« Rendre les textes originaux de l’Ancien Testament » : la notion de « texte original » dans l’avant-propos à la traduction de Crampon (1904)

Il n’est pas rare que les avant-propos ou préfaces des traducteurs de la Bible précisent aussi bien la langue, voire l’édition du texte source sur lequel la traduction se fonde. Olivetan[1], le premier à traduire en français toute la Bible hébraïque, affirme que cela revient à vouloir « enseigner le doulx rossignol a chanter le chant du corbeau enroué ». Olivetan est protestant ; les traductions catholiques se fondent exclusivement, jusque fort tard, sur la Vulgate latine[2]. Il faudra attendre près de quatre siècle avant que paraisse une traduction catholique[3] intégrale de la Bible fondée sur l’hébreu pour l’Ancien Testament, et sur le grec pour le Nouveau. Il s’agit de la Bible dite « du chanoine Crampon », qui, après que les différents tomes en soient parus séparément, sort en un volume aux éditions Desclée en 1904[4], dix ans après la mort de Crampon.

Je consacrerai mes prochains billets auun péritexte biblique extrêmement riche qu’est l’avant-propos anonyme de la traduction du chanoine Crampon. Ce texte est intéressant à la fois à cause de l’importance historique de cette première Bible catholique traduite depuis l’hébreu et le grec, et à cause du rapport complexe qu’il présente entre « langues » originales et « textes » originaux. C’est sur ce dernier point que je m’attarderai, en commençant pour le présent billet par le problème que pose dans ce texte la notion de « textes originaux ».

On lit ainsi à l’orée de cette Bible :

« Que la connaissance des textes originaux soit d’un intérêt capital pour l’étude et l’intelligence de la Bible, Saint Jérôme l’a déclaré en maints endroits de ses lettres et de ses commentaires : sa traduction latine n’a pas eu d’autre raison d’être que de mettre à la portée des fidèles ces textes trop souvent défigurés par les versions alors en cours dans l’Eglise.

Ce serait faire preuve d’une naïve audace que de comparer à l’œuvre magistrale du grand Docteur dalmate le travail modeste que la Société de Saint Jean l’Evangéliste livre aujourd’hui au public. Toutefois il est juste de le reconnaître, La Sainte Bible traduite en français est née, elle aussi, du désir de rendre les textes originaux de l’Ancien Testament et du Nouveau accessible au plus grand nombre à tous ceux qui, lisant assez péniblement le grec, n’ont pas eu les loisirs ou le goût d’apprendre l’hébreu et le chaldéen. »

L’Avant-propos marque indirectement l’inscription de cette publication dans un contexte historique tout à fait particulier, celui de la volonté croissante de l’Eglise catholique de se pencher sur les textes hébreux et grecs, y compris par les méthodes de la critique des sources. L’encyclique Providentissimus Deus publiée par Léon XIII en 1893, tout en condamnant les erreurs du rationalisme, encourage l’étude des sources hébraïques de l’Ancien Testament, qu’il ne s’agit pas de laisser aux seules mains des protestants et des philologues non confessionnels. Le XIXème siècle avait en effet été le siècle du développement de la critique biblique. C’est sous ces auspices que paraît la Bible de Crampon, même si, étant donné la date de la mort de Crampon, en 1894, il a dû entamer son travail de traduction bien avant la parution de l’encyclique.

Cette Bible est présentée, d’après la page de titre même, comme étant traduite « sur les originaux » ; une expression reprise dans l’avant-propos dès la toute première phrase : « Que la connaissance des textes originaux soit d’un intérêt capital pour l’étude et l’intelligence de la Bible, Saint Jérôme l’a déclaré… ». L’expression revient au paragraphe suivant : la parution de la nouvelle traduction procède du « désir de rendre les textes originaux de l’Ancien Testament et du Nouveau accessible au plus grand nombre » ; elle est encore utilisée à plusieurs reprises dans la suite du texte.

L’expression « texte originaux » est très problématique. Evidemment, ce ne sont pas sur des manuscrits hébreux et grecs que Crampon, puis les membres la Société de Saint Jean l’Evangéliste ont travaillé : il n’y a pas de manuscrit autographe des textes bibliques. La traduction, naturellement, s’est fondée sur des éditions des textes hébreux et grecs. Pas n’importe lesquels, en l’occurrence. La poursuite de la lecture de l’avant-propos nous apprend en effet que « C’est beaucoup déjà de mettre à la disposition du public une version satisfaisante des textes grecs et hébreux, tels qu’ils figurent dans les Bibles officielles ». Dans cette dernière phrase, la mention des langues sources se substitue à l’expression « textes originaux » ; si les « originaux » disparaissent, c’est peut-être parce que le terme serait par trop antithétique avec la mention des « Bibles officielles », qui sous-entend qu’il s’agit bien d’éditions des textes en question. « Officielles », c’est-à-dire, pour l’Eglise catholique. L’avant-propos ne précise pas de quelles éditions il s’agit. Néanmoins une indication peut-être trouvée dans la Bible polyglotte de Vigouroux, très différente dans sa conception (il s’agit d’une Bible en quatre tomes in folio, comprenant des textes hébreu, grec, latin et français, le français étant traduit depuis la Vulgate), mais dirigée par un ecclésiastique, le sulpicien Fulcran Vigouroux, qui a enseigné l’hébreu au séminaire de Saint Sulpice, comme Arthur-Marie Le Hir, le maître du chanoine Crampon (et d’Ernest Renan pendant ses années de séminaire !). Les sources des textes hébreu, grec, et latin de la polyglotte sont en effet explicitement mentionnés. Il s’agit respectivement de l’édition du texte hébreu par Van der Hooght (Amsterdam 1705) « dont on se sert aujourd’hui dans les séminaires de France » ; de la version des Septante publiée par Sixte V et amendée par référence à Complute de Ximenes ; la réimpression officielle de 1881 de la Biblia sacra Vulgatae editionis, juxta exemplar Vaticanum. Toutes éditions catholiques, et éditions de référence pour l’étude des langues bibliques dans les séminaires. De fait, la Bible de Crampon se présente en dernière instance comme ayant pour vocation « de fournir aux étudiants et à ceux qui s’intéressent à la Bible un manuel qui leur permette de recourir plus facilement au texte original » ; les « étudiants », ce sont largement ici les séminaristes, et la traduction française est ainsi présentée comme un outil « un manuel », leur permettant l’approche du « texte original », qu’ils étudient toutefois dans une « Bible officielle ». Cette zone de flou entre « texte original » et édition « officielle » masque le rôle capital, dans l’interprétation des textes bibliques, des éditions. Ce n’est sans doute pas surinterpréter que de percevoir derrière ce flou un refus de la part des éditeurs catholiques de la Bible de Crampon d’affirmer l’importance de la critique biblique dans la production des éditions hébraïques, grecques, latines sur lesquelles les traducteurs se fondent. Pourtant, au delà même de l’établissement du texte, l’ordre des livres et la constitution d’un canon, la présence de sommaires, la disposition des livres poétiques en lignes ou vers, tout cela n’a rien de très « original », et influence cependant grandement la traduction.


[1] Olivetan, « Apologie du translateur », La Bible, qui est toute la saincte Escripture, 1535.

[2] En vertu de la déclaration de la traduction de Jérôme comme version « authentique » en 1546 lors du concile de Trente.

[3] Par traduction catholique, j’entends non pas traduction effectuée par un traducteur catholique, mais traduction reconnue et autorisée par l’Eglise catholique, et munie d’un imprimatur.

[4] L’édition de 1904, numérisée, est consultable sur le site de Gallica :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75755t


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *