"car aussi n’ai-je pas tant étudié en humilité que ês lettres e sciences humaines". Sur la Bible de Castellion et sur l'anachronisme.

6 novembre 2012
Par

 

Dans le générique de l’émission de France Culture « Concordance des temps », on entend une voix dire « le coup d’œil sur l’histoire, le recul vers une période passée ou, comme aurait dit racine, vers un pays éloigné, vous donne des perspectives sur votre époque, et vous permet d’y penser davantage, de voir davantage… ». Ces quelques mots me frappent chaque fois que je les entends, et j’y ai repensé en retournant lire le traducteur dont peut-être je préfère le discours sur la traduction[1], Sébastien Castellion.

Je participais samedi dernier au séminaire pluridisciplinaire Chorea, qui permet aux jeunes chercheurs travaillant sur le seizième siècle d’échanger dans une perspective interdisciplinaire autour de thématiques définies par trimestre. Les trois premières séances de l’année 2012-2013 sont concentrées à la question de la traduction au seizième siècle.

Je présentais pour ma part les deux premières traductions intégrales de la Bible effectuées depuis l’hébreu et le grec. La première est celle d’Olivétan (1535), qui a servi de matrice aux révisions genevoises successives, et qui a ainsi été à l’origine des Bibles lues par les protestants réformés jusqu’au dix-neuvième siècle. La deuxième, celle de Sébastien Castellion, n’a pas connu de postérité comparable : elle n’a pas été rééditée intégralement jusqu’à ce que paraisse chez Bayard en 2005 une nouvelle édition préparée par Pierre Gibert et Marie-Christine Gomez-Géraud  ; par ailleurs ont été rééditées, en de plus minces volumes, aux appareils critiques soignés, les traductions de la Genèse et des livres de Salomon, à la librairie Droz, par les soins de Nicole Gueunier, Jacques Chaurand, Carine Skupien Dekens pour la Genèse, et Nicole Gueunier et Max Engammare pour les livres de Salomon.

Pour autant, la traduction de Castellion est d’un grand intérêt. Si elle n’a pas été largement diffusée à l’époque de sa publication, ce n’est nullement le fait de sa qualité linguistique, mais bien plutôt dû à l’isolement politique de Castellion.

J’ai surtout, dans ma participation au séminaire, parlé de l’Avertissement, rédigé par Castellion, qui précède la traduction, et dans lequel le traducteur expose sa conception et ses méthodes de traduction, par la nécessité de rendre la Bible « entendible » des « idiots » (il ne s’agit pas des imbéciles, mais de tout le peuple, des gens simples, non savants). Pour ce faire, Castellion utilise un lexique parfois néologisant, refusant d’employer des termes d’origine latine grecque, dont la signification n’est pas transparente à qui ne connaît ces langues. Il utilise ainsi « brûlage » plutôt qu’« holocauste », pour rendre bien sensible le fait qu’il s’agit d’un sacrifice dans lequel les offrandes sont brûlées.

Lors de la discussion qui a suivi, une des questions qui ont été soulevées était la suivante : est-ce que le regain d’intérêt pour Castellion ces dernières années s’explique par le fait que son discours traductif entre en résonnance avec certaines théories contemporaines de la traduction – en l’occurrence, le ciblisme de Jean-René Ladmiral, la théorie de l’équivalence dynamique de Nida.

Je n’en sais trop rien, à vrai dire. Il est certain que Castellion détermine le niveau de langue dans laquelle sa traduction est rédigée en fonction du public auquel sa Bible est destinée. Pour autant, voir dans Castellion un précurseur du ciblisme serait une erreur. En effet, aussi bien les théoriciens ciblistes que Nida et ses émules se fondent sur une conception communicationnelle de la traduction, qui participe de la transmission d’un message. Dans le cas de la Bible, cette conception relève en bonne part d’une théologie paulinienne, privilégiant l’esprit à la lettre. Concrètement, cela revient à dire que la lettre du texte est inessentielle, est la coquille humaine dans laquelle est dissimulée la noix du sens divin. Encore plus concrètement, qu’une traduction mot à mot (des proverbes, des hébraïsmes) brouille la compréhension du message, et que le traducteur a pour mission de comprendre le message du texte pour le restituer au lecteur dans des mots qui lui soient familiers.

Mais est-ce ce que fait Castellion ? Certes, sa Bible est à peu près dépourvue de mots étrangers savants. Mais Castellion se défend bien d’affirmer œuvrer à décrypter le message divin. Il écrit dans la dédicace à Henri II roi de France :

… cête obscurité [de la parole de Dieu] gît en partie ês mots, e en partie ês matieres ; dont moi, qui ai beaucoup e longuement travaillé ês mots pour profiter aucunement aux hommes s’il étoit possible, pour le moins en cête partie, ai translaté la Bible en françois, le mieux, e en langage le plus propre e entendible qu’il m’a été possible. Autres y ont travaillé devant moi, le travail dêquels tant s’en faut que je rejette, que je les en remercie de ma part.

Quant a l’autre partie de l’obscurité des écrittures, laquelle j'ai ditte être ês matieres, je ne me fai pas fort d’avoir telle connoissance de l’esperit, que de la letre: toute-fois selon la grace que Dieu en traittant cêt’euvre, m’a faite, je donnerai conseil touchant le moyen de bien entendre la sainte écritture[2].

Castellion affirme n’avoir de prise que sur la lettre seule du texte biblique. Et il reconnaît à l’Écriture une part d’obscurité. Contrairement à Luther, il n’estime pas que l’obscurité ne gît que dans le cœur de l’homme trop impur pour comprendre immédiatement l’Écriture, n’estime pas la Bible parfaitement claire. Et de fait, si l’on tient à appliquer à Castellion l’alternative traductologique contemporaine, il est en cela plus sourcier que cibliste, puisque le ciblisme suppose une orientation vers le sens, le message du texte. Castellion est un traducteur qui vise l’adaptation à un public cible, mais sans présumer de ses propres capacités à entendre le message du texte au delà de sa lettre. Son travail s’effectue donc sur la lettre du texte. Du reste, son travail lexical vise en partie à rendre perceptible le sens des racines hébraïques et grecques que les simples perdent sous les mots savants que sont « holocauste », « circoncir », « baptiser », auxquels il préfère « brûlage », « rongner », « laver ».

Cela pour dire que l’alternative sourcier/cibliste n’a de valeur qu’en théorie, et dans le cadre d’une querelle d’école qui certes a des implications réelles chez les traducteurs (puisque Berman se réclamait par exemple d’une position sourcière). Et que de plus, cette opposition ne peut servir à déterminer a posteriori la position traductive des traducteurs du passé.

Mais c’est à mon sens précisément par son souci de la lettre, et son postulat de l’impossibilité d’acquérir une certitude absolue dans la validité de sa traduction, que Castellion est proche de nous – du moins, c’est pour cela que je le trouve proche de moi. Richard Simon ne s’y est pas trompé lorsqu’il écrit à propos de Castellion dans L’Histoire critique de l’Ancien Testament  :

[ce que je] trouve de meilleur dans ce traducteur, c’est qu’il n’est nullement entêté de sa version, et qu’il a été assez savant dans la langue hébraïque pour connaître qu’il était très difficile et même presque impossible de faire une traduction qui fût tout à fait exacte

Castellion affirme n’avoir de prise, en tant que traducteur, que sur la lettre du texte et non sur son interprétation (accès – dans l’Avertissement il mentionne en passant, non sans un certain humour à mon sens, qu’il n’a pas « l’esperit prophetique (car aussi n’ai-je pas tant étudié en humilité que ês lettres e sciences humaines) »), et pourtant il ne peut avoir de maîtrise complète de cette même lettre :

Quant aux mots à part, la difficulté êt le plus souvent en ceux qui signifient choses, dêquelles il êt peu souvent fait mencion, ou desquelles il est seulement fait mencion, en telle sorte que par la sentence on ne peut savoir ce que c’êt : comme sont la plûpart des noms des arbres, herbes, e bêtes: item, ês mots des ouvrages des hommes, desquels ouvrages la façon se change par succession de tems, ou êt diverse en diverses nacions: comme sont les habillements, e vaisseaux, e outils. De tels mots maintefois nous ne savons bonnement qu’en dire, non plus que d’ici a mill'ans on ne saura que veut dire palletot, casaquin, vertugalle, martingalle, mandoce, pistolet, e tels autres, si la façon en change, et qu’on ne les treuve sinon en écrit, beaucoup moins si la langue françoise se perd comme l’Ebraïque et autres, tellement qu’elle ne soit plus qu’en papier e encre. E pourtant, quand en quelques lieux je translate cormoran, héron, chauve-souris, javelot, houx, e tels autres, je ne veux pas qu’on se fie toutallement en ma translacion: tant seulement je sui ce qui me semble vrai semblable, priant qu’on m’ait à pardonner, mêmement veu qu’en telles choses le faillir n’êt pas fort dangereux. Mais j’entend ceci ês mots translatés d’Ebrieu. Car, quant au grec, nous y sommes beaucoup plus asseurés, à cause que le grec êt plus hanté, et se trouve beaucoup plus de livres, qui nous déclarent de tels mots.

C’est pour ces raisons que Richard Simon n’a pas traduit la Bible : parce que le traducteur ne peut être certain de sa traduction. Pourtant Castellion tout de même traduit, et sa traduction a à mes yeux une force que n’ont pas les traductions de son siècle, catholiques comme protestantes, en vertu de sa liberté linguistique sans doute, et de ses talents d’écrivain. Mais disant cela je tombe peut-être dans le piège de la projection de préoccupations personnelles, et de théories contemporaines.


[1] Bon en réalité c’est une exagération. Je reste une quasi inconditionnelle d’Antoine Berman.

[2] Je cite ici le texte édité par Marie-Christine Gomez-Géraud dans la Bible publiée en 2005 chez Bayard. La ponctuation et l’accentuation ont été adaptées aux normes contemporaines.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : 2- En marge des traductions

5 commentaires pour “ "car aussi n’ai-je pas tant étudié en humilité que ês lettres e sciences humaines". Sur la Bible de Castellion et sur l'anachronisme. ”

  1. Bernard Hoepffner le 7 novembre 2013 à 7:52

    Chère Claire,
    Tombé par hasard sur cet article ce matin. Quel plaisir de voir que nous avons la même admiration pour cet extraordinaire magneur de langue qu'est Castellion. Jacques Roubaud avait donné une belle conférence sur cet homme à une des Assises de la Traduction littéraire à Arles que l'on peut trouver dans les Actes de ces Assises.
    Bernard

    • Claire Placial le 9 novembre 2013 à 15:55

      Merci de votre commentaire Bernard! En le voyant j'ai cru lire "mangeur de langue". Bon. Il va falloir que je trouve ce texte de Roubaud, merci beaucoup de me l'avoir signalé. Castellion est extraordinaire en effet, et le personnage est admirable, ce qui ne gâche rien.

      • Bernard Hoepffner le 11 novembre 2013 à 19:47

        SEIZIÈMES ASSISES DE LA TRADUCTION EN ARLES
        PREMIERE JOURNEE. VENDREDI 12 NOVEMBRE 1999
        Ouverture des Assises
        - "Parler pour les «idiots» : Sébastien Chasteillon et le problème de la traduction", conférence inaugurale de Jacques Roubaud

        Que l'on doit pouvoir encore trouver (commander) en librairie, sinon aux bureaux d'ATLAS quand nous aurons déménagé en décembre.
        Bernard

  2. elvezio canonica le 24 octobre 2013 à 11:24

    Vous connaissez sans doute le livre de Stefan Zweig sur Castellion et Calvin; Admirable, comme toute son oeuvre!

    • Claire Placial le 26 octobre 2013 à 11:08

      Oui je connais ce livre. Le personnage de Castellion est très touchant. C’est mon chouchou de tout mon corpus de thèse!

Laisser un commentaire

Présentation

Les langues de feu sont celles des traducteurs, dont le discours en marge des traductions offre un intéressant point d'entrée dans l'analyse des discours sur l'hétérogénéité des langues.

Motto du moment

Les œuvres de l’esprit sont immuables, mais la critique est randonneuse, elle procède des opinions de l’époque, n’a de signification que pour cette dernière, et quand elle n’est pas elle-même de nature artistique (...) alors elle accompagne l’époque au tombeau. Heine, L'île de Norderney, trad. C. Placial

Inspirations

Daniel Arasse, Hannah Arendt, Giorgio Bassani, Walter Benjamin, Antoine Berman, Pierre Bourdieu, Alfred Brendel, Andrea Camilleri, Barbara Cassin, Michel de Certeau, Federico Fellini, Michel Foucault, Carlo Ginzburg, Natalia Ginzburg, J.W. von Goethe, Georges-Arthur Goldschmidt, Ernst Gombrich, Heinrich Heine, Jérôme de Stridon, Carlo Levi, Martin Luther, Henri Meschonnic, Michel de Montaigne, W.A. Mozart, Pier Paolo Pasolini, Marcel Proust, François Rabelais, William Shakespeare, F.D.E. Scheiermacher, Franz Schubert, Baruch Spinoza

Carnets de recherche