Le cas Jacobi, ou expérience traductologique du samsara

Pour le premier billet des Langues de feu, et au risque de l’ego-histoire, voici le récit de la quête, qui m’a menée à travers quatre villes d’Europe et au contact de cinq langues, à la recherche d’un dénommé Jacobi, dont parlaient bon nombre de mes traducteurs, et dont je fus près de craindre que, tel le dahut, il n’existât qu’en théorie. Du reste ce billet illustrera comment on ne saurait penser le travail du traducteur, dans le domaine biblique du moins, comme un face-à-face avec un texte source unique, rédigé dans une unique langue. Il illustrera aussi comment la recherche en histoire des traductions, si elle est dépendante en bonne part des péritextes des traductions afin de déterminer les sources des traducteurs, ne doit pas considérer toute œuvre évoquée par un traducteur comme étant parfaitement connue de lui. Les traducteurs aussi citent des œuvres qu’ils n’ont pas lues.

En 1860, Ernest Renan publie sa traduction du Cantique des cantiques[1], assortie d’une « étude sur le plan, l’âge et le caractère du poème ». Cet ouvrage fait date dans l’histoire des traductions de ce livre biblique, puisqu’il s’agit de la première traduction qui non seulement défende la théorie d’une appartenance du Cantique au genre théâtral et qui défende l’idée que le Cantique a été joué à l’époque de sa composition, mais qui de plus perçoive parmi les protagonistes non pas une mais deux figures masculines. Selon Renan, dans le Cantique, la figure féminine a été enlevée à son amant le berger par les hommes de mains de Salomon, qui l’ont menée dans le harem du roi polygame.

Cette lecture du Cantique par Renan est loin d’advenir ex nihilo. L’auteur en effet s’appuie sur une très importante compilation des études précédentes consacrées au Cantique. Il consulte les exégètes catholiques, mais sa préférence va nettement aux philologues allemands. Il cite ainsi, dans l’ordre de son livre : Herder, Paulus, Eichhorn, W. Jones, de Wette, Ammon, Ewald, Hitzig, Rosenmüller, Berthold, Loester, Hartmann, Genesius, Hitzig, Semler, J. D. Michaelis, Anton, Staeudlin, Lindemann, Velthusen, Jacobi, Doederlein, Hufnagel, Kleuker, Dopke, Magnus, Boettcher, E. Meier, Veth, Hoekstra, Réville. C’est très nettement à Ewald[2] qu’il se réfère le plus souvent, mais néanmoins, il mentionne Jacobi comme étant le premier critique à avoir proposé l’hypothèse de l’existence de deux protagonistes masculins dans le Cantique.

Pour comprendre la lecture qu’Ernest Renan faisait du texte hébreu, il importait donc de consulter ses sources allemandes. Ewald fut facilement localisé et lu à la Bibliothèque nationale de France ; il était évident à le lire que Renan s’en était largement inspiré, jusque dans l’argumentation sur la construction du « drame » et sur sa datation. Jacobi était mentionné par tous (Renan, Ewald, mais également Réville, contemporain de Renan, Reuss, légèrement postérieur…), mais quant à mettre la main dessus, c’était une autre histoire.

Je profitai d’un voyage à Berlin pour explorer, à la Staatsbibliothek, les sources allemandes de Renan. Jacobi y était introuvable. Du moins, l’ouvrage mentionné par Renan était apparemment introuvable ; quant aux auteurs nommés « Jacobi », ils étaient pléthore, et j’appris à distinguer Johann Friedrich Jacobi, pasteur à Celle et auteur en 1771 de Das durch eine leichte und ungekünstelte Erklärung von seinem Vorwürfen gerettete Hohe Lied, d’autres porteurs de ce patronyme (notamment le mathématicien Carl Gustav Jakob Jacobi). Je remarquai du reste qu’apparemment le rayon de philologie hébraïque avait été décimé pendant la seconde guerre mondiale puisque les ouvrages notamment d’Ewald étaient Kriegsverlust. La bibliothèque de Genève où je me rendis à la même époque ne conservait pas non plus l’ouvrage de Jacobi. Il m’est même venu à l’idée que Jacobi était un mythe, que sa traduction allemande n’existait pas. Par ailleurs, j’ai tenté, en Allemagne, de pister ce pasteur de Celle, actif dans le dernier tiers du xviiie siècles. J’ai fait chou blanc, mais ai trouvé au cimetière juif de Berlin un nombre conséquent de pierres tombales portant le nom de Jacobi, si bien que je me suis prise à spéculer sur un Jacobi converti au protestantisme, d’origine juive, et connaissant de ce fait l’hébreu et la tradition juive, si bien qu’il aurait été à même de proposer une nouvelle explication du Cantique, inconnue de la tradition chrétienne. C’était peut-être aller un peu loin, et du reste, je retrouvai pour finir la trace du véritable Jacobi, ou du moins, de son livre. C’est une chercheuse qui m’avait contactée pour savoir si je pouvais la renseigner sur ce mystérieux Jacobi constamment cité et néanmoins introuvable qui me mit elle-même sur la piste, en m’indiquant que d’une part, la BnF disposait de la traduction néerlandaise de son essai sur le Cantique, et que d’autre part, l’édition allemande était conservée à la bibliothèque de Wolfenbüttel. Le voyage à Wolfenbüttel n’était pas possible dans l’immédiat, je tentai d’y voir plus clair en consultant la néerlandaise, mais outre qu’il n’était sans doute guère rigoureux de se fonder sur une traduction de traduction, le fait que je ne maîtrisais pas cette langue m’empêcha de comprendre autre chose que le fait qu’en effet, l’ouvrage de Jacobi semblait proposer du Cantique une lecture dramatique, avec deux protagonistes masculins.

Je pensai enfin à consulter le catalogue du Ccfr, et découvris un exemplaire à Strasbourg, où je me rendis quelques mois plus tard, et consultai enfin la fameuse source d’Ewald et de Renan, et via Renan des nombreux traducteurs voyant dans le Cantique un drame avec triangle amoureux.

La lecture de Jacobi, après qui je courais depuis deux ans de bibliothèque en bibliothèque, de catalogue en catalogue, de bibliographie en bibliographie, fut extrêmement déceptive, et par là même paradoxalement intéressante.

Déceptive pour la raison suivante. Les traductions de Renan et d’Ewald et l’appareil péritextuel qui les entourait et les justifiait, et même s’il était possible, voire souhaitable, de contredire leurs spéculations sur « le genre et le plan » du Cantique des cantiques, se fondaient sur une lecture minutieuse du texte hébreu, fréquemment cité, grammaticalement analysé ; par ailleurs les interprétations des philologues antérieurs étaient citées et discutées ; en d’autres termes ces ouvrages se situaient à la pointe de la critique biblique de leur époque. L’ouvrage de Jacobi en revanche m’apparut, mutatis mutandis, comme une copie d’élève de  licence cherchant à comprendre une pièce de théâtre en s’identifiant aux personnages et en analysant leur comportement à l’aune de la psychologie de comptoir. La préface (Vorbericht) précédant la traduction, le commentaire alternant avec elle ne discutaient aucunement des raisons qui avaient poussé le pasteur Jacobi à distinguer dans le Cantique deux personnages masculins, et une histoire d’enlèvement au sérail. Aucune analyse philologique. Aucune source citée. Ils tendaient en revanche à développer librement la construction psychologique des personnages, mâtinée de considérations sur l’esprit des peuples orientaux, bien plus spontanés que les peuples du Nord :

In diesem Gedichte herrschet der lebhaftete Affekt und die starke Einbildungskraft, so man in den Morgenländern des heissern Erdstrichs mehr findet als in den nördlichen Abendländern.

Dans ce poème règne le sentiment le plus vif et l’imagination la plus puissante, que l’on rencontre davantage dans les pays du Levant, à cause de la chaleur, que dans les pays du nord de l’Occident.

Je tire de la lecture de l’ouvrage de Jacobi plusieurs réflexions.

D’abord, je retiens de cette tentative de reconstitutions des sources de la traduction de Renan l’idée que non seulement la traduction ne se fait pas systématiquement dans une relation bilatérale entre le traducteur et un texte source unique, dans une relation interlinguistique simple. Outre le fait que les traducteurs de la Bible hébraïque consultent fréquemment des sources latines et grecques – la Vulgate et la Septante en l’occurrence – ils sont susceptibles d’avoir recours aux travaux de leurs contemporains, rédigés dans d’autres langues modernes. L’utilisation de ce type de source est complexe à caractériser : à quel niveau de la traduction interfère, chez Renan, la version allemande d’Ewald ? Est-elle consultée afin de simplement mieux comprendre la structure du texte traduit, ou y a-t-il dans le texte français de Renan une présence ponctuelle d’éléments traduits, consciemment ou non, depuis l’allemand d’Ewald ? Le rapport au texte hébreu doit être repensé à cette aune.

Ensuite, étant donné le peu d’intérêt scientifique de l’ouvrage de Jacobi, il m’apparaît probable que les auteurs qui le citent ne l’aient pas lu. Pour ce qui est de Renan du moins, il est vraisemblable qu’il mentionne Jacobi parce qu’Ewald le cite comme introducteur de l’hypothèse du drame à deux personnages masculin ; du reste, la bibliothèque de Renan, léguée à la BnF, qui comprend bon nombre des œuvres des philologues qu’il cite, est dépourvue de l’ouvrage de Jacobi. De même, sans doute parce que les auteurs se sont fiés aux indications de Renan, on voit apparaître dans la littérature scientifique se penchant sur la réception du Cantique une filiation Jacobi-Renan qui est sans doute un peu rapide. Moralité : s’il faut redonner la parole aux traducteurs, parce que leurs propos théoriques contiennent l’expression d’une pensée de la langue, il ne faut pas pour autant accepter comme argent comptant l’énumération qu’ils ont de leurs sources : certaines sont sans doute de seconde, voire de troisième main ; d’autres – Jacobi en est sans doute – gardent quant à eux un parfait silence sur leurs sources, ce qu’il ne faut pas pour autant interpréter comme la preuve que leur traduction, et la justification qu’ils en donnent, est sortie ex nihilo de leur esprit.

Enfin, je me trouve, alors même que je parviens à l’épuisement de la reconstitution des sources de Renan, replongée dans le samsara de la recherche des sources. Quelles sont donc les sources de Jacobi ? Si ma mission, dans le cadre des recherches doctorales qui portaient sur les seules traductions françaises du Cantique, peut être considérée accomplie, en revanche, je ne suis pas pour autant satisfaite. D’autant que j’ai trouvé une source hébraïque, postérieure à Jacobi, présentant ce même schéma à deux personnages masculins. Mais c’est une autre histoire…


[1] Ernest Renan, Le Cantique des Cantiques, traduit de l’hébreu avec une étude sur le plan, l’âge et le caractère du poème. Paris, Michel Lévy frères, 1860.

[2] G. H. A. Ewald, Das Hohelied Salomo’s übersetzt, mit Einleitung, Anmerkungen und einem Anhang über den Prediger, Göttingen, P. Deuerlich, 1826.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *