La Pentecôte à l’ère de Google Translate.

Pour la Pentecôte, voici un billet qui montre les joies et les limites de la glossolalie à l’ère numérique. Autrement dit : que se passe-t-il si l’on entre dans une application de traduction automatique un extrait de texte, qu’on le fait traduire dans une langue donnée, puis qu’on fait traduire cette traduction dans une nouvelle langue, opération répétée ad libitum, avant de revenir à la langue de départ ? Voilà une idée de jeu littéraire qui m’avait été suggérée par un ami, qui avait notamment obtenu un résultat cocasse avec « Longtemps, je me suis couché de bonne heure ». Pentecôte oblige, je mène mon expérience glossolalique avec dix premiers versets du deuxième chapitre des Actes des apôtres, où est relaté le don des langues aux apôtres qui se mettent à parler en langues. La voilà, la glossolalie du sous-titre du carnet, qui est du reste intitulé « Langues de feu » en clin d’œil à cet épisode du corpus biblique.

Je constate que j’ai sous-titré mon carnet « tours de Babel et glossolalies » et que de glossolalies, il n’a guère été question : la réflexion sur la traduction, a fortiori la pratique de la traduction, tend à exhiber la différence des langues – ce qui n’exclut pas qu’en quelques rares occasions le traducteur se puisse sentir quelque peu inspiré, mais c’est une autres question. Le présent billet se veut donc une tentative glossolalique, tentative néanmoins puisque je constaterai ce que du reste je savais déjà : Google translate ne se caractérise pas au premier chef par la présence de l’esprit.

Voici le passage passé à la moulinette de Google translate : il s’agit de Actes 2, 1-12, dans la traduction française de Louis Segond dans sa version révisée de 1911. Je prends le texte tel qu’il se présente dans la Bible, avec les numéros de versets insérés dans le corps du texte.

1. Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. 2. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. 3. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. 4. Et ils furent tous remplis du Saint Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. 5. Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel. 6. Au bruit qui eut lieu, la multitude accourut, et elle fut confondue parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. 7. Ils étaient tous dans l’étonnement et la surprise, et ils se disaient les uns aux autres: Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens. 8. Et comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle? 9. Parthes, Mèdes, Élamites, ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont, l’Asie, 10. la Phrygie, la Pamphylie, l’Égypte, le territoire de la Libye voisine de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome, Juifs et prosélytes, 11. Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu? 12. Ils étaient tous dans l’étonnement, et, ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres: Que veut dire ceci?

Les traductions maintenant. J’ai fait traduire le texte issu du français de Segond successivement dans les langues suivantes : allemand ; anglais ; japonais ; italien ; yiddish, français. Voici la première traduction, la traduction allemande.

1. Der Tag der Pfingsten, waren sie alle an einem Ort zusammen. 2. Plötzlich kam ein Brausen vom Himmel wie von einem gewaltigen Wind und erfüllte das ganze Haus, in dem sie saßen. 3. Sprachen, wie Feuerzungen trat zu ihnen, voneinander getrennt, und er setzte sich auf jeden von ihnen. 4. Und sie wurden alle mit Heiligem Geist erfüllt und begannen, in fremden Sprachen zu reden, wie es der Geist ihnen, sich auszudrücken. 5. Es waren aber Juden zu Jerusalem wohnend, die waren gottesfürchtige Männer aus allen Völkern unter dem Himmel. 6. Das Geräusch gehört wurde, kam die Menge zusammen und wurden bestürzt, weil jeder hörte sie in seiner eigenen Sprache. 7. Sie waren alle erstaunt und wunderten sich, und sie sprachen untereinander: Siehe, die Leute reden sie sind nicht alle Galiläer. 8. Und wie hören wir in unserer eigenen Sprache zu jedem, in unserer Muttersprache? 9. Parther, Meder, Elam, und wohnen in Mesopotamien, Judäa und Kappadozien, Pontus und der Provinz Asien, 10. Phrygien und Pamphylien, Ägypten, das Gebiet von Libyen über Kyrene, und diejenigen, die aus Rom kam, Juden und Proselyten, 11. Kreter und Araber, wir hören sie in unsern Zungen die großen Taten Gottes? 12. Sie entsetzten sich alle, und, ohne zu wissen, was sie zueinander sagen: Was bedeutet das?

Quelques remarques sur cette traduction – je m’en tiens aux changements les plus importants, on n’en finirait pas. L’expression « Le jour de la Pentecôte » est traduit littéralement ; on aurait en allemand pour le complément circonstanciel de temps « am Tag ». Au troisième verset, l’allemand conjugue les verbes « trat » et « setzte » au singulier en leur supposant un sujet à la 3PS, « er », sans doute à cause du « leur » français qui disparaît. Au verset 4, le verbe « donner » disparaît, la fin de la phrase allemande est agrammaticale.  Le verset 5 est curieux à l’oreille d’un germanophone mais linguistiquement et sémantiquement correct à l’égard du français. Un contresens important au verset 7 : l’interronégative « ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens » devient une affirmation négative, et dit le contraire de la phrase de départ : « sie sind nicht alle Galiläer » : « ils ne sont pas tous Galiléens. ». Autre contresens savoureux au verset 12 : « ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres » devient « ohne zu wissen, was sie zueinander sagen » ; « sans savoir ce qu’ils se disaient l’un à l’autre », ce qui va justement a contrario du récit de la Pentecôte, où le sens devient transparent au delà de la différence des langues.

Un court bilan avant d’aborder la traduction anglaise

– l’application, particulièrement là où la syntaxe de la phrase française est complexe, produit des contresens qui ne relèvent pas d’une mauvaise interprétation – puisque, je suppose, une application n’est pas doué d’interprétation – mais d’une limite dans les capacité de Google translate à prendre en compte une syntaxe complexe, une inversion de l’ordre des mots par rapport à la norme attendue, etc.

– le lexique semble en revanche globalement moins souffrir de la traduction automatique.

– on peut supposer que dans la mesure où l’application ne semble pas discriminer ce qui fait sens de ce qui ne fait pas sens dans le texte cible (notamment parce qu’elle produit des anacoluthes et autres phrases agrammaticales), elle ne saura pas non plus les repérer quand le texte allemand sera texte source, et les modifications majeures introduites se perpétuerons à l’étape suivante, en anglais.

First The day of Pentecost, they were all together in one place. Second Suddenly a sound came from heaven as of a rushing mighty wind and it filled the whole house where they were sitting. Third Languages​​, such as tongues of fire appeared to them, separated, and he sat down on each of them. 4th And they were all filled with the Holy Spirit and began to speak in other tongues as the Spirit enabled them to express themselves. 5th And there were dwelling at Jerusalem Jews, devout men from every nation under heaven. 6th The noise was heard, the multitude came together and were confounded, because everyone heard them in his own language. 7th They were all amazed and marveled, and they said one to another, Behold, the people say they are not all Galileans. 8th And as we hear in our own language at all, in our native language? 9th Parthians, Medes, Elamites, and dwellers in Mesopotamia, Judea and Cappadocia, Pontus and Asia, 10 Phrygia and Pamphylia, Egypt, the territory of Libya about Cyrene, and those who came from Rome, 11 Jews and proselytes, Cretans and Arabians, we hear them speaking in our tongues the wonderful works of God? 12th They were all amazed, and, without knowing what they are saying to each other: What does this mean?

On constate d’abord un signe de non-entendement de l’application Google translate : au tout début du texte, le numéro de verset, qui typographiquement reprend les codes de la numérotation ordinale en anglais, est traduit, et intégré à la phrase même : « 1. Der Tag des Pfingsten » devient « First the day of Pentecost ». Il en va de même avec tout les numéros de versets qui dans le texte allemand étaient suivis d’un point : on lit 5th, 12th, etc. En revanche, quand il n’y avait pas de point, le numéro cardinal est intégré en chiffres arabes sans la phrase anglaise.

La traduction conserve globalement les contresens par rapport au texte premiers introduits dans le passage à l’allemand : “people say they are not all Galileans” au verset 7 par exemple, ou encore le contresens touchant la périphrase « ceux qui habitent la Judée », qui devient en allemand et en anglais “dwellers in Mesopotamia”, ce qui du reste est plus proche du français parce que c’est un groupe nominal qui est apposé à la liste des peuples énoncée plus haut.

En revanche, il semble que le texte produit en anglais fasse globalement sens : pas de phrases agrammaticales ou incomplètes. Il me semble que Google translate sache mieux intégrer des paramètres syntaxiques dans le passage de l’allemand à l’anglais que dans le passage du français à l’allemand.

L’étape suivante : le japonais.

聖霊降臨祭の最初の日、彼らは一箇所にすべて一緒にいた。第二突然音は激しい風のように天から来て、それは彼らが座っていた家中に響いた。火の舌のように求めて第三言語は、分離され、それらに登場し、彼はそれらの各々に腰を下ろした。第四、それらはすべて聖霊に満たされ、御霊が彼らが彼ら自身を表現するために有効であると他の異言で話し始めた。 5日とエルサレムのユダヤ人、天の下にあるすべての国から熱心な男性に住居があった。誰もが自分自身の言語でそれらを聞いたので雑音が聞かれた第六、群衆は、一緒に来て、混乱した。彼らはすべての驚きと7には驚嘆し、彼らは別の一人が言いました、見よされ、人々はすべてのガリラヤ人ではありませんと言う。そして我々が母国語で、まったく独自の言語で第八聞くと?第九パルティア、メディア人、エラム人、そしてメソポタミア、ユダヤ、カッパドキア、ポントス、アジア、フリギアとパンフィリア10の住人、エジプト、キュレネ約リビアの領土、ローマ、ユダヤ人とproselytes11、クレタ人とアラブから来た人たちは、我々は、彼らが我々の舌で、神の素晴らしい作品を話す聞くか?彼らは皆、驚いて12日であった​​と、彼らはお互いに言っていることを知らず:これはどういう意味ですか?

J’avoue ne pas savoir le japonais. J’ai voulu passer par une langue non alphabétique, à la syntaxe très éloignée de la syntaxe des langues indo-européennes. Je peux cependant constater que les interrogations directes subsistent dans deux cas mais qu’apparemment le verset 11 ne se termine pas par une interrogation ; et que les nombres ordinaux en chiffres arabes se retrouvent tels quels. C’est peut-être en observant l’italien, dans l’étape suivante, que je pourrai déduire quelque chose de la médiation du japonais.

Il primo giorno di Pentecoste, si trovavano tutti insieme nello stesso luogo. Il suono proviene dal cielo come di vento impetuoso, che riempì tutta la casa dove si trovavano improvvisamente secondi. La terza lingua è separato chiede che la lingua di fuoco, apparve loro, si sedette a ciascuno di essi. In quarto luogo, sono tutti pieni di Spirito Santo e cominciarono a parlare in altre lingue dello Spirito Santo per essere efficace per loro di esprimersi. C’era un uomo desideroso di residenza da tutti i paesi in fondo ebrei e Gerusalemme cinque giorni del cielo. In sesto luogo, il rumore della folla è stato sentito, si mettono insieme, era confuso, perché li ho sentiti nella propria lingua per tutti. 7 Sono tutti stupiti e sorpresi, dicono che una persona diversa detto, è vedere le persone e non tutte le persone di Galilea. Nella loro lingua si sente e ottavo nella propria lingua a tutti? Proselytes11 territorio della Libia circa 10 residenti della Panfilia Mesopotamia, della Giudea, della Cappadocia, del Ponto, Asia, e della Frigia, Egitto, Cirene, Roma, ebrei e, provenienti da Creta e il popolo arabo di Partia nove, Medi, ed Elamiti persone che, noi, nelle nostre lingue, parlare, ascoltare, o grandi opere di Dio sono? Avevano tutti 12 giorni, non sapevano che lei sta dicendo l’uno all’altro in sorpresa: Cosa significa?

Ici, je ne détaillerai pas verset par verset mais tenterai de synthétiser, tant il y a à dire.

– Les ordinaux du texte anglais fonctionnaient comme des adverbes (premièrement, deuxièmement) ; en italien ici ils fonctionnent comme des adjectifs numéraux, accordés en genre et en nombre avec un substantif : « il primo giorno » (le premier jour) ; « secondi » est sans doute à comprendre comme apposition au sujet non exprimé de « si trovavano » (ils se trouvaient) ; « la terza lingua » (la troisième langue), etc.

– Néanmoins le vocabulaire théologique franchit bien le détour par le japonais : on lit Pentecoste, Dio, lo Spirito Santo, et la fameuse lingua di fuoco, au singulier toutefois. En règle générale, les champs lexicaux se retrouvent dans l’italien (le thème des langues ; le grand bruit ici suono et rumore. Les noms de peuples qui étaient passés dans l’anglais sans contresens se retrouvent également, dans une graphie conforme à l’italien.

– Les temps verbaux ont changé : le récit est maintenant au présent.

– C’est encore une fois la syntaxe qui pâtit de la traduction automatique, d’où des phrases complètement insensées. À plusieurs reprises les sujets des verbes ne sont pas identifiés correctement. Je ne sais pas à quel moment de la médiation avec le japonais cela se produit, je pense que c’est entre le japonais et l’italien, parce que si ma mémoire est bonne, la morphologie verbale japonaise ne comporte pas de désinence variant selon la personne. Ainsi dans la proposition « la terza lingua è separato », le participe au masculin discorde avec le sujet féminin ; dans la phrase « dicono che una persona diversa detto, è vedere le persone e non tutte le persone di Galilea », il manque un auxiliaire à detto, mais il y en a un surnuméraire avec le è qui suit ; vers la fin dans « persone che, noi, nelle nostre lingue, parlare, ascoltare, o grandi opere di Dio sono » les deux infinitifs ne se rapportent à rien.

Quoi qu’il en soit, ce texte italien est parfaitement absurde. Il fallait une machine pour parvenir à ce degré d’absurdité.

Passage maintenant par le yiddish, que je ne parle pas, que je déchiffre un peu via l’hébreu et l’allemand :

דער ערשטער טאָג פון פּענטעקאָסט, זיי זענען אַלע צוזאַמען אין איין אָרט. די געזונט קומט פון הימל ווי פון אַ גוואַלדיק ווינט אַז אָנגעפילט די גאנצע הויז ווו זיי זענען פּלוצלינג רגע. דער דריטער שפּראַך איז באַזונדער ריקוועס אַז די שפּראַך פון פייַער, ארויס צו זיי, זיך אַראָפּ צו יעדער פון זיי. פערט, זיי זענען אַלע פול מיט די רוח און אנגעהויבן צו רעדן אין אנדערע שפּראַכן פון דער רוח צו זיין עפעקטיוו פֿאַר זיי צו אויסדריקן זיך. עס איז געווען אַ מענטש לאָעט צו וווינאָרט פון אַלע לענדער אין די דנאָ פון די אידן און ירושלים פינף טעג פון הימל. סיקסטהלי, די מאַסע ראַש איז געווען געהערט, קומען אינאיינעם, איז געווען צעמישט ווייַל איך געהערט זיי אין זייער אייגן שפּראַך פֿאַר אַלעמען. 7 זיי זענען אַלע דערשטוינט און סאַפּרייזד, זיי זאָגן אַז עמעצער אנדערע ווי דערמאנט, איז צו זען מענטשן און ניט אַלע מענטשן פון גליל. אין זייער שפּראַך זיי הערן און אַכט אין זייער אייגן שפּראַך אין אַלע? פּראָסעליטעס11 טעריטאָריע פון ליביע וועגן 10 רעזידאַנץ פון פאמפיליע מעסאָפּאָטאַמיאַ, יהודה און קאַפּפּאַדאָסיאַ, פּאָנטוס, אזיע, און פריגיאַ, מצרים, קוריני, רוים, יהודים און, פון קרעטע און די אַראַבער מענטשן פון פּאַרטהיאַ נייַן, מעדעס, און עלאַמיטעס מענטשן, מיר, אין אונדזער אייגן לשון, רעדן, צוגעהערט, אָדער גרויס ווערק פון גאָט זענען? זיי אַלע האט 12 טעג, האט ניט וויסן וואָס איר זענען געזאגט צו יעדער אנדערער אין יבערראַשן: וואס גייט עס הייסן?

Faute de lire couramment le yiddish, je ne m’attarde pas sur cet exemple, et passe à la dernière étape de la boucle, le retour au français.

Le premier jour de pentekost, ils étaient tous ensemble dans un seul endroit. Le son vient du ciel comme par un vent violent qui remplit toute la maison où ils étaient soudainement seconde. La troisième langue est Demandes distinctes que la langue de feu semblaient eux, être réduit à chacun d’eux. Quatrièmement, ils furent tous remplis de l’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues de l’esprit pour être efficace pour eux de s’exprimer. Il y avait un homme désireux de résidence de tous les pays du bas de la Juifs et Jérusalem cinq jours du ciel. Sixthli, le bruit de la foule a été entendu, venir ensemble, a été confus parce que je les ai entendus dans leur propre langue pour tout le monde. 7 Ils sont tous étonnés et surpris, ils disent que quelqu’un d’autre que mentionné, est de voir les gens et ne sont pas tous de la Galilée. Dans leur langue qu’ils entendent et huitième dans leur propre langue à tous? Proselites 11 territoire de la Libye environ 10 résidents de la Pamphylie la Mésopotamie, la Judée et la kappadosia, Pant, en Asie, et Freya, l’Egypte, kurini, Rome, Juifs et, d’Creath et les peuples arabes des Parthes neuf, Mèdes, et les gens Elamites, nous, notre propre langue, parler, écouter, ou les grandes œuvres de Dieu sont? Ils ont tous 12 jours, ne savait pas ce que vous dites les uns aux autres dans la surprise: ce qui est que cela signifie?

Le texte est toujours très confus. Dans certaines phrases, il l’est peut-être un peu moins que l’italien : linguistiquement, « Quatrièmement, ils furent tous remplis de l’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues de l’esprit pour être efficace pour eux de s’exprimer », c’est à peu près correct, même si stylistiquement la fin de la phrase n’est pas très heureuse. Néanmoins on ne peut pas dire pour autant que, au contraire de l’anglais, le logiciel ait augmenté la correction du texte. Les phrases les plus amphigouriques en italien le restent en français après passage par le yiddish, ainsi « Ils sont tous étonnés et surpris, ils disent que quelqu’un d’autre que mentionné, est de voir les gens et ne sont pas tous de la Galilée » ou « et les gens Elamites, nous, notre propre langue, parler, écouter, ou les grandes œuvres de Dieu sont? ». Le passage par le yiddish a augmenté la confusion des noms de peuples, qui oscillent entre translittération du yiddish qui translittère l’italien (Cappadocia >אַפּפּאַדאָסיאַ > kappadosia) et lexique français habituel (Judée, Egypte) dans les cas où les mots font partie du vocabulaire yiddish courant – à cause de leur fréquence dans la Bible hébraïque, notamment, j’imagine.

Deux choses ont passé la barrière, non pas tant des langues, que de l’application Google Translate : l’Esprit Saint et la « langue de feu ». L’Esprit Saint porte d’ailleurs des majuscules, ce qui semble indiquer que Google translate soit configuré de sorte à reconnaître les concepts religieux les plus importants. Il n’a cependant pas reconnu la Pentecôte, et écrit « pentekost » en translittérant du yiddish qui translittérait de l’italien. Est-ce à dire que le yiddish n’a pas de mot pour « Pentecôte », qui est une fête chrétienne, et un mot grec ? Peut-être.

La dernière phrase, dans sa suspension, est particulièrement savoureuse: « ce qui est que cela signifie? »

Ce qui est certain, et je m’en tiendrai là, c’est que la Pentecôte n’est pas encore passée par les logiciels de traduction automatique. Il faut encore qu’il y ait des hommes pour que l’Esprit puisse s’incarner ; et les machines ne parlent pas encore en langues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *