est exprimée affleure, sans être néanmoins développée. Les références aux langues étrangères ne sont pourtant pas illustrées par des exemples tirés des langues que maîtrisent les candidats.

– Il n’est d’ailleurs jamais fait référence aux cours de version de langue vivante.

Un exposé néanmoins se singularise, en abordant le sujet par un angle beaucoup plus conceptuel, et posant la trahison par la traduction comme ne pouvant exister que s’il est possible d’objectiver la traduction. C’est aussi le seul exposé à substituer à l’impératif de fidélité l’idée d’un contrat de confiance. Il ne connaît pas de théoriciens de la traduction, mais cite Ricoeur, à propos du travail de l’historien, subjectif mais légitime si la subjectivité est alimentée par une argumentation, ou du moins, pouvant faire l’objet d’une argumentation. À l’écouter, j’ai ce sentiment parfaitement agréable que l’étudiant réinvente, sans le savoir, les positions traductologiques classiques. « Sans le savoir », cela me semble clair dans la mesure où d’une part, il parle à partir d’un simple plan squelettique, de quelques mots rédigés à la hâte, et il est manifeste qu’il a préparé la colle dans les temps. En l’occurrence, plutôt que des corrections à apporter ou des précisions à demander (encore que les exemples étaient un peu plaqués et forcés, ce qui était dommage), l’écoute de l’exposé éveillait chez moi qui prenait des notes des associations avec Benjamin (l’étudiant a prononcé à de multiples reprises l’expression « la tâche du traducteur »), Berman (à cause de l’ensemble de la problématisation, posant la traduction comme une production humaine, une opération effectuée par une subjectivité donc, et n’accordant pas ou peu de poids à l’essentialisation des langues), Eco (à cause du concept de négociation).

Ces observations me conduisent aux réflexions suivantes.

La question de la traduction semble poser problème aux étudiants ; j’entends par là qu’aucun d’entre eux n’a posé la traduction comme transparente, comme évidente, autrement dit, comme possiblement indiscutable.

Corollaire de la première observation : c’est toujours « la traduction » qui envisagée, comme faisant bloc. Même dans le meilleur exposé, les étudiants ne font pas de distinction entre plusieurs types de traduction (interprétation simultanée, traduction de textes techniques, traduction de textes littéraires, etc.) Subséquemment, la question de la possibilité de l’existence de diverses méthodes n’est pas abordée.

Par conséquent, c’est un discours globalement axiologique qui est déployé. Il faut dire que le sujet pouvait facilement y porter. La traduction qui ne trahit pas est la traduction qui « respecte le message de l’auteur », ou « respecte la forme et le fond ». Un discours axiologique donc, qui vise à définir la « bonne » traduction, posée comme équivalente à celle qui ne trahit pas, ou qui trahit le moins possible. Personne en effet ne loue la trahison. Ce discours reste extrêmement théorique. Quand des exemples sont convoqués, ils ne sont pas analysés linguistiquement (il faut dire que le peu de temps de préparation, assorti, pour le candidat de l’après-midi, d’une impossibilité d’accès à tout document, ne permettait pas d’aller concrètement regarder des textes originaux et traduits pour la colle). J’essaye par des questions de faire apparaître des descriptions des traductions (à l’étudiant qui cite une traduction de Roméo et Juliette, je demande pourquoi concrètement, stylistiquement, cette traduction ne fait pas le même effet que l’original) ; mais les étudiants semblent alors surpris et désarçonnés. Du reste cela confirme ce que j’observe en colle cette année : il semble plus difficile aux étudiants que j’entends de décrire précisément leurs exemples que de les analyser en termes de catégories théoriques. J’ai un jour fait passer cinq colles sur « le portrait » sans qu’un seul tableau me soit décrit. Est-ce parce qu’ils savent pour l’instant mieux exploiter leur bagage théorique appris en cours que leurs propres expériences ?

Ce qui me semble latent par ailleurs, c’est une forme de conception, pas toujours bien consciente et donc largement informulée, du texte à traduire comme porteur d’un message. D’où la traduction comme nécessaire interprétation. D’où la trahison si l’interprétation n’est pas juste. Ces idées vont du reste dans le sens des théories de la traduction fondées sur l’impératif de la restitution du sens, qui, pour faire vite, posent la lettre comme inessentielle au message (et, par conséquent, posent la recherche de l’équivalence formelle dans la traduction comme une forme de trahison du message). Les étudiants ne le savent pas, mais ils sont plutôt du côté de Ladmiral, et de Nida, et de l’apprentissage de la traduction tel qu’il est pratiqué en France dans l’ensemble. Il me semble que ce « message » présupposé au texte est en effet largement induit par la pratique scolaire du commentaire de texte, et surtout de la version de langue étrangère.

(À ce point, je me méfie un peu de ce que je vais avancer, et craint de projeter sur mon analyse des exposés entendus en colle mes propres élucubrations)

Il se trouve que c’est entre autres parce que la version de langue étrangère me posait problème que j’ai commencé à m’intéresser à la théorie de la traduction. Étant presque bilingue en allemand, je n’avais pas de problème de compréhension des textes, mais j’avais le plus grand mal à passer au français, je n’aimais pas la version, et surtout je ne comprenais pas cette assertion fréquente des professeurs de langue : « la version est avant tout un exercice de français » – je n’arrivais pas par ailleurs à saisir pourquoi cette assertion me posait problème.

Si les propos des étudiants me semblent faire écho à la pratique de la version, alors même qu’ils n’ont pas du tout mobilisé les problèmes que leur posait personnellement cet exercice, c’est en vertu de ce précepte.

Il faudrait donc « faire passer » un « message ». Je me rends compte à quel point ma conception de la traduction rejoint celle du commentaire de texte, puisque dans l’un et l’autre exercice, je suis extrêmement dubitative sur l’existence d’un message. Un texte produit du sens, oui, il dit des choses, mais quant à concevoir l’explication comme le décryptage de son message, comme se le représentent souvent les élèves du secondaire et les étudiants de premier cycle – et certains professeurs, du reste – c’est tout autre chose. Du moins pour ce que j’en dis. De même en traduction. L’idée que le « message » du texte, voire, le « message de l’auteur » puisse être d’une part identifié et d’autre part abstrait de la lettre du texte dans lequel il a été formulé – donc, de la langue dans laquelle le texte a été écrit, ne me convainc pas, pour ce qui est du moins des textes littéraires. C’est pourtant globalement, dans d’autres termes peut-être, le présupposé de l’exercice de version, du moins tel que j’y ai été formée il y a une bonne dizaine d’années, dans les mêmes classes préparatoires que fréquentent mes étudiants. Enseignant désormais la traductologie, et préparant les étudiants de licence 1 à la traduction, je vois toutefois les limites de ma critique des cours de version, puisque je me retrouve moi-même en position de demander, comme première exigence, à ce que la phrase obtenue fasse sens en français ; il est vrai qu’en cours de version, lorsque les élèves maîtrisent mal la langue source, on se retrouve vite à lire des traductions qui sont des non-sens absolus. Mais de là à fonder la version sur une reformulation idiomatique d’un « message », il y a un pas que je me refuse à franchir.

Puisqu’en effet, problématiser la traduction fidèle comme celle qui est conforme au « message » de l’auteur, cela entraîne facilement l’évacuation de deux objets : le style, et la langue – et ce sont là les deux absents de ma série de colles sur « traduire, trahir ? ». Le traitement de l’exemple de la traduction automatique était intéressant à ce titre, puisque les étudiants qui l’ont évoqué l’ont fait pour opposer la traduction mot à mot, faite « selon le dictionnaire », et la traduction du sens. Il y aurait d’un côté (c’est moi qui développe) l’automatisme de la correspondance terme à terme des langues, et de l’autre la traduction selon le sens. Et je crois, dans leur discours, l’idée que la traduction littérale se fait au dépends de la traduction selon le sens.

Pour finir – n’apparaît pas, dans ces exposés, l’idée que si traduire c’est nécessairement « quelque part » trahir, cette trahison peut être celle de la lettre. Ni non plus qu’on peut traduire sans rechercher le message. (C’est quelque chose que défend Meschonnic, qui se défend de chercher le sens des textes, encore qu’un examen de ses traductions montre qu’évidemment il interprète, dans une certaine mesure – du moins cette interprétation chez lui intervient dans un second temps, n’est pas posée comme un préalable à la traduction.)

Du reste il me paraît effectivement impossible dans la pratique de ne pas se demander ce que l’auteur dit ; ceci précisément parce que ne pas traduire « le message », cela n’équivaut pas à traduire tel un logiciel de traduction automatique ; le traducteur est alors particulièrement sensible à la forme du texte, au réseaux sémantiques, aux sonorités, à la façon dont le texte fonctionne, quoi qu’il dise. Néanmoins il me semble tout de même que ce présupposé du « message », dont la récurrence dans ces exposés était flagrante et témoignait de sa diffusion, du moins chez le public universitaire, est un présupposé, quel que soit le poids que lui donne même le traducteur le plus littéral. Autrement dit il y a bien d’autres choses à trahir qu’un message, dans un texte.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 janvier 2012

    […] propos de la traduction, un billet intéressant sur le carnet Langues de feu : “Une colle : traduire, trahir […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *