« Nos étoiles contraires », itinéraire d’une réception shakespearienne

En cette saison de rentrée, je prépare un nouveau cours, qui portera sur la réception de Shakespeare, à partir des exemples de Hamlet et de Roméo et Juliette (qui sont juste les pièces au monde les plus citées, réécrites, adaptées dans tous les arts: le cours est, sinon infaisable, du moins ambitieux!). Entre autres choses, je regroupe le plus grand nombre de traductions et d’éditions possibles des deux pièces, notamment du sonnet qui constitue le Prologue de Roméo et Juliette. Le voici ci-dessous, en anglais, puis quatre traductions du deuxième quatrain:

Two households, both alike in dignity
(In fair Verona, where we lay our scene),
From ancient grudge break to new mutiny,
Where civil blood makes civil hands unclean.
From forth the fatal loins of these two foes
A pair of star-crossed lovers take their life,
Whose misadventured piteous overthrows
Doth with their death bury their parents’ strife.
The fearful passage of their death-marked love
And the continuance of their parents’ rage,
Which, but their children’s end, naught could remove,
Is now the two hours’ traffic of our stage—
The which, if you with patient ears attend,
What here shall miss, our toil shall strive to mend.
Or dans le sein fatal de ces deux ennemis
Deux amants prennent vie sous la mauvaise étoile;
Leur malheureux écroulement très pitoyable
Enterre en leur tombeau la haine des parents.
(Pierre Jean-Jouve et Georges Pitoëff)
Des funestes entrailles de ces deux ennemis
Sont nés deux amoureux maudits par les étoiles,
Dont la ruine malencontreuse et pitoyable
Enterre avec leur mort le conflit des parents.
(Jean-Michel Déprats)
Des fatales entrailles de ces races rivales
Sont nés deux amants sous une mauvaise étoile;
Leur chute infortunée autant que pitoyable
Enterre avec leur mort les haines ancestrales.
(François Laroque et Jean-Pierre Villquin)
Des entrailles prédestinées de ces deux ennemies
A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d’amoureux
Dont la ruine néfaste et lamentable
Doit ensevelir dans leur tombe l’animosité de leurs parents.
(François-Victor Hugo, disponible en ligne)
Je préparais mon cours avec les trois premières traductions dans quatre éditions différentes (celle de Jouve et Pitoëff est disponible à la fois en GF bilingue et dans la collection « étonnants classiques » à destination des scolaires). En relisant la pièce, dans l’édition bilingue GF afin d’aller regarder l’anglais, une pièce que je n’avais pas lue depuis de nombreuses années, j’essayais de garder l’esprit tout écho possible avec une oeuvre postérieure, que ce soit dans l’intrigue, la formulation, quoi que ce soit. Et du coup j’ai repensé à ce film, « nos étoiles contraires« , dont je me rappelais assez bien l’intrigue sans plus savoir qui en était l’auteur, enfin toujours est-il que c’est une histoire d’amour impossible, non parce que les familles des deux héros adolescents sont ennemies, mais parce qu’ils sont atteints tous deux d’un cancer supposément incurable.

Trouvant que ces « étoiles contraires » empêchant la prolongation de l’amour – et de la vie – de deux héros dans la fleur de l’âge semblait quand même fortement tirer vers l’intertexte shakespearien, j’ai d’abord regardé l’original anglais de Shakespeare: chez Shakespeare il est question de « star crossed lovers », ce qui est fortement sous-traduit par Jouve-Pitoëff et Laroque-Villemin: Shakespeare ne parle pas d’une unique « mauvaise » étoile mais d’étoiles dont les trajectoires se croisent – qui se rencontrent, donc, mais qui divergent. Déprats surtraduit, si l’on veut, en impliquant que cette trajectoire contraire des étoiles « maudit » les amants. Enfin jusque là je ne voyais pas d’étoiles « contraires » ni chez Shakespeare ni dans les traductions, et me demandais si mon intuition était juste.
J’ai du coup été regarder la première solution proposée par mon moteur de recherche pour « nos étoiles contraires »: il s’agissait de l’instructive page wikipedia du livre de John Green dont est tiré le film (dont j’ai du coup appris qu’il était réalisé par Josh Boone): j’y apprends que le titre original du livre est The Fault in Our Stars.
Bigre. L’enquête se corse. Pas d’étoiles contraires dans le titre originaire, mais des étoiles fautives – et, tiens donc, un nouvel intertexte shakespearien, puisque la formule the fault in our stars est reprise – et modifiée – d’une réplique de Cassius dans Jules César : on lit en effet
The fault, dear Brutus, is not in our stars,
But in ourselves, that we are underlings.
ce que François-Victor Hugo traduit ainsi:
Si nous ne sommes que des subalternes, cher Brutus,
La faute en est à nous et non à nos étoiles.
L’auteur du livre, John Green, puisait donc bien son titre chez Shakespeare, mais pas dans la tragédie de l’amour adolescent contrarié par le destin: dans une tragédie politique, dépourvue à peu près d’intrigue amoureuse, pétrie de références au cosmos et aux astres.
Cependant la page wikipedia précise que mon intuition n’était pas mauvaise:
En français, le titre est issu de la pièce Roméo et Juliette, également écrite par Shakespeare, où le chœur dit « A pair of star-crossed lovers take their life », soit « A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d’amoureux ».
Et, donc, continuant ma collection de citations, c’est chez François-Victor Hugo (qui somme toute n’est pas un si mauvais traducteur de Shakespeare qu’on le pense parfois) qu’on trouve l’expression « étoiles contraire », que décidément je trouve la meilleure des propositions en présence pour rendre « star crossed ».
D’un point de vue de la réception de Shakespeare, l’exemple est très intéressant. D’une part, l’auteur inscrit sa pièce dans une tonalité shakespearienne, sans expliciter de lien avec la tragédie amoureuse par excellence qu’est Roméo et Juliette, mais en reprenant le topos shakespearien du cours de la vie déterminé par les étoiles… encore que Cassius ici fait peser sur Brutus (on n’est qu’au premier acte, et César n’est pas encore mort) son destin – cela implique que Shakespeare fait de Brutus le responsable du désastre dont il est victime à la fin de la pièce (Brutus est un personnage bien plus intéressant que César, pour ce que j’en dis, et il est en un sens le vrai héros de cette tragédie). Mais nos adolescents, dans le livre de Green, ne sont pas responsable de leurs cancers respectifs et de leur mortel destin: la formule shakespearienne est là pour être détournée.
La réception shakespearienne dans le devenir de ce roman de 2012 se complique dans sa traduction en français, puisque la traductrice, Catherine Gibert a eu cette idée géniale de ne pas traduire littéralement « La faute dans nos étoiles », mais de substituer à l’intertexte avec Jules César un intertexte avec Roméo et Juliette. Je ne peux que spéculer sur les raisons de ce titre français – qui est peut-être le résultat d’une concertation avec l’éditeur – mais voilà ce que je suppose:
1) Substituer un intertexte avec Roméo et Juliette fait sens au vu de l’intrigue du roman (l’amour adolescent impossible, le destin fatal, etc);
2) Si le public anglophone connaît peut-être suffisamment Jules César pour repérer une allusion, je ne pense pas que public francophone même cultivé le puisse, alors que nombreux sont les lecteurs francophones (y compris adolescent puisque la pièce est souvent lue au collège ou au lycée) à avoir lu Roméo et Juliette: l’effet citationnel peut alors fonctionner;
3) [Attention subjectivité] « Nos étoiles contraires », ça sonne rudement bien, et rudement mieux que « La faute dans nos étoiles », avec la polysémie de faute en français qui n’arrange rien (sens moral? sens d’erreur?)
Quoi qu’il en soit voilà un drôle de cas de réception contemporaine de Shakespeare, dont la fréquence de l’utilisation dans la culture dite populaire n’est plus à prouver, avec double salto arrière permutation d’intertexte au moment de la traduction, dont il n’est pas inutile de rappeler la fonction cruciale pour la diffusion des textes d’un pays à l’autre!

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. JFB dit :

    Je me souviens qu’en traduisant ce passage, « étoiles contraires » s’était d’abord imposé à moi, et que c’est vraiment la formule que j’aurais aimé pourvoir garder. Mais comme souvent en traduction, j’ai dû finalement sacrifier l’idée première, si séduisante fût-elle, en faveur de la cohérence de l’ensemble, et je m’étais arrêté sur :

    Des bas-ventres fatals de ces deux ennemis,
    Deux amoureux sont nés, contrariés des étoiles,
    Dont le triste malheur du destin compromis
    Enterre avec leur mort les luttes parentales.

    Et donc, si ma solution se rapproche finalement de celle de J.-M. Déprats (sur ce point précis en tout cas), on peut voir néanmoins qu’elle garde quelque part le stigmate de ces « étoiles contraires » qui me plaisaient tant, quand bien même je suis peut-être le seul à pouvoir m’en rendre compte aujourd’hui…

    Ce n’est pas très net dans ma mémoire, et peut-être que j’avais déjà relu la traduction de F.-V. Hugo à ce moment-là, mais j’ai l’impression que « star-crossed » m’avait fait penser spontanément à « étoiles
    contraires », en même temps (ou pour cette raison ?) que me revenait à l’esprit ce film alors déjà sorti et dont le titre choisi m’avait marqué, bien que je n’aie pas eu l’occasion d’aller le voir en salle. Mais bizarrement, même à ce moment-là, je n’ai pas fait de lien direct entre le titre du film et la pièce de Shakespeare, je veux dire que je ne me suis pas dit : ah tiens, le titre de ce film était en fait une référence explicite à Roméo et Juliette (encore moins en voyant l’affiche ou la bande annonce du film m’étais-je fait la réflexion que son titre avait rapport avec Shakespeare). Et davantage, si votre billet m’a fait prendre conscience de cette référence, je n’ai pas eu l’impression d’une révélation, comme si ce lien était finalement une évidence dont je n’avais même pas besoin d’être conscient.

    Peut-être que Roméo et Juliette imprègne tellement la culture aujourd’hui que le seul thème de l’amour contrarié les convoque immédiatement…

    PS : Je me suis demandé comment les Québécois avaient traduit « The Fault in Our Stars », mais c’est pareil que chez nous (non parce que des fois, ils trouvent des trucs rigolos pour traduire les titres de films 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *