« Je ne crois pas qu’on doive traduire le sauvage allemand en français apprivoisé ». Heine sur la traduction des Reisebilder

Les Reisebilder (Tableaux de voyage) de Heinrich Heine paraissent en plusieurs parties, chez l’éditeur hambourgeois Hoffmann und Campe, entre 1826 et 1831 ; sous le titre Tableaux de voyage, ils ont été traduits en français et publiés par l’éditeur parisien Renduel dès 1834 – un éditeur extrêmement intéressant, qui a œuvré à la diffusion de la prose romantique allemande : c’est également l’éditeur parisien des Contes fantastiques d’E.T.A. Hoffmann. Quand paraît la traduction des Reisebilder, Heine est depuis 1831 exilé à Paris ; il maîtrise fort bien le français, qu’il avait appris dès ses années d’école – le récit Idées – Le Livre de Le Grand, largement autobiographique, en témoigne, notamment au chapitre 7.

Heine a ainsi pu suivre de près, et manifestement avec intérêt, la traduction de ses propres textes ; de fait, il se fait lui-même préfacier de la traduction des Tableaux de voyage. On peut consulter cette préface en ligne sur le site de Gallica.

L’exemplaire numérisé est une réédition de 1856, précédée d’une introduction de Théophile Gautier, qui paraît chez M. Lévy (futures éditions Calman-Lévy ; c’est Michel Lévy qui publie les traductions bibliques de Renan). Le texte français de la préface de Heine est identique au texte de 1834 reproduit dans l’édition critique des Reisebilder préparée par Jost Hermand, publiée chez Hoffmann und Campe en 1973.

Pour moi,qui prépare une nouvelle traduction des Reisebilder (qui à ma connaissance n’ont pas fait l’objet d’une traduction française reprenant la composition originelle du cycle depuis la première traduction de 1834), trouver, au détour de l’édition critique, alors que ma traduction est déjà entamée, l’opinion qu’a l’auteur lui-même en matière de traduction, voilà une heureuse surprise, et riche d’enseignement.

D’après l’édition de Hermand, dans le dossier critique sur la première partie des Reisebilder, qui publie la préface française de 1834, précédée de la « Deutsche Version der Préface », « version allemande de la préface » ; Heine a conçu en allemand la préface, qui a été traduite en français d’une façon que Hermand n’a pu reconstituer (Heine a fait traduire, ou a traduit aidé par des traducteurs francophones).

C’est Spechts que Renduel a chargé de traduire les Reisebilder, et qui l’a payé pour ce faire 1200 francs. Heine suit le travail. Apparemment la traduction des Reisebilder ne s’est pas faite sans grincements de dents. D’après l’édition critique – je traduis Hermand citant Heine :

« Heine écrit le 21 Avril 1834 à son frère, alors que le travail [de traduction], à son frère Maximilian : “En tout cas je ne pourrai quitter Paris qu’en août, parce que je suis en train de faire traduire mes Reisebilder en français, et mon traducteur est si mauvais que j’assume la plus grande part du travail” »[1]. Dans une lettre à Victor de Mars, il qualifie son traducteur de « très lourd ».

La préface à la traduction ne retrace nullement l’élaboration de la traduction, due à un traducteur français « très lourd » supervisé, rectifié par un auteur suffisamment à l’aise en français pour avoir une idée de la qualité du texte français, mais pas assez pour traduire lui-même, si l’on en croit les lettres de Heine et l’excellent appareil critique de l’édition de Hermand. Du reste l’identité du traducteur n’est jamais explicitée dans la préface de Heine – on pourrait à la limite penser que Heine lui-même traduit : il écrit « mich selber gebe ich hier… » ; soit dans le texte français de 1834, « je me présente ici moi-même ». Ce texte est en revanche porteur d’une théorie de la traduction assez parente des positions des penseurs romantiques allemands de la traduction, mais exprimée à travers une prise en compte particulièrement originale pour l’époque du poids du contexte politique et historique sur l’élaboration pratique d’une traduction.

La préface de Heine joue sur deux tableaux. Dans un premier temps, dans les deux premiers paragraphes, elle affirme une théorie prescriptive de la traduction, qui a une portée programmatique en ce qu’elle affirme que les principes décrits ont été mis en œuvre dans la traduction. Le texte a, selon Heine, été traduit littéralement – wörtlich wiedergegeben. Dans un second temps, Heine justifie les nombreuses coupes effectuées dans la traduction relativement à la version allemande. Ces deux tableaux ne sont nullement antagonistes, si l’on considère que la littéralité préconisée n’est pas un rapport à l’ensemble de l’œuvre qu’il faudrait traduire exhaustivement, mais plutôt la définition d’une poétique et d’une éthique de la traduction appliquée aux passages effectivement traduits.

Littéralité donc. « Styl, Gedankenfolge, Üebergänge, Absprünge, Wunderlichkeiten des Ausdrucks, kurz der ganze Charakter des deutschen Originals, ist, so weit als möglich war, in dieser französischen Uebersetzung der Reisebilder wörtlich wiedergegeben. Der Geschmack, doe Eleganz, die Annehmlichkeit, die Grazie ist ohne Erbarmen überall der Worttreue geopfert », ce qui est rendu ainsi « Le style, l’enchaînement des pensées, les transitions, les brusques saillies, les étrangetés d’expressions, bref, tout le caractère de l’original allemand a été, autant que possible, reproduit mot à mot dans cette traduction française des Reisebilder. Le goût, l’élégance, l’agrément, la grâce, ont été impitoyablement sacrifiés partout à la fidélité littérale. »

Position qui de nos jours encore ne va pas de soi – le calque est toujours une des bêtes noires des professeurs de version – et qui à l’époque tranchait en bonne part avec la pratique français, largement caractérisée au siècle précédent par l’esthétique des belles infidèles – respect du goût français avant tout. Il fallait peut-être un auteur allemand pour écrire cela. Heine conclut le paragraphe ainsi : « In dieser Weise haben wir Deutsche die ausländischen Schrifsteller übersetzt, und es hat uns gefruchtet : wir gewannen neue Anschauungsweisen, neue Wortformen, neue Sprachwendungen. Es dürfte Euch nicht schaden ähnlichem Gewinn nachzustreben ». En français : « C’est de cette manière que nous avons, nous autres allemands, traduit les écrivains étrangers, et cela nous a profité : nous y avons gagné des points de vue, des formes de mots et des tours de langage nouveaux. Une semblable acquisition ne saurait vous nuire ». Je note au passage que cette traduction est de fait assez littérale, notamment en ce qui concerne le lexique linguistique : « forme de mots » rend « Wortformen », « tours de langage » « Sprachwendungen » au plus près.

À qui Heine parmi les traducteurs allemands fait-il ici référence ? Il ne le précise, mais on sait à la lecture de Idées. Le livre de Le Grand qu’il connaît les traductions que Voss a fait d’Homère. En voilà deux exemples dans la traduction que j’en ai publiée en ligne. L’esthétique des traductions de Voss du reste correspond à ce qu’affirme Heine ici, et non seulement pour ce qui est du rapport à la lettre entendue comme un mot à mot, mais aussi parce que Voss ne semble pas, comme ses contemporains français, se sentir tenu de choisir entre prose et vers réguliers rimés : il opte pour de longs vers non rimés, qui proposent une solution assez sensible de faire sentir la rythmique des hexamètres dactyliques grecs.

On trouvera ici un exemplaire numérisé de l’Odyssée dans la traduction de Voss.

Par ailleurs, les propos de Heine font écho aux théoriciens romantiques allemands de la traduction – Schleiermacher en est le cas sans doute le plus connu en France, notamment à cause de l’écho qu’il a connu à travers les travaux d’Antoine Berman.

Pour Schleiermacher, la traduction doit soit tirer l’auteur vers le lecteur, en adaptant le texte cible au goût et aux habitudes linguistiques du lecteur, soit tirer le lecteur vers l’auteur – et c’est la solution que Schleiermacher préconise – La traduction est alors, du point de vue du lecteur, marquée par une forme d’étrangeté, « das Gefühl des Fremden », Fremd désignant ici à la fois l’étranger et l’étrange. On pourra lire une synthèse sur Schleiermacher ici, dans un article qui sert de point de départ à un développement sur la traduction culturelle.

La seconde partie de la préface est plus longue, et justifie les nombreuses coupes effectuées lors de sa traduction dans le texte des Reisebilder. Deux raisons à ces coupes.

La première a trait à la différence des langues et des cultures allemandes et françaises : « weil manches, auf lauter örtlichkeiten, Zeitanspielungen, Wortwitzen und sonstigen Spezialitäten beruhend, im französischen gar nicht zu wiedergeben war » ; « parce que plusieurs passages, ne reposant que sur des allusions à des localités et à des époques, sur des jeux de mots et autres spécialités de ce genre, ne pouvaient être reproduits en français ». Heine affirmait dans un premier temps que le lecteur français ne serait pas traité avec ménagement : « je ne crois pas qu’on doive traduire le sauvage allemand en français apprivoisé » ; néanmoins l’affirmation d’une traduction littérale, mot à mot (wörtlich), achoppe sur les jeux de mots et les allusions. (Et de fait, c’est une des principales difficultés pour qui traduit Heine, avec en outre près de deux siècles de distance, que de rendre compte des extrêmement nombreuses allusions à la politique, à la littérature contemporaine ; du reste il me semble à moi traductrice qu’une façon de ménager la possibilité de l’intertexte jusque dans la traduction française réside dans une traduction la plus littérale possible en cas de difficulté ; une interprétation trop décidée, outre qu’elle n’est pas en accord avec ma façon de traduire, risquerait de plus de tomber complètement à côté de la plaque, et faudrait plusieurs vies pour dépouiller toutes les archives qui permettraient de repérer les allusions de Heine à ses contemporains). Donc Heine se préoccupe tout de même de sa réception par le public français. Mais cela concerne davantage la composition macrostructurelle de l’œuvre que l’esthétique même de la traduction, qui pour les passages effectivement traduit se caractérise de fait par une assez forte littéralité.

La seconde raison est politique et historique. Les Reisebilder sont un ensemble fortement politique, et ont entre multiples choses contribué à l’exil de leur auteur. Heine parle en ces termes de la teneur de son ouvrage : « ehrlich gesagt ich lebte damals noch von der Terminologie von 1789 und machte einen sehr grossen Luxus von Tiraden gegen Clerus und Adel, oder wie ich sie eben nannte, Priesterschaft und Aristokrazie » ; « j’étalais un grand luxe de tirades contre le clergé et la noblesse, ou, comme je les ai appelés, contre la prêtrise et l’aristocratie ». La première partie de la phrase n’est pas traduite : Heine écrit « à vrai dire, je vivais à l’époque encore de la terminologie de 1789 ». La traduction française de ce passage est ainsi une défense et illustration cet usage de l’élision confinant à l’autocensure : dans la préface française, la revendication par l’auteur de la « terminologie de 1789 » disparaît ici – 1789 revient un peu plus loin, mais pour dire que ce sont les Allemands de 1734 qui s’en réclament. En tout cas, Heine justifie la sévère diète à laquelle il soumet ses Reisebilder dans leur traduction française par l’inactualité de la satire du clergé et de la noblesse – de fait particulièrement virulente dans l’œuvre allemande – maintenant qu’est survenue la révolution de Juillet. L’écrémage du texte par l’auteur même, du moins appuyée par l’auteur, est sans doute aussi à expliquer par une plus grande prudence, que ce soit mécanisme de protection contre la censure, ou inflexion sincère des convictions de l’auteur : « il ne s’agit plus de détruire violemment la vieille église, mais bien d’en édifier une nouvelle ».

La validité de la position de Heine sur le rapport de son texte à l’histoire contemporaine, sur la place qu’il occupe dans une langue et un pays étranger aux lieux décrits dans les Reisebilder, n’est pas à discuter. Heine avait sans doute ses raisons pour assentir à la publication d’une version condensée, voire la promouvoir. Il n’en reste pas moins qu’à l’heure actuelle, il n’est pas possible de se procurer en français une traduction intégrale des Reisebilder, en un seul volume[2]. Je m’y mets donc.


[1] Heine, Reisebilder I. II., dans Sämtliche Werke, 6, édité par Jost Hermand, Hambourg, Hoffmann und Campe, 1973, p. 687.

[2] Les éditions du Cerf ont publié une traduction intégrale des œuvres de Heine ; les Reisebilder, sous le titre Tableaux de voyage et Tableaux de voyage en Italie ont été traduits en deux volumes, mais qui, outre que le premier n’est plus disponible à la vente, ne correspondent pas exactement au projet éditorial de Heine et Campe, puisque le cycle de poèmes Die Nordsee, La mer du Nord, n’y est pas inclus mais est traduit au sein du Livre des chants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *