Définition de la poésie par le contrexemple – autour de Kate Tempest et de Heine

Il s’agira dans ce billet de prouver qu’en mesure de controverses poétiques, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Les protagonistes seront : la poétesse et rappeuse Kate Tempest, le poète allemand Heinrich Heine, son aîné de 190 ans, et leurs antagonistes respectifs.

Mais avant d’en venir au fait je voudrais dire du bien de twitter. J’échangeais sur l’autre réseau social récemment avec un ami d’amie, qui se demandait bien ce que twitter pouvait avoir d’intéressant. Il ne voyait de twitter que la petite phrase, et ce que nous lui disions pour expliquer l’intérêt que nous trouvons à twitter, c’est que ce que nous retenions de twitter (nous : les participantes à ce débat, qui ont du réseau un usage similaire), c’est surtout l’échange.

La preuve. Une de mes masterantes travaille, pour son mémoire de MEEF 2e année, sur l’étude de la versification en seconde, et l’intérêt de passer par la chanson pour des élèves qui souvent ont de la poésie une vision négative. Je demandais sur twitter si d’aucuns auraient pour elle et moi de la bibliographie sur la chanson considérée en ce début de XXIe siècle comme dans une certaine mesure la continuation de la poésie versifiée, tandis que les poètes adoptent assez massivement le vers libre. Et là, @bringyourownsun me signale l’existence de Kate Tempest, en me disant qu’elle est à la fois rappeuse et détentrice du Ted Hughes Award pour son œuvre poétique.

On pourra écouter Kate Tempest ici

Je découvre à peine Kate Tempest, et ne prétends pas parler en experte de son œuvre, ni du spoken word auquel apparemment on la rattache (mais en revanche, le spoken word, il y a là quelque chose à creuser quand on s’intéresse à la langue et au rythme, n’est-ce pas)

Ce qui fait l’objet de ce billet aujourd’hui, c’est la conjonction que je perçois dans la controverse entre partisans et détracteurs de Kate Tempest, sous l’une des vidéos youtube que j’ai vues, et la controverse entre Heine et Platen en 1830.

Voici la chose.

Sous cette vidéo de Kate Tempest disant « Renegade », une controverse s’instaure entre internautes. L’un d’entre eux, qui signe Iain Robb, est poète lui-même, peine apparemment à se faire publier, et critique très énergiquement le travail de Kate Tempest dont il estime d’une part que stylistiquement les textes de Tempest sont pauvres, et que d’autre part la réception favorable de cette autrice est due à son ancrage politique d’extrême gauche – l’une et l’autre critique fusionnant dans des propos comme :

Antimeritocratic, Far Leftist bullshit, devoid of interesting turns of phrase, interesting images or themes, coherent structure or technical music. A load of vapid soapboxing, by someone who’s clearly never bothered reading the likes of Shakespeare, Whitman, Coleridge, Dickinson, Crane or Keats. I have to put my stuff out in an e-book, but Guardian sponsored hacks such as this get printed no problem whatsoever on account of their hectoring political agendas. How sad it is to see our liberal arts reduced to this.

Merde antiméritocratique d’extrême gauche, exempte de tours de phrases intéressants, d’images ou de thèmes intéressants, de structure cohérente ou de musique technique. Du slam insipide, de la part de quelqu’un qui clairement n’a jamais pris la peine de lire des gens comme Shakespeare, Whitman, Coleridge, Dickinson, Crane ou Keats. Il a fallu que je fasse un ebook pour publier mes textes, mais des amateurs de ce genre, sponsorisés par le Guardian, sont publiés sans aucun problème grâce à l’intimidation causée par leur agenda politique. Quelle tristesse de voir nos arts libéraux en être réduits à ça. (Je traduis).

De là s’ensuite un débat sur ce qui fonde la qualité de la poésie, puisque d’aucuns internautes vont lire les textes dudit Iain Robb et estiment en retour, sa poésie convenue. Ci-dessous une capture d’écran d’un commentaire sous un post qui semble avoir été supprimé :

Le commentateur reproche à Robb une poésie qui, pour être assonante et allitérative, ne prend pas de risques, est plate dans ses images, sans imagination quat à la forme et à la technique – je comprends cela – sans avoir lu moi-même les textes de Robb – comme la critique d’une poésie conventionnelle, traditionnelle, fondée sur une maîtrise du mètre classique et des topoi poétiques.

Je ne prendrai pas parti outre mesure puisque 1) je n’ai pas lu les textes de Robb 2) est-il vraiment besoin que j’explicite où mon cœur me porte ?

Simplement, cette controverse m’évoque les reproches que fait Heine à Platen dans les Bains de Lucques. Quelques éléments de contexte. Le poète munichois Platen a, dans son Œdipe romantique, fait un portrait à charge de Heine, à qui il reproche avant tout d’être Juif – l’appelant notamment « le Pétrarque de la fête des cabanes ». Heine dans Les Bains de Lucques, récit inclus dans les Tableaux de voyage, répond avec une virulence extraordinaire. Platen selon Heine a l’indécence de se comparer à Goethe quand ses vers ne sont bons, littéralement, qu’à se torcher ; la caractéristique principale de la poésie de Platen, outre sa mièvrerie qui pour Heine vient de l’homosexualité mal dissimulée de l’auteur, étant son classicisme factice. Platen certes écrit des vers qui ont un nombre exact de pieds, mais leur décompte fait davantage le bonheur d’un comptable que celui d’un amateur de poésie, puisque l’agrément de la forme n’est rien sans profondeur du propos.

Voici où je veux en venir – je cite à la fin de ce billet une grosse page du texte de Heine, traduite par mes soins – les arguments de Heine sont peu ou prou ceux de l’internaute anonyme, et en bientôt deux cents ans les polémiques autour de la nature de la poésie, et de la réussite en poésie, n’ont guère changé. Le wannabe poète, dans les deux cas, s’estime lésé en se comparant aux grands astres du passé – Platen à Goethe, Robb sans se comparer cite une kyrielle d’inspirations dont il trouve qu’elles font défaut à Tempest, et dont je remarque cum grano salis qu’elles datent d’un bon siècle. La poésie de 2017 doit-elle s’accorder à des modèles du passé ? N’y a-t-il pas des modèles présents à invoquer ? (à commencer par Ted Hughes, qui a donné son nom au prix reçu par Kate Tempest ? Ou Seamus Heaney, qui n’est pas le dernier à utiliser les ressources traditionnelles du vers anglais, à savoir, rime, mètre, inspiration antique et bucolique conjointes ? Ou Derek Walcott dont je doute néanmoins qu’il soit la tasse de thé de notre wannabe poète ? La conformité du vers fait-elle le poète ? Pour Heine il semblerait bien que non. Pour l’internaute anonyme non plus. C’est donc que la poésie se niche ailleurs que dans le vers – c’est là un autre débat que je ne rouvre pas ici.

Personne en Allemagne n’est plus indulgent que moi envers les produits de la poésie, et j’accorde à un pauvre type comme Platen son petit morceau de gloire, qu’il a gagné si durement à la sueur de son front. Personne n’est plus enclin que moi à célébrer ses efforts, à louer son zèle et ses lectures en matière de poésie, et de reconnaître ses mérites pour ce qui est de compter les syllabes. Les propres essais me permettent, plus qu’à un autre, de rendre hommage aux mérites métriques du comte. L’amère peine qu’il s’est donnée, l’indicible ténacité, les claquements de dents les nuits d’hiver, les efforts terribles avec lesquels il a travaillé ses vers, quelqu’un de mon genre les met au jour bien mieux que le lecteur commun, qui prend le caractère plat, mince et poli de ces vers pour un signe de facilité, et se réjouit sans y penser des jeux de mots plats, de même que l’on s’amuse quelques heures à regarder des acrobates se balancer sur une corde, danser sur des œufs et se tenir sur la tête, sans penser que ces pauvres êtres n’ont appris une telle métrique du corps que grâce à des années de contrainte et à un estomac cruellement vide. Moi, que l’art poétique n’a pas trop tracassé, et qui l’ai toujours pratiqué avec l’estomac plein, je ne veux en louer que davantage le comte Platen, pour qui l’expérience a été plus amère et plus frugale, je veux célébrer le fait qu’aucun funambule d’Europe ne se balance aussi bien sur d’instables ghazals, que personne n’exécute mieux que lui la danse sur les œufs sur l’air suivant :

∪∪—∪∪∪——

∪∪———∪∪∪∪ etc.

que personne ne sait aussi bien que lui se tenir sur la tête. Si les muses ne sont pas tendres avec lui, il possède toute fois en son pouvoir le génie de la langue, ou plutôt, il sait lui faire violence ; – car le libre amour de ce génie lui manque, il doit s’obstiner à courir après ce garçon-là aussi, et il ne sait en saisir que les formes extérieures, qui malgré leurs belles rondeurs ne s’expriment pas noblement. Jamais les accents profonds de la nature, comme on les trouve dans les chants populaires, chez les enfants et chez d’autres poètes, ne sont sorties ou n’ont fleuri dans l’âme d’un Platen ; la contrainte angoissante à laquelle il doit se soumettre pour dire quelque chose, il l’appelle une « grande action mise en mots » – est complètement étrangère à l’être de la poésie, mais il ne sait même pas que les mots ne sont actions que pour l’orateur ; pour le vrai poète il sont un événement. Contrairement à ce que l’on voit chez un vrai poète, la langue ne s’est jamais faite maîtresse de lui, c’est lui au contraire qui est devenu maître de la langue ou plutôt maître sur la langue, comme un virtuose sur son instrument. Plus il la poussait ainsi de façon technique, plus il se fit une grande opinion de sa propre virtuosité ; il savait en effet en jouer de toutes les façons, il versifiait en effet les passages les plus difficiles, il composait parfois, pour ainsi dire, sur la seule corde de sol, et s’énervait quand le public n’applaudissait pas. Comme tous les virtuoses qui n’ont développé qu’un unique talent, il n’attendait que les applaudissements, il voyait avec irritation la réputation des autres, enviait les gains de ses collègues, par ex. Clauren, il écrivait des brûlots en cinq actes lorsqu’il pouvait interpréter contre lui une seule xénie, il contrôlait toutes les recensions où d’autres étaient loués, et criait toujours : on ne me loue pas assez, on ne me loue pas assez, c’est que moi, je suis le poète, le poète des poètes, etc. Pareillement affamé et assoiffé de louanges et de dons il ne se présentait jamais de véritable poète, ni Klopstock, ni Goethe, sans que le comte Platen ne se nomme pour faire le troisième, quand bien même chacun voit bien qu’il ne peut guère faire triumvirat qu’avec Ramler et à la limite A. W. v. Schlegel.

(Traduit par Claire Placial)

L’image à la une est une photo de Kate Tempest prise par Fredrik Hakansson, licence creative commons CC BY-SA 2.0, source ici


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *